Les territoires de l’éducation : des approches nouvelles, des enjeux renouvelés (Éducation & formations, n° 102)


La connaissance des territoires est indispensable à la compréhension des politiques éducatives et de leurs résultats ainsi qu’à la mise en œuvre de ces politiques dans les territoires. Ce numéro spécial de la revue Éducation & formations (fichier pdf à télécharger) y contribue en proposant une série d’articles novateurs, sur de nombreux sujets : caractéristiques de l’offre d’éducation et de la population scolaire ; trajectoires, parcours et résultats des élèves ; caractéristiques des enseignants, conditions d’exercice du métier et pratiques professionnelles.

Ces articles mettent à profit les progrès réalisés dans la production des données, les méthodologies pour décrire les territoires et leurs liens avec le système éducatif. Ils prennent en compte la diversité des échelles pertinentes pour comprendre les disparités territoriales. Résider dans le nord ou le sud de la France, au cœur d’une métropole ou dans une commune rurale, ou encore dans un quartier plus ou moins favorisé socialement : ces approches doivent parfois être considérées simultanément, pour appréhender pleinement les effets du territoire sur les dimensions éducatives.

Les auteurs sont chargés d’études à la direction de l’évaluation, de la prospective et de la performance (DEPP) ou dans les services statistiques des rectorats, et incluent également des universitaires reconnus. Leur association pour ce numéro illustre les complémentarités entre les champs disciplinaires, les expertises nationales et locales, l’administration et la recherche, et pose un jalon pour de futures collaborations.

Rédacteurs en chef : Jean-Richard Cytermann et Olivier Monso

Les territoires de l’éducation : des approches nouvelles, des enjeux renouvelés - Introduction au numéro n° 102 de la revue Éducation & formations
Jean-Richard Cytermann, Olivier Monso




LES TERRITOIRES DE L'EDUCATION : VISION TRANSVERSALE

L’Europe de l’éducation - Un territoire aux profils multiples et en constante évolution
Yann Fournier, Robert Rakocevic

Des espaces de l’inégalité scolaire
Jacques Lévy, Shin Koseki, Irene Sartoretti

Les inégalités territoriales en matière d’éducation - Les écarts entre communes en termes de milieu social et de réussite au diplôme national du brevet
Fabrice Murat


CARACTÉRISTIQUES DE L’OFFRE D’ÉDUCATION ET DE LA POPULATION SCOLAIRE

Du rural à l’urbain, les variations du milieu social des collégiens selon la densité des communes et la proximité des villes
Olivier Monso

Territoires de résidence et de scolarisation en hauts-de-France - Quatre profils aux caractéristiques sociales différenciées et très peu de mobilités d’environnement pour les élèves
Loïc Ourdouillie, Antoine Van AsscheMagalie Vigé, Élisabeth Vilain,

Construction d’un indice d’éloignement des collèges - Une nouvelle approche de la ruralité pour les établissements scolaires
Mustapha Touahir, Sylvain Maugis

Quels outils pour travailler sur les disparités territoriales ? Adaptation de l’indice d’éloignement aux besoins et réalités locaux
David Broustet

L’offre de formation des collèges dans les territoires
Sylvain Maugis, Alexia Stéfanou

Quels élèves fréquentent le même collège public que celui de leurs voisins les plus proches ? Une nouvelle approche de l’évitement scolaire et de ses conséquences sur la ségrégation entre collèges
Mustapha Touahir, Sylvain Maugis

La rénovation du modèle d’allocation des moyens d’enseignement dans le second degré public
Franck Evain, Olivier Monso

Le temps de trajet des apprentis reflète la densité des territoires
Luc Masson


TRAJECTOIRES, PARCOURS ET RÉSULTATS DES ÉLÈVES

Influence de la ruralité sur les résultats scolaires à l’entrée à l’école primaire
Marianne Fabre

Les performances scolaires et l’orientation en fin de troisième selon le type de commune
Fabrice Murat

Le parcours et les aspirations des élèves selon les territoires - Des choix différenciés en milieu rural ?
Claudine Pirus

Les grandes écoles - De fortes inégalités d’accès entre élèves franciliens et non franciliens
Cécile Bonneau, Pauline Charousset, Julien Grenet, Georgia Thebault

CARACTÉRISTIQUES DES ENSEIGNANTS, CONDITIONS D'EXERCICE DU MÉTIER ET PRATIQUES PROFESSIONNELLES

Portrait des enseignants dans les territoires - Des différences en termes d’ancienneté, de conditions de travail et de temps de trajet
Pascaline Feuillet

L’expérience des enseignants du second degré selon les territoires
Jean-Éric Thomas

Quelles spécificités pour le métier d’enseignant en milieu rural ? Les apports de l’enquête Talis 2018
Laurène Bocognano, Axelle Charpentier, Christelle Raffaëlli


En complément

Territoires de l'éducation : L'introuvable handicap de la ruralité (Le Café pédagogique, 1er juillet 2021)

« Annoncée par JM Blanquer et poursuivie par N Elimas, la réforme de l'éducation prioritaire annonce une redistribution des moyens éducatifs en supprimant les Rep et en dirigeant leurs moyens notamment vers les territoires ruraux. L'éloignement rentrerait dans le calcul des subventions aux établissements. Dans ce contexte, la publication d'Education & formations (n°102), une revue du ministère (Depp), apporte un démenti cinglant au handicap rural". Les articles confirment, avec des donnés très récentes, les bons résultats de l'école rurale avec un système éducatif offrant la même performance scolaire qu'en ville. Les collèges ruraux ont sensiblement plus de moyens que ceux des villes. Les enseignants y ont un profil un peu différent qu'en ville mais ils sont plus enclins à l'innovation. Si finalement l'orientation demandée par les élèves est moins ambitieuse scolairement qu'en ville, une étude relie cette réalité à la composition sociale des zones rurales et à un effet d'attachement au territoire. Rien dans la ruralité ne semble justifier la redistribution des moyens des Rep...»


Articles connexes







Géographie de l’École 2021 (DEPP - MEN)


Comme chaque année, la DEPP publie sa Géographie de l'École (13e édition en 2021) :

Comment se répartissent les élèves ? La taille des classes dans les écoles varie-t-elle  sur le territoire ? Où l’enseignement privé est-il le moins implanté ? Où sont situés les internats ? Quelles sont les différences sur le territoire en matière de maîtrise des compétences en français et en mathématiques ? Ou encore : l’espérance d’obtenir le baccalauréat est-elle la même dans toutes les académies ?

L’ouvrage Géographie de l’École (à télécharger en pdf) répond à ces questions et décrit le système d’éducation et de formation en mettant en lumière les disparités territoriales. Les 36 fiches thématiques apportent une variété d’informations, sous forme d’indicateurs cartographiés et de courtes analyses, sur la répartition des élèves, leur environnement économique, social et familial, le contexte scolaire, les moyens et ressources humaines mis en œuvre ainsi que sur les parcours scolaires et les résultats.

Les échelles d’observation varient en fonction de la maille de gouvernance, des phénomènes présentés et de la disponibilité des données. Les indicateurs portant sur les caractéristiques de l’environnement des élèves et le premier degré sont plus souvent présentés à l’échelle  des cantons ou des départements. Pour le second degré et l’enseignement supérieur, c’est l’académie qui a été privilégiée, les régions académiques figurant en complément. 

Enfin, un dossier rédigé par Fabrice Murat, expert à la DEPP, vient apporter une vision transversale des inégalités territoriales en matière de résultats et de parcours scolaires. Ces différences sont étudiées à l’échelle des cantons et complétées par une analyse des territoires, notamment grâce à la typologie des communes pour étudier le système éducatif, établie par la DEPP.

En variant les types de représentations et les échelles d’observation, en étudiant les évolutions d’un ensemble d’indicateurs, Géographie de l’École a pour objectif de donner des clés de réflexion  aux acteurs de l’éducation et de la formation ou de les guider dans la réalisation de diagnostics territoriaux.


L’environnement social, économique et familial


Le contexte scolaire

Fiche 6 - La scolarisation dans le premier degré [pdf] - données [xlsx]
Fiche 7 - La scolarisation au collège [pdf] - données [xlsx]
Fiche 8 - La scolarisation en voie générale et technologique au lycée [pdf] - données [xlsx]
Fiche 9 - La scolarisation au lycée en voie professionnelle au lycée [pdf] - données [xlsx]
Fiche 10 - Les élèves de l’enseignement privé sous contrat [pdf] - données [xlsx]
Fiche 11 - La scolarisation dans l’enseignement supérieur [pdf] - données [xlsx]
Fiche 12 - La scolarisation dans l’enseignement supérieur par type de formation [pdf] - données [xlsx]
Fiche 13 - Les conditions d’accueils des collégiens et lycéens dans les internats [pdf] - données [xlsx]
Fiche 14 - L’école inclusive [pdf] - données [xlsx]
Fiche 15 - L’éducation prioritaire [pdf] - données [xlsx]
Fiche 16 - Les conditions d’accueil dans le premier degré [pdf] - données [xlsx]
Fiche 17 - Les conditions d’accueil dans le second degré [pdf] - données [xlsx]
Fiche 18 - L’équipement numérique dans les écoles et les établissements publics [pdf] - données [xlsx]

Les moyens et les ressources humaines

Fiche 19 - La dépense d’éducation par élève par le MENJS-MESRI [pdf] - données [xlsx]
Fiche 20 - Les dépenses d’éducation des départements par collégien et des régions par lycéen et apprenti [pdf] - données [xlsx]
Fiche 21 - Les enseignants du premier degré [pdf] - données [xlsx]
Fiche 22 - Les enseignants du second degré [pdf] - données [xlsx]
Fiche 23 - La mobilité géographique des enseignants [pdf] - données [xlsx]
Fiche 24 - Les personnels aux missions d’accompagnement et de prévention auprès des élèves [pdf] - données [xlsx]

Les parcours scolaires et les résultats

Fiche 25 - Début de CP : les évaluations nationales Repères [pdf] - données [xlsx]
Fiche 26 - Début de sixième : l’évaluation en français et en mathématiques [pdf] - données [xlsx]
Fiche 27 - Début de seconde : les compétences en français et en mathématiques [pdf] - données [xlsx]
Fiche 28 - Les inégalités sociales de compétences [pdf] - données [xlsx]
Fiche 29 - L’orientation en fin de troisième [pdf] - données [xlsx]
Fiche 30 - La réussite aux examens [pdf] - données [xlsx]
Fiche 31 - L’espérance d’obtenir le baccalauréat pour un élève de sixième [pdf] - données [xlsx]
Fiche 32 - Les jeunes en difficulté de lecture : focus sur la génération de jeunes nés en 1999 [pdf] - données [xlsx]
Fiche 33 - Les poursuites d’études des nouveaux bacheliers dans l’enseignement supérieur [pdf] - données [xlsx]
Fiche 34 - L’insertion professionnelle des sortants de lycée professionnel six mois après leur sortie [pdf] - données [xlsx]
Fiche 35 - L’insertion professionnelle des sortants d’apprentissage six mois après leur sortie [pdf] - données [xlsx]
Fiche 36 - Les jeunes sans diplôme [pdf] - données [xlsx]


Articles connexes






Jeux de données géo-historiques en open data sur la Fabrique numérique du passé


Les projets géo-historiques disposent désormais d'une plateforme open data, la Fabrique numérique du passé :
http://www.fabriquenumeriquedupasse.fr/


La plateforme open data Fabrique numérique du passé s’adresse aux acteurs de la recherche qui le souhaitent afin de leur permettre de s’impliquer simplement dans une démarche d’ouverture des données qui prend pied dans le mouvement plus global de l’open science.

Les jeux de données avec les équipes de recherche associées sont consultables à travers une interface de consultation où l'on peut ajouter et éditer les couches d'information. Cela concerne le projet Alapage (Analyse diachronique de l'espace urbain parisien), mais aussi d'autres projets moins connus comme PTM Chartes (carte archéologique de Chartes) ou encore Fermapyr (l’industrie du fer dans le massif des Pyrénées). Au total plus de 80 jeux de données géo-historiques sont d'ores et déjà disponibles. 

Articles connexes

ArchéOdyssée, une carte interactive de plus de 800 musées et sites archéologiques en France

L'histoire par les cartes : la carte archéologique de Paris

Cartes et atlas historiques


La carte de l'abstention aux élections régionales de juin 2021


Le premier tour des élections régionales et départementales, dimanche 20 juin 2021, a été marqué par une abstention record, à dix mois de l’élection présidentielles de 2022. Seul un électeur sur trois s’est exprimé, du jamais-vu pour un vote (hors référendum) en France. 

Résultats du premier tour élections régionales 2021, version du 21 juin 2021. Données à télécharger par communes (Ministère de l'Intérieur)

« La lecture de l’abstention peut emprunter une voie moins alarmiste. A condition de se placer du point de vue des électeurs et non des élus » (Le Monde)

Régionales 2021 : la carte des résultats du premier tour (Libération)










Les images satellites Spot du CNES (1986-2015) mises à disposition du public


Le CNES a décidé de libérer l'ensemble du contenu SPOT World Heritage (SWH) sous licence ouverte Etalab 2.0. Cela représente plus de 193 millions d'images satellites prises de 1986 à 2015, d'une résolution comprise entre 2,5m et 20m.

Exemple d'utilisation d'images SPOT 5 pour étudier une zone de tremblement de terre


Les satellites SPOT (Satellites Pour l'Observation de la Terre) ont été conçus par le CNES pour cartographier la Terre. De 1986 à 2015, 5 satellites ont pu prendre des images de la planète avec une résolution améliorée à chaque génération (de 20 m jusqu'à 2,5 m de résolution). Afin de pérenniser et valoriser ces données, le programme SPOT World Heritage (SWH) mis en place par le CNES met à disposition gratuite du public l'archive des satellites SPOT 1, 2, 3, 4 et 5.

Le catalogue propose des images (scènes de 60x60 km) acquises depuis 1986 jusqu'à 2015 en niveau L1A (égalisation radiométrique, sans correction géométrique), en mode panchromatique et multispectral. Un tutoriel sous forme de diaporama permet de prendre en main le site Regards pour sélectionner et télécharger les images.

Interface de recherche des images SPOT sur le site Regards 


L’équipe SWH travaille aujourd’hui à la mise en place de traitement des images à la demande (service prévu pour l’année prochaine) ainsi qu’à la finalisation du catalogue et à son interopérabilité pour être facilement accessible via les futures plateformes CNES. En attendant les niveaux L1C prévus pour l’année prochaine, le CNES a développé une page spécifique de traitement des images L1A vers une image ortho-rectifiée.


Lien ajouté le 21 janvier 2022


Articles connexes


Images satellites Landsat 9 mises à disposition par l'USGS 

Le programme Landsat, lancé en 1972, fête ses 50 ans d'observation de la Terre



Tempête Alex et inondations dans les Alpes maritimes : accès aux cartes et aux images satellitaires




Cartes et cartographies dans le monde anglophone aux XVIIe et XVIIIe siècles (colloque 2021 rediffusé en ligne)


Maps and Mapping in English-Speaking Countries in the XVIIth and XVIIIth centuries - Day 1
https://www.youtube.com/watch?v=xMCfl9xfo0E

Cette vidéo regroupe les différentes interventions données lors de la première journée du colloque 2021 de la SEAA XVII-XVIII, sur le thème "Cartes et cartographies dans le monde anglophone aux XVIIe et XVIIIe siècles". Le colloque a eu lieu les 15 et 16 janvier 2021. Il s'est déroulé à distance et entièrement en anglais avec la possibilité de poser des questions et d'échanger aussi en français.



Préparation du montage vidéo : Agnès Trouillet, Université Paris-Nanterre.

Montage vidéo : Pierre Labrune, Sorbonne-Université / Académie de Versailles.

Welcome Address : 0:19

Panel 1 : Maps in the Texts/ Texts in the Maps : 09:44

Chloe Fairbanks, "Of Every Soil Within this Kingdom" : Mapping the Nation on the Early Modern Stage : 14:23

Louise McCarthy and Ladan Niayesh  : Cartography as Propagandist Design. From Company Maps to Prince Henry's Virginian Masques (1613-1614) : 33:01

Julien Nègre, Writing (on) the Line : Map and Text in William Byrd's Histories of the Dividing Line (1728) : 54:00

Amélie Derome, Representation of Imaginary Lands in French Translations of Gulliver's Travels : Wiping Charts off the Map : 1:14:03

Questions and Answers : 1:33:55

Panel 2: The Production and Circulation of Maps : 1:56:46

Djoeke van Netten, Sea-Mirrors. How English Pilot Guides Show us what Maps were and How they were Used : 1:59:38

Isabella Jean Alexander, Maps before Copyright : 2:20:13

Benedicte Miyamoto, Color-Coded Manuscript Maps in the Military Enlightenment: the Circulation of Map-Mindedness :  2:41:33

Questions and Answers : 3:04:10

Panel 3: Maps as Narratives : 3:22:26

Manon Turban, Cartographic Monsters and Empiricism : 3:26:27

Alex Zukas, Cartography and Narrative in the Maps of Herman Moll's The World Described : 3:45:50

Bertie Mandelblatt, Mapping Sovereignty with Open Borders: the Social Worlds of Adlum’s 1792 Pennsylvania Map : 4:05:22

Kimberly Sayre Alexander, Silk Roads: Mapping Post-Revolutionary Boston at Mrs. Rowson’s Young Ladies Academy : 4:25:14 

Questions and Answers : 4:46:55

Keynote Lecture

Introduction : 5:20:00

Max Edelson, The Search for Cofitachequi. Imagining the Interior of Southeastern North America, 1500‐1725 : 5:20:44

Questions and Answers : 6:07:50


Articles connexes




L'histoire par les cartes : l'Atlas historique mondial de Christian Grataloup (avec la revue L'Histoire)

La rubrique Cartes et atlas historiques


Comment la canopée urbaine de Los Angeles rend les inégalités visibles

 
SourceHow L.A.'s urban tree canopy reveals hidden inequities (National Geographic, 17 juin 2021)

Cette story map proposée par le National Geographic permet de parcourir, par une chaude journée d'été, l'Avenue Vermont à Los Angeles sur 10 kilomètres et de passer de quartiers ombragés à des quartiers bétonnés où l'on peut avoir une température de 5 à 6°C plus élevée. Quatre zones (désignées comme A, B, C et D) le long de ce tronçon d'avenue permettent d'illustrer les différences entre les quartiers les plus riches dotés de grands arbres et les quartiers les plus pauvres, où les arbres sont souvent plus petits et difficiles à trouver. Cette disparité, bien visible si l'on sait la chercher, laisse de nombreux résidents exposés à des niveaux de chaleur élevés et malsains.


Ces analyses reposent sur une image satellite de Los Angeles prise le 3 juillet 2020


De nombreuses villes sont sujettes à cet effet d'« îlot de chaleur urbain », où la chaussée et les bâtiments retiennent la chaleur et élèvent les températures bien au-dessus de celles que l'on peut trouver en dehors de la ville. Dans la région métropolitaine de Los Angeles, une vague de chaleur d'une durée de quatre à cinq jours peut faire grimper de 25% le taux de mortalité global de la population toutes causes confondues. 

Cette répartition inégale des arbres et de la chaleur urbaine constituent un héritage du système de classement des quartiers basé sur la couleur et la classe des résidents qui s'est imposés à Los Angeles à partir de  1939, une pratique de ségrégation connue sous le nom de redlining.

How these 1930s maps left some neighborhoods with fewer trees (vidéo).

Lien ajouté le 2 octobre 2021


Lien ajouté le 6 août 2022

Articles connexes

Le « redlining » : retour sur une pratique cartographique discriminatoire qui a laissé des traces aux Etats-Unis

The Racial Dot Map et la diversité ethnique des Etats-Unis

Vues panoramiques des villes américaines au XIXe siècle

Cartographie des incendies en Californie (novembre 2018)

Cartographie des arbres dans les zones arides et semi-arides de l'Afrique de l'ouest

La carte de la hauteur de la canopée dans le monde (NASA Earth Observatory)

Le rôle des arbres urbains dans la réduction de la température de surface des villes européennes

Les grands enjeux alimentaires à travers une série de story maps du National Geographic

Les story maps : un outil de narration cartographique innovant ?


France Pixel Bâti. Naviguer dans la structure du patrimoine bâti français en haute définition


France Pixel Bâti :
http://www.comeetie.fr/galerie/francepixelsbati/

Etienne Côme propose sur son site un bel outil de visualisation du bâti, avec des thèmes sur les toitures, les murs, les usages et les dates de construction des bâtiments. Les données sont issues de la BDTopo mise à disposition par l'IGN.




De manière générale, le bâti est plus ancien dans les zones rurales que dans les zones urbaines, bien que ces dernières puissent également avoir des centres très anciens. En zoomant sur certaines régions, on peut voir apparaître des contrastes assez saisissants dans le styles des toitures.




Etienne Côme (@comeetie) est chargé de recherche à l’Institut Français des Sciences et Technologies des Transports de l’Aménagement et des Réseaux (IFSTTAR) et travaille principalement sur l'application d'outils de type reconnaissance des formes sur des problèmes de transports. Il partage des ressources et des applications sur son site Comeetie.fr.

Articles connexes

Mise à disposition de la Base de données nationale des bâtiments (BDNB) en open data

Depuis le 1er janvier 2021, l'IGN rend ses données libres et gratuites 

Bâti dispersé, bâti concentré, des disparités territoriales persistantes (INSEE, 2021)

Etudier les formes urbaines à partir de plans cadastraux

Zoom sur le service Edugéo (IGN) proposé à travers le portail de ressources Eduthèque

Mise à disposition de la base Demandes de valeurs foncières (DVF) en open data


L'histoire par les cartes : l'histoire connectée des empires à l'époque moderne


Grâce à sa connaissance des archives dispersées à travers le monde, sa maîtrise des langues et des traditions historiographiques d’Asie, d’Europe et des Amériques, Sanjay Subrahmanyam remet en perspective l’histoire des réseaux et des empires, de mythes et d’idéologies en sortant des cadres géopolitiques traditionnels soumis au modèle de l’État-nation. Il présente l’histoire globale ou « connectée », dont il est l’un des meilleurs représentants mondiaux, comme un champ défini et redéfini par des « histoires en conversation ».



Subrahmanyam a fait des études en Inde et enseigne actuellement à Yale et au Collège de France. Fort de sa pratique d’une douzaine de langues, il travaille dans quantité de dépôts d’archives. Il en revient à chaque fois persuadé que l’histoire du monde doit se faire par le récit de toutes les connexions qui s’y opèrent.

Pour compléter 

Sanjay Subrahmanyam, un historien qui vous décentre (France Inter).

Un entretien avec le grand historien Sanjay Subrahmanyam pionnier de la nouvelle histoire mondiale et connectée, sur son oeuvre et sur la crise contemporaine (Le Grand Continent).

Une "conversation mondiale" exceptionnelle sur les origines de la laïcité entre Carlo Ginzburg et Sanjay Subrahmanyam (Le Temps du débat - France Culture).


Articles connexes






Près d’un jeune Français sur dix en difficulté de lecture en 2020


Source : Journée défense et citoyenneté 2020 : près d’un jeune Français sur dix en difficulté de lecture, Note d'Information de la DEPP n° 21.27, juin 2021.

Au cours de l’année 2020, plus de 437 000 jeunes hommes et femmes âgés de 16 à 25 ans, de nationalité française, ont pris part à une évaluation en lecture dans le cadre de la Journée défense et citoyenneté (JDC, ex-Journée d’appel de préparation à la défense [JAPD]). Les évaluations en lecture sont effectuées selon des modalités permettant d’améliorer la standardisation des procédures et de réduire sensiblement les contraintes logistiques. Les jeunes doivent répondre, grâce à un boîtier électronique, aux questions qui défilent sur un grand écran. Leurs réponses, et dans certains cas leurs temps de réaction, sont enregistrés. Un nouveau test de lecture a été mis en place septembre 2020. 

En 2020, 9,5 % des jeunes participants à la Journée défense et citoyenneté (JDC) rencontrent des difficultés dans le domaine de la lecture. Le tiers d’entre eux peut être considéré en situation d’illettrisme. Par ailleurs, plus d’un jeune sur dix a une maîtrise fragile de la lecture. Enfin, près de huit sur dix sont des lecteurs efficaces.

Les performances en lecture progressent avec le niveau d’études. Elles sont globalement plus élevées chez les filles que chez les garçons. Les jeunes des DROM sont particulièrement concernés par les difficultés de lecture. En France métropolitaine, c’est au nord que les difficultés de lecture sont les plus fréquentes.

 Pourcentage de jeunes en difficulté de lecture selon le département (JDC 2020)



La fréquence des difficultés de lecture est, en France métropolitaine, plus prononcée dans des départements du nord ou entourant l’Île-de-France. La part des jeunes en difficulté de lecture s’élève ainsi à 12,9 % dans l’Aisne, 12,2 % dans la Somme et 11,1 % dans l’Oise. Elle atteint près de 12 % dans le Cher et la Haute-Marne. En Île-de-France, la part des jeunes en difficulté varie de 4,6 % à Paris à 11,9 % en Seine-Saint-Denis. Concernant l’outre-mer, les pourcentages sont nettement plus élevés : 28 % pour la Guadeloupe et la Martinique, 25,4 % pour la Réunion, 46,6 % en Guyane et 71,1 % à Mayotte.

Les comparaisons entre départements doivent toutefois être maniées avec précaution. En effet, ces résultats ne concernent que des jeunes de nationalité française, ayant participé à la JDC en 2020 dans un contexte de crise sanitaire, cette population pouvant varier sensiblement d’un département à l’autre. De plus, les jeunes participants à la JDC n’ont pas tous le même âge. Certains jeunes, en proportion variable selon les départements, ne se sont pas encore présentés à la JDC, et l’on sait, de par les précédentes enquêtes, qu’ils auront globalement de moins bons résultats que les autres. Cependant, on observe les mêmes disparités territoriales lorsque l’on compare les résultats de générations complètes de jeunes en compilant plusieurs années d’évaluations.

Télécharger la note d'information de la DEPP en pdf.

Télécharger les données au format xls.

Articles connexes

Une typologie des communes pour décrire le système éducatif (DEPP-MEN)

Des « œufs au plat » aux « œufs brouillés » : comment la crise Covid a remodelé nos villes


Source : From ‘fried egg’ to ‘scrambled egg’, this is how COVID reshaped our cities (The New Daily, 13 juin 2021)

« La tendance du travail à domicile a transformé nos villes » explique Simon Küstenmacher démographe et chercheur en Australie. L'auteur a recours à une métaphore culinaire qui permet de mieux comprendre ces transformations : la ville des « œufs au plat » devenue la ville des « œufs brouillés » pendant la crise Covid.




« Pendant la pandémie, nous avons appliqué une spatule sur nos "villes d'œufs au plat" et les avons transformées en "villes d'œufs brouillés"... Avant la pandémie, nos capitales ressemblaient à un œuf au plat. Les emplois juteux, gras et attirants étaient regroupés dans le centre-ville – dans le jaune d'œuf. Les travailleurs se rendaient dans le jaune le matin et faisaient le même trajet fastidieux pour rentrer chez eux le soir. Nos villes étaient bloquées – la circulation, la circulation et encore la circulation. Quel cauchemar... Avant la pandémie, moins de 5% des personnes travaillaient à domicile. Les employeurs ne faisaient pas vraiment confiance en leur personnel pour travailler à distance. Ils préféraient que leurs employés soient en centre-ville, à proximité de tout ce que la ville pouvait offrir. C'est ce qu'ils avaient toujours fait. C'est ce qui a fonctionné pendant des décennies, alors pourquoi changer ?... Mais la plupart des travailleurs préfèrent la ville aux œufs brouillés. Plus besoin de vous déplacer, travaillez selon vos propres conditions, dormez et passez plus de temps avec les enfants... Inutile de voyager jusqu'au bureau pour écrire des e-mails avec un casque antibruit. Les journées de bureau doivent être dédiées au travail créatif, collaboratif et interpersonnel. Dans une ville aux œufs brouillés, les employeurs devront utiliser la spatule pour autre chose – l'ancien bureau. Il doit être repensé. Radicalement. »

Ces observations appliquées aux grandes villes australiennes questionne plus largement l'avenir des CBD dans les grandes métropoles. Cela pourrait déboucher à terme sur des changements fonctionnels des centres-villes. Reste à savoir quelle sera la réaffectation des espaces laissés par les bureaux vides. Plus de résidences, de commerces et de services de proximité ? Va-t-on vers un déclin des centres-villes  ou une redéfinition de leurs fonctions comme lieux de rencontre et de création, et moins comme lieux de travail ? Il semble un peu tôt pour savoir si le télétravail se généralisera et transformera radicalement le rôle et la physionomie des centres-villes. En tous les cas, la question est posée.

Simon Küstenmacher, né en 1983, est originaire de Munich et vit à Melbourne. Après avoir mené des études de géographie, il s'est installé en Australie où il travaille aujourd'hui comme démographe et chercheur pour la société de conseil australienne "The Demographics Group". Sur son compte Twitter @SimonGerman600 (plus de 200 000 abonnés), il partage des cartes et des graphiques avec un regard souvent insolite ou décalé sur le monde.

Pour compléter

« The City as an Egg » Cedric Price - 1982 (source : Urbanisme et politiques)

Tandis que Le Corbusier comparait la ville à un oeuf dur, constitué de zones et de limites claires et se référant ainsi à sa pensée du zonage, Banham réplique que la motorisation et les télécommunications ont depuis longtemps bouleversé ce schéma ; il poursuit la métaphore en comparant la ville moderne à un œuf brouillé. Dix ans plus tard, conjointement avec Cedric Price (architecte), Paul Barker (écrivain) et Peter Hall (géographe et urbaniste), Banham confirme ses premières intuitions dans un article commun intitulé « Non-Plan : an experiment in Freedom » publié dans le magazine New Society en 1969... 

En 1982, le dessin en triptyque de Cedric Price « The City as an Egg » fait écho à ces articles et au premier essai de Banham en représentant sa conception de l’évolution de la ville :
boiled egg : la ville traditionnelle, avec son centre dense et compact enserré dans une enceinte.
fried egg : la ville industrielle, où les fortifications ont laissé place aux débuts de l’expansion urbaine. Le jaune retient encore tant bien que mal sa fonction historique, comme centre du pouvoir, mais s’adjoint progressivement d’une ceinture informe de zones et poches industrielles et résidentielles.
– scrambled egg : la ville moderne. Le cœur a éclaté, la voiture et les télécommunications ont fait exploser le modèle précédent ; les points d’intensité ne sont plus dans les cœurs historiques mais se sont dissous dans l’informelle suburbia.



Lien ajouté le 18 novembre 2021


Lien ajouté le 21 août 2022

György Markos et les graphiques par isotypes


Source : György Markos and His Pictorial Information Graphics (Nightingale, 10 juin 2021)

Dans cet article de Nightingale (revue consacrée au monde des data visualisations), Attila Batorfy présente l'oeuvre graphique du géographe et économiste hongrois György Markos (1902-1976). Celui-ci n'a pas été le premier à présenter au public hongrois des graphiques par isotypes, mais il est le seul à laisser un corpus cohérent de travaux statistiques picturaux alors que peu d'auteurs utilisaient cette méthode à l'époque.


En 1948, György Markos est nommé directeur du département de géographie économique de l'Université Karl Marx de Budapest, il devient l'attaché de presse du Bureau de planification et il a la responsabilité principale de la soviétisation de la géographie hongroise. Ce qui lui vaut d'être surnommé « l'organisateur et le propagandiste de l'économie socialiste planifiée » (Tatai 1984).

Mais dans l'entre-deux-guerres, Markos est encore un autodidacte. Il se tourne vers la publicité et le graphisme politique lors de son émigration à Berlin. Il dessine des affiches pour le Parti communiste allemand, puis il poursuit son travail d'agitation politique à Paris. Il associe le graphisme aux statistiques économiques et travaille pour des journaux et des magazines comme L'Humanité, Le Monde et Regards.

Sa première œuvre graphique importante est, selon lui, Les Trusts contre La France. Dans l'épilogue de sa brochure hongroise, 50 Familles et leurs serviteurs de 1947, il écrit : « cet ouvrage est basé sur mon travail d'avant-guerre en France sur le rôle des deux cents familles françaises.

50 Familles et leurs serviteurs par György Markos (1947)

"Maîtres et valet... "Contre les 200 familles, vive l'Union du Front populaire" (source : Gallica)


Pour compléter 

Les deux cents familles constituent un mythe politique selon lequel un petit nombre de familles tiendrait en main la majorité des leviers économiques de la France, contrôlant ainsi les destinées politiques du pays. Dans le contexte de la Grande Dépression économique des années 1930, le slogan des « 200 familles » est très largement repris (source : Wikipédia)

Les cartes de propagande communistes et anti-communistes par Nicolas Lambert (Néocarto)

Liens ajoutés le 7 octobre 2021

The Missing Legacy of Marie Neurath :
http://medium.com/nightingale/the-missing-legacy-of-marie-neurath-f9800733d1fc

L’argument visuel et le bonheur : l’Isotype d’Otto Neurath :
http://visionscarto.net/argument-visuel-et-bonheur

Otto Neurath – Isotype :
http://indexgrafik.fr/otto-neurath-isotype/

Articles connexes

Comment différencier infographie et data visualisation

Utiliser des graphiques animés pour donner à voir des évolutions ou des ruptures

Data Viz project, une source d'inspiration pour créer ses propres data visualisations

Les dataviz des journaux vont-elles trop loin dans la manière de représenter le nombre de morts du coronavirus ?

La naissance des data visualisations et de l'imagination moderne : une exposition en ligne des bibliothèques de Stanford

La rhétorique derrière les cartes de propagande sur le coronavirus

La cartographie russe et soviétique d'hier à aujourd'hui


Gallicarte. Comment géoréférencer une carte disponible dans Gallica ?


Gallica, la bibliothèque numérique de la BnF et de ses partenaires, regorge de cartes de toutes les époques. Ces versions numériques de documents physiques dévoilent tout leur potentiel lorsqu’elles sont géoréférencées. Elles permettent alors une analyse plus riche et dynamique de l’évolution des territoires.

Sur le blog de Gallica, Laurent Gontier propose un exemple à partir du plan de la Rochelle de 1777. Le géoréférencement s'effectue avec Map Georeferencer. Créé par Jean Marc Viglino, ingénieur à l’IGN, l’outil de géoréférencement Map Georeferencer est gratuit, facile d’utilisation et adapté aux cartes de Gallica. Un tutoriel rapide pour vous initier à son utilisation est également disponible.






Pour compléter

A travers l'espace et le temps (Bibliothèque centrale de Zurich). Une invitation à localiser précisément les cartes sur quatre siècles d'histoire et à comprendre les évolutions de l'environnement.

Articles connexes

Géolocaliser les documents numérisés avec Gallicarte (BNF)

Numérisation des archives de la Société de Géographie sur Gallica

Les anciens numéros de la revue Hérodote (1976-2000) archivés sur Gallica 

Le tour de France des classiques de la littérature (Gallica - BNF)

L'histoire par les cartes : une série de 14 films documentaires sur les cartes portulans (BNF)



A qui appartient la terre en Australie, aux États-Unis et au Royaume-Uni ?


Source : Who owns the World ? (Maps Mania, 6 juillet 2021)

Gina Rinehart, un magnat des mines, « possède » 1,2 % des terres en Australie. L'Australian Agricultural Company est le plus grand propriétaire foncier du pays. Le gouvernement australien affirme que 17% de l'Australie appartient à des communautés autochtones. Si l'on prend en compte d'autres types de propriétés foncières, le pourcentage des terres détenues par les communautés autochtones est certainement plus élevé. Le principal problème, c'est qu'en Australie il n'y a pas de dispositif cohérent pour enregistrer le droit de propriété. Il n'y a pas non plus de définition claire de ce qui constitue la propriété et définit le contrôle de la terre.

Who owns Australia ?  (source : The Guardian


The Guardian a décidé d'enquêter pour savoir qui possède réellement l'Australie. Dans Wo owns Australia ?, le journal recense différents types de propriétés foncières. Le journal rapporte que 44% de l'Australie est sous bail pastoral. Les baux pastoraux sont des terres de la Couronne qui sont louées à des fins de « pâturage pour le bétail et d'activités connexes ». La cartographie très précise du Guardian permet de distinguer les terres en propriété privée, en propriété publique, sous bail pastoral ou appartenant à des communautés autochtones. Le journal montre aussi les plus grandes parcelles de terres pastorales et à qui appartiennent ces baux.

Aux Etats-Unis, John Malone possède 2,2 millions d'acres, soit une superficie plus grande que l'État du Delaware (1,5 million d'acres). Malone est le plus grand propriétaire privé des États-Unis. La famille Emmerson est le deuxième plus grand propriétaire foncier et Ted Turner le troisième. Les familles Emmerson et Ted Turner possèdent également à elles deux plus que la superficie de l'État du Delaware. On peut découvrir combien de terres appartiennent à des propriétaires privés dans l'article de Bloomberg  The Largest Landowners in the US. L'article montre les terres appartenant à des particuliers et à quelles familles elles appartiennent. Les 100 plus grands propriétaires privés possèdent à eux seuls 2 % des États-Unis, une superficie équivalente à la Floride. Les 100 plus grands propriétaires terriens achètent également toujours plus de terres. Il y a dix ans, les 100 principaux propriétaires terriens possédaient moins de 30 millions d'acres. Ils en possèdent aujourd'hui 40 millions d'acres.

Who owns England ? (source : map.whoownsengland.org)


Le site Who owns England ? s'est donné pour mission de cartographier qui possède des terres en Angleterre, avec un blog associé livrant des données et des analyses. Le site fournit une carte interactive par types de propriétaires fonciers. En 2018, la BBC rapporte que 97 000 propriétés appartiennent à des sociétés étrangères en Angleterre et au Pays de Galles. L'article Firms on Caribbean island chain own 23,000 UK properties fournit une carte de ces propriétés aux mains de sociétés étrangères. Dans le centre de Londres, un pourcentage important des propriétés appartient désormais à des entreprises étrangères, notamment à Kensington et Chelsea où l'on compte plus de 6 000 propriétés appartenant à des groupes étrangers. 

Articles connexes 

A qui appartient la mer du Nord ? Une cartographie des entreprises pétrolières et gazières au Royaume-Uni

Où sont les grands propriétaires terriens aux Etats-Unis ?

OneSoil, la carte interactive des parcelles et des cultures en Europe et aux Etats-Unis

La grille de Jefferson ou comment arpenter le territoire américain

Les transformations de l'Amérique au XIXe siècle

Plusieurs manières originales de découper le territoire américain d'aujourd'hui

Modéliser l'usage des terres à l'échelle mondiale en tenant compte des acteurs et de leur pouvoir réel de décision