La plateforme Navigae et ses possibilités de recherche de documents géographiques


Navigae est une plateforme de recherche et de visualisation cartographique. La plateforme a été lancée en juin 2018 dans le cadre du consortium ImaGEO, coordonné par le Centre IST Regards. Elle rassemble une base de données géographiques très importante, issue de plusieurs unités mixtes de recherche : Passages, Prodig, Géographie-cités, Migrinter, Edytem, le service commun de la documentation de l'Université Bordeaux Montaigne, l'unité mixte de service Riate et la Maison de l'Orient et de la Méditerranée.

Au total ce sont plus de 130 000 documents dont 9 000 photographies qui sont mis à disposition du grand public. Outre sa richesse, le principal intérêt de la plateforme Navigae est de pouvoir interroger la base documentaire selon plusieurs modes de recherche :

- Recherche par sources et par types de documents :


- Recherche par date : 



- Recherche par échelle géographique :



- Recherche par coordonnées géographiques (avec possibilité d'étendre le rayon) :



Exemple de résultats à partir du mot-clé "Afrique" :


Navigae vous permet également de comparer les cartes anciennes des fonds de bibliothèques de recherche avec les cartes actuelles :



Lien ajouté le 17 mai 2019

Navigae intègre désormais l'Atlas des migrants version 2 produit par le laboratoire Migrinter.
http://www.navigae.fr/map?textSearch=atlas%20migrants&lang=fr

Au total, 104 documents disponibles sur les flux de migrations à différentes échelles, sur la question des frontières, des droits des migrants... Même si les données sont un peu anciennes par rapport à une situation qui évolue vite, cela permet de comprendre comment les principales interrogations concernant l'acceuil des migrants sont déjà en place dans les années 2005-2012.



Articles connexes :

Data France, une plateforme de visualisation de données en open data

OpenDataSoft : une plateforme avec plus de 1800 jeux de données en accès libre

Utiliser Wikidata pour chercher des informations géographiques

Geonames, une base mondiale pour chercher des noms de lieux géographiques

Numbeo, une banque de données et de cartes sur les conditions de vie dans le monde


L'empreinte carbone des villes dans le monde selon le modèle GGMCF


Il s'agit d'une estimation de l'empreinte carbone par habitant à travers 189 pays. L'étude est présentée dans un article scientifique de Moran, D., Kanemoto K; Jiborn, M., Wood, R., Többen, J., and Seto, K.C. (2018), Carbon footprints of 13,000 cities, Environmental Research Letters.

Le modèle GGMCF (Global Gridded Model of Carbon Footprint), établi à partir d'un quadrillage de 250 m de résolution, intègre également des modèles existants pour les Etats-Unis, la Chine, le Japon et l'Union européenne.


Top 100 des villes qui ont la plus forte empreinte carbone dans le monde


Sur la base de ce modèle, il est possible d'observer qu'à l'échelle mondiale, les empreintes carbone sont fortement concentrées dans un petit nombre de villes denses : 100 villes contribuent à elles seules à 18% des émissions mondiales de carbone. Dans la plupart des pays (98 sur 187 évalués), les trois premières zones urbaines contrôlent plus d'un quart des émissions nationales. Les villes sont définies ici comme des grappes de population, sans tenir compte des limites territoriales ou administratives.

Les données disponibles pour 500 villes sont téléchargeables au format txt (pour les intégrer dans un tableur) ou au format geotiff (pour les intégrer comme une couche raster) : http://citycarbonfootprints.info/


Emissions de carbone des villes européennes (en valeurs brutes)



Emissions de carbone en Europe (par habitants)



Les villes ayant les empreintes de carbone les plus élevées sont en général celles qui ont à la fois une forte population et une forte émission de carbone par habitant. Le Caire et Jakarta, qui ont des empreintes par habitant relativement faibles ont en revanche une population importante, tandis que Miami et Al-Ahmadi au Koweït ont des populations moindres avec des empreintes moyennes plus élevées, et donc des empreintes carbone similaires :


Top 20 des villes ayant les plus fortes émissions de carbone
(les traits verticaux correspondent aux écarts-types)



L'intérêt de cette étude est notamment d'aboutir à une typologie des villes classées selon 4 grands types :
- Type i. : villes très peuplées, avec PIB élevé et forte empreinte carbone (Scope 3 > Scope1). Exemples : Londres, Paris, Séoul.
- Type ii. : villes plus petites, avec un PIB moyen. Par exemple : Oslo
- Type iii. : villes plus importantes, à faible PIB, mais très grosses productrices de carbone. Exemples : de nombreuses villes manufacturières chinoises.
- Type iv. : de petites villes, principalement résidentielles, avec Scope 3 > Scope 1.


Typologie des villes en fonction de leur taille, de leur richesse et de leur dégré d'émission.



Ajouté le 10 octobre 2018


Le maintien d'une fracture Nord-Sud dans les émissions de CO2 par pays ? (source : Reddit)


Lien ajouté le 24 février 2019

Une anamorphose animée des émissions de carbone par pays entre 1971 et 2014. Le dégradé de couleurs indique les émissions de CO2 par personne. Source : Data is beautiful