Base de données concernant les attaques liées aux armes à feu dans les écoles aux États-Unis


La fusillade qui a eu lieu le 24 mai 2022 dans une école primaire à Uvalde (Texas) a tué 19 enfants et deux adultes. Il s'agit de l'une des plus meurtrières jamais enregistrées. Plus de vingt ans après le massacre de Columbine qui avait fait 13 morts et 24 blessés en 1999, le fléau de la violence armée continue de sévir dans les écoles américaines. 

Les  fusillades dans les établissements scolaires ne sont pas rares aux États-Unis où plus de 2000 attaques liées à des armes à feu ont été enregistrées depuis 1970, selon la base de données K-12 School Shooting du Center for Homeland Defence and Security. Ce qui représente environ 680 morts et plus de 1900 blessés en une 50e d'années. Il faut y ajouter les fusillades dans les campus universitaires et autres établissements de l'enseignement supérieur. Bien que ces attaques concernent tous les lieux publics et que toutes ne correspondent pas à des tueries de masse, les fusillades en milieu scolaire se développent au point de constituer un véritable débat de société. 

K-12 School Shooting Database (source : Center for Homeland Defence and Security)



La base de données SSDB K-12 comprend des informations détaillées sur chaque incident au niveau K-12, soit dans des établissements du primaire et du secondaire. La base fournit un score de fiabilité qui mesure le degré de fiabilité de l'information et répertorie les sources primaires qui toutes ont été vérifiées (articles de journaux, dossiers judiciaires, entretiens, rapports de police) afin de permettre d'autres recherches académiques. Chaque cas est documenté et correspond à un événement dans lequel une arme à feu a été brandie ou qu'une balle a été tirée dans l'enceinte d'une école pour quelque raison que ce soit. Sont indiqués le nombre de victimes, l'heure, le jour de la semaine ainsi que le type d'attaque (attaque planifiée, accidentelle, violence domestique, liée à un gang). Cet ensemble de données permet d'avoir une vue assez exhaustive sur le phénomène. Il est possible de filtrer les données en fonction de critères spécifiques (le nombre de victimes, le type d'arme utilisée, le degré de planification...). 


Carte des fusillades en milieu scolaire depuis 1970 (source : Sky News d'après les données du SSDB K-12)



On enregistre chaque année près de 40 fusillades dans les écoles américaines. Cela représente en moyenne trois fusillades par mois, un taux qui est en augmentation depuis plusieurs années, particulièrement depuis la pandémie. Les fusillades de masse aux États-Unis sont devenues tellement courantes que Google Maps a intégré une notification spéciale dans son outil de navigation pour mentionner les lieux à éviter. Le Texas fait partie des états les plus touchés. Mais tous les états des États-Unis sont concernés par le phénomène. Il faut dire que le marché des armes à feu a explosé en 20 ans, posant la question de leur régulation et de leur contrôle. Lorsqu'une arme d'assaut est utilisée lors d'une fusillade de masse, il en résulte six fois plus de personnes abattues que lorsque d'autres armes sont utilisées. Or l'interdiction des armes d'assaut a expiré et n'a pas été renouvelée depuis 2004.

Augmentation des fusillades de masse dans les lieux publics (source : Financial Times)


Ces fusillades réactivent régulièrement le débat sur la circulation des armes à feu et la sécurité des établissements scolaires. Aux États-Unis, 97 % des districts scolaires pratiquent régulièrement des « exercices de confinement » pour faire face au risque en cas d'attaque par armes à feu. Mais la prévention ne semble pas suffire. Le sénateur républicain Ted Cruz et le procureur général de l'État, Ken Paxton, ont proposé de placer davantage de policiers armés dans les écoles, voire de donner des armes aux enseignants de manière à empêcher les fusillades de masse. L'idée d'armer les enseignants est mise en avant par les défenseurs du port d'armes à feu depuis la fusillade de Sandy Hook à Newtown (Connecticut), où 20 enfants et six adultes ont été assassinés en 2012. Des syndicats enseignants tels l'American Federation of Teachers et la National Education Association demandent instamment, pour la sécurité des élèves, que les écoles rejettent les tentatives d'armement du personnel scolaire et se concentrent plutôt sur des solutions éprouvées permettant d'empêcher les fusillades. Le débat sur les fusillades scolaires devient politique opposant Républicains et Démocrates à l'échelle du Texas, mais aussi des États-Unis (voir le classement des Etats établi par le site EveryTownResearch).

Classement des états des États-Unis concernant la loi sur les armes à feu par rapport au taux de mortalité par arme à feu
(source : 
DataIsBeautiful)



Selon le Center for Disease Control and Prevention, 45 222 décès liés aux armes à feu ont été enregistrés en 2020 aux États-Unis (voir les données pour 2022 sur cette page Wikipédia). La mort par arme à feu concerne les enfants. Il s'agit même de la première cause de décès dans ce groupe d'âge depuis 2020. Rien qu'en 2020, 4 300 enfants sont morts à cause d'armes à feu. 

Principales causes de décès chez les enfants et les adolescents aux États-Unis, de 1999 à 2020
(source : Current Causes of Death in Children and Adolescents in the United States)



L'attention des médias a tendance à se concentrer sur les fusillades scolaires faisant un nombre élevé de victimes, comme celles qui se sont produites au lycée Columbine (Colorado) ou au lycée Marjory Stoneman Douglas à Parkland en Floride. Mais de nombreuses autres fusillades scolaires ont eu lieu au cours des 20 dernières années dans une grande variété de circonstances. Au delà de ces événements, les effets durables de l'exposition aux fusillades dans les écoles doivent véritablement être pris en compte.

Références

  • Les États-Unis sous le choc d’une nouvelle fusillade : au moins 19 enfants tués dans une école du Texas (Le Monde).
  • Fusillade au Texas : la police sous le feu des critiques, des parents des victimes en colère (BFM-TV).
  • Les fusillades aux États-Unis en 2022 (carte réalisée par l'AFP).
  • Taux de possession d'armes à feu par états des Etats-Unis et par pays dans le monde (World Population Review).
  • Classement des états des États-Unis concernant la loi sur les armes à feu par rapport au taux de mortalité par arme à feu (DataIsBeautiful).
  • Près de 60 000 magasins de vente d'armes à feu aux Etats-Unis, soit environ 4 fois plus que le nombre de Starbucks (DataIsBeautiful).
  • Aux Etats-Unis, plus d’armes à feu en circulation entraînent toujours plus de morts (Le Monde).
  • Les Etats les plus armés sont-ils les plus touchés par les fusillades ? (Diploweb).
  • Texas school shooting : Every US state affected - maps reveal scale of gun violence in America (Sky News).
  • Current Causes of Death in Children and Adolescents in the United States (The New England Journal of Medicine).
  • US Mass Shootings, 1982–2022 : Data From Mother Jones’ Investigation (Mother Jones).
  • More than 311 000 students have experienced gun violence at school since Columbine (Washington Post).
  • When Prevention Isn’t Enough : Managing School Mass Shootings Along The Risk Continuum (Health Affairs).
  • Outrage and inaction: how the push for US gun control rises and falls with each school shooting (The Guardian).
  • Gun control really works. Science has shown time and again that it can prevent mass shootings and save lives (Insider).
  • Lasting Effects of Exposure to School Shootings (EconoFact)
  • After Sandy Hook, we said never again. And then we let mass shootings happen (Vox)
  • When Prevention Isn’t Enough : Managing School Mass Shootings Along The Risk Continuum (Health Affairs).
  • Keeping Our Schools Safe. A Plan for Preventing Mass Shootings and Ending All Gun Violence in American Schools (Everytown Research & Policy).

Articles connexes

Cartographie des fusillades de masse aux États-Unis : comment étudier et objectiver le phénomène ?


 



Atlas stratégique de la Méditerranée et du Moyen-Orient (FMES)


La Fondation Méditerranéenne d'Etudes Stratégiques (FMES) publie chaque année un atlas stratégique. L'édition 2022 comporte 50 cartes inédites et originales, qui en font une véritable boîte à outils. L'Atlas est en téléchargement gratuit sur le site de la FMES.



« Le bassin méditerranéen et le Moyen-Orient sont devenus un concentré de notre monde en fragmentation. Nous vivons en effet une bascule historique : la perte de l’ascendant économique, politique, culturel et moral de l’Occident marque la fin d’une tendance multiséculaire qui s’était renforcée avec la révolution industrielle du XIXème siècle, avait accéléré après la Deuxième Guerre mondiale et avait connu une forme d’apothéose à l’issue de la guerre froide, il y a tout juste 30 ans. Cette désoccidentalisation favorise l’émergence de modèles et de puissances alternatifs, en premier lieu celui de la Chine, qui a exploité la crise liée à la pandémie de Covid pour passer la vitesse supérieure et asseoir son leadership en profitant des désarrois américain et européen. Mais d’autres modèles réapparaissent, qui s’appuient sur des référentiels historiques et culturels que nous avions oubliés : la Russie, l’Iran, la Turquie, le monde islamique. » 

L’originalité de cet Atlas consiste à mettre en valeur trois éléments clés rarement présentés dans ce genre d’ouvrage : 

1) La prise en compte du domaine de l’invisible qui recouvre tout ce qui ne se voit pas facilement mais qui joue pourtant un rôle crucial dans la stratégie du pays (moyens de renseignement stratégique, satellites, cyber-offensif, brouillage et guerre électronique, action sous-marine, action clandestine, frappes furtives ou non-revendiquées) ; 

2) La qualité des armements les plus significatifs sur une échelle de cinq étoiles, en présentant les systèmes d’armes qui auraient une influence clé sur l’issue des combats, tels que les missiles de croisière, les drones armés, les missiles et torpilles antinavires, les missiles antiaériens de longue portée et l’armement de pointe des combattants projetés dans la profondeur du territoire adverse (missiles antichars et antiaériens portables les plus performants) ; l’objectif n’est pas d’indiquer le nombre exact de vecteurs dont les armées disposent, mais les meilleurs systèmes d’armes auxquels serait confronté un éventuel ennemi ; 

3) L’efficacité des armées, là aussi sur une échelle de cinq étoiles, en analysant de la manière la plus objective et complète possible les facteurs matériels et humains. Bien évidemment, ces évaluations qualitatives pourront paraître subjectives et la FMES ne prétend pas qu’elles soient scientifiquement exactes ; elles n’ont qu’une valeur indicative qui représente la synthèse de très nombreux éléments d’appréciation disponibles en source ouverte, croisées avec les informations récoltées lors de la préparation de cet Atlas et l’expérience de notre réseau d’experts de terrain.

A découvrir également : Atlas de l’École de Guerre Édition 2022. Une géopolitique du monde

Articles connexes

Le Moyen-Orient, une construction instable et récente : la preuve en cartes et en schémas

La carte, objet éminemment politique : la cartographie du Moyen-Orient entre représentation et manipulation

The Power Atlas. Un atlas pour aborder les éléments clés de la puissance aujourd'hui

Mesurer le rayonnement des grandes puissances à travers leurs réseaux diplomatiques

Utiliser les cartes du CSIS pour étudier les grandes questions géopolitiques du monde contemporain

Atlas of the Human Planet 2020. Pour des géodonnées ouvertes et gratuites

Atlas 2020 des Objectifs de développement durable (Banque mondiale)

Espace mondial : l’Atlas de Sciences Po 2018 en version numérique


Portraits des circonscriptions législatives en France (2022)


L’Insee met à disposition un ensemble d’indicateurs économiques et sociodémographiques, sous forme de fiche individuelle pour chaque circonscription et d’un fichier de données en téléchargement.

Portraits des circonscriptions législatives - indicateurs économiques et socio-démographiques (Licence Ouverte / Open Licence version 2.0)

Les circonscriptions législatives sont le cadre territorial d'élection de chaque député à l'Assemblée nationale. La France en compte 577 : 539 en France métropolitaine, 19 dans les cinq départements et régions d'Outre-Mer (DROM), 8 dans les collectivités d'Outre-Mer (COM) de Saint-Martin, Saint-Barthélemy, Saint-Pierre-et-Miquelon, la Nouvelle-Calédonie, la Polynésie française et Wallis-et-Futuna, et 11 pour les Français de l'étranger.


Évolution annuelle de la population dans les circonscriptions législatives (2013-2019)



Le fond de carte des circonscriptions a été réalisé par l’Insee à partir des fonds IGN et des éléments du code électoral, complétés d’informations fournies par le Ministère de l’Intérieur et les préfectures. Il est mis à disposition dans sa version allégée, avec des contours simplifiés (au format shp compatible SIG).

Trois sources de données ont servi pour établir les indicateurs économiques et socio-démographiques :

Prolongements

  • Législatives : les fortes disparités entre les 577 circonscriptions sur le nombre d’habitants ou d’inscrits, le taux de chômage, l’âge moyen (Le Monde). Avec une cartographie originale "en nids d'abeille" pour s'abstraire de la maille des circonscriptions et faire apparaître les disparités.

  • Portrait-robot des circonscriptions législatives de France métropolitaine (L'Indépendant).

  • Législatives 2022 : des candidats dissidents se présentent-ils dans votre circonscription ? (Ouest-France)

Lien ajouté le 3 juin 2022


Lien ajouté le 12 juin 2022

Lien ajouté le 17 juin 2022


Articles connexes

Analyser les cartes et les données des élections législatives de juin 2022 en France

Les données à composante géographique référencées sur le site Data.gouv.fr

Analyser les cartes et les données des élections présidentielles d'avril 2022 en France

Dis-moi où tu vis, je te dirai ce que tu votes ? (Géographie à la carte, France Culture)

S'initier à la cartographie électorale à travers l'exemple des élections présidentielles de novembre 2020 aux Etats-Unis

Rubrique fonds de cartes SIG

Rubrique Données

Regioviz, un outil de géovisualisation pour situer les régions françaises en Europe


Source : M. Viry, R. Ysebaert et M. Guérois, « Regioviz, un outil de géovisualisation pour situer les régions françaises en Europe », Mappemonde, 133 | 2022.

Regioviz est un outil de visualisation interactive qui permet aux acteurs publics territoriaux de situer le profil démographique et socio-économique des régions françaises par rapport à leurs homologues européennes. Après avoir montré comment Regioviz s’inscrit dans le champ des outils de géovisualisation conçus pour faciliter les comparaisons territoriales, cet article en présente les principales fonctions, en insistant sur l’adaptation de l’application à des utilisateurs qui ne sont pas, a priori, familiers des représentations multivariées de l’information géographique.

En s’appuyant sur les besoins exprimés par les acteurs territoriaux, le choix de développer un outil ad hoc, tel que Regioviz, permet d’orienter la navigation à l’aide de questions simples pour l’observation (« quelle est la position de ma région ? quelles sont les régions qui lui ressemblent le plus et selon quels critères ? ») et de minimiser le temps de formation. L’originalité de Regioviz ne réside donc pas tant dans la conception de méthodes de visualisation et d’interactivité innovantes que dans la démarche d’articulation de ces fonctions d’analyse au sein d’une même interface, répondant, a priori, aux besoins des utilisateurs.

L'application Regioviz a été conçue par l’équipe de l'UMS RIATE pour l’Observatoire des territoires de l’ANCT (Agence Nationale pour la Cohésion des Territoires, ex-CGET). Dans le prolongement des travaux consacrés aux effets des nouveaux découpages territoriaux sur la position relative des régions en France et en Europe, il s’agissait de concevoir un outil pédagogique et adapté à une démarche plus exploratoire et interactive des comparaisons régionales. Les trois maillages territoriaux disponibles dans Regioviz sont NUTS1, NUTS2 et Maille Infra Nationale de Décision (MIND). La MIND est une création du projet et combine les niveaux 1 et 2 de la nomenclature territoriale NUTS pour proposer un maillage territorial comparable d'un point de vue statistique et pertinent du point de vue de la prise de décision politique. 

L'article aborde également trois autres applications de géovisualisation pour comparer les régions et les villes européennes :

Articles connexes

Image, le générateur de cartes statistiques d'Eurostat

Les Européens se sentent-ils plus attachés à l'Union européenne, à leur pays ou à leur région ?

L’inégale abordabilité du logement dans les villes européennes (Cybergéo)

Le vieillissement de la population européenne et ses conséquences

Tableau de bord de la mobilité en Île-de-France

Rubrique Cartographie thématique et webmapping


La carte, objet éminemment politique : vers une lecture géopolitique de l'Eurovision


L'Eurovision de la chanson est un concours organisé depuis 1956 par l'Union européenne de radio-télévision. Retransmis à la télévision, la radio et sur Internet, ce concours peut être regardé comme un grand show de divertissement réunissant de nombreux pays européens (même au-delà de l'Europe). Les controverses politiques sont de plus en plus nombreuses du fait de son fonctionnement. Chaque pays est invité, par jury national et par télévote, à distribuer un nombre de points aux pays dont il a préféré les chansons. Ce système est de nature à favoriser la proximité géographique ou au contraire à traduire des inimitiés. Il peut donc être intéressant d'en proposer une grille de lecture géopolitique.

Pour commencer, voici une petite présentation des enjeux géopolitiques par Jules Grandin pour l'émission Le Cartographe (« Qui vote pour qui à l'Eurovision ? » TMC, 12 mai 2022).

La dimension partisane de l'Eurovision est devenue encore plus flagrante depuis 2014 où les tensions géopolitiques entre la Russie et l'Ukraine ont des conséquences sur le déroulement du concours. En 2016, la victoire de la représentante ukrainienne Jamala suscite une importante controverse sur Internet pour sa chanson 1944, évoquant la déportation des tatars de Crimée par les autorités soviétiques durant la Seconde Guerre mondiale. Certains qualifient cette victoire de trop « politique », accusant même la chanteuse de diffuser de la « propagande anti-russe ». Il y a notamment des appels au boycott de l'édition 2017 du concours et une pétition a été créée dans le but de recommencer le décompte des points. 

Lors du concours 2022, dans le contexte d'invasion de l'Ukraine par la Russie, l'Ukraine l'emporte massivement par le télévote alors qu'elle n'est classée que 4e par le jury (voir le détail des votes par pays sur le site d'Eurovision ainsi que la carte par pays). Cette victoire est qualifiée par plusieurs médias de symbolique. Le journal Libération résume les résultats de cette 66e édition en ces termes : « Tout le monde s’attendait à ce que l’Ukraine gagne l’Eurovision, l’Ukraine devait gagner l’Eurovision, l’Ukraine a gagné l’Eurovision. » (Libération, Eurovision 2022 : victoire de l’Ukraine, amour total, vide sidéral, 15 mai 2022).

L'Eurovision, le concours de musique live le plus important et peut-être le plus excentrique au monde, est surtout connu pour ses performances exagérées et son potentiel de création de stars. Mais en tant que vitrine destinée à promouvoir l'unité européenne et les échanges culturels, il n'a jamais vraiment été séparé de la politique, bien que les règles du concours interdisent normalement aux candidats de faire des déclarations politiques lors de l'événement. En 2022, le groupe Kalush Orchestra of Ukraine a été nommé vainqueur, poussé au sommet par le vote du public. Le groupe a remporté la victoire avec une interprétation d'une chanson conçue comme un hymne en hommage à l'Ukraine en tant que patrie. Quelques heures après avoir remporté le concours de l'Eurovision, le groupe ukrainien a également mis en ligne un clip pour sa chanson lauréate nommée Stefania. Cette vidéo fait aussi écho à l'invasion russe en Ukraine.

Afin de montrer à quel point l'Eurovision est désormais basé sur les scores de popularité, Maarten Lambrechts à chercher à comparer lors du Concours 2019 ce que seraient les résultats si on utilisait les recherches effectuées sur le moteur de Google. Il montre, à partir des données Google Trends, que l'on peut prédire sensiblement les résultats réels à partir de l'activité de recherche sur Internet. Un tableau permet de comparer les recherches par pays avec le système de vote à 12 points et le classement par télévote.

D'un point de vue géopolitique, on peut s'interroger si le concours de L'Eurovision est encore aujourd'hui le marche pied sur le grand escalier de l’Union européenne. Pour Cyrille Bret et Florent Parmentier (« Géopolitique de l’Eurovision : un miroir déformant de l’identité européenne », Diploweb, 23 mai 2017), "le miroir déformant que l’Eurovision tend au continent européen fait apparaître tout à la fois ses forces, ses limites et ses contradictions... Ce qui se joue c’est évidemment la position relative des grands Etats de la construction européenne (à l’exception de la Pologne) et ses rapports avec les autres membres de l’Union européenne qui, issus d’élargissements plus récents, commencent à peser si ce n’est dans le concert des nations du moins dans le concert de l’Union. En somme, l’enjeu est ici moins le déclin des anciens membres de l’Union que la cohésion interne du continent et les résultats des politiques d’élargissement engagées durant les années 2000. En outre, l’Eurovision, parce qu’il propulse sur la scène européenne des artistes, des industries et des pays qui ne sont pas stricto sensu européens (Azerbaïdjan, Israël, etc.) et s’adresse à des publics non-européens (arabes et musulmans notamment) pose la question des rapports de voisinage de l’Union européenne". 

L'étude conduite par le journal El Orden Mundial (14 mai 2022) est intéressante sur le plan géopolitique. Elle propose une carte des blocs de l'Eurovision. Elle met en évidence sur un temps long (1975-2021) les liens politiques ainsi que les affinités culturelles. Les anciens pays du bloc de l'Est et la Yougoslavie ont donné à la Russie 60 % des points qui lui ont été attribués depuis sa première participation en 1994. L'Estonie, la Lettonie, la Lituanie, la Biélorussie, l'Ukraine et l'Arménie ont voté pour la Russie plus que pour tout autre pays. Au sein de la carte des blocs de vote de l'Eurovision, il y a aussi des pays qui rompent avec la dynamique du groupe auquel ils appartiennent et qui optent pour des options alternatives. C'est le cas par exemple de la Suède qui vote généralement pour l'Irlande ou l'Allemagne qui diversifie considérablement son vote (malgré le fait qu'elle ait cessé de participer depuis 2013, la Turquie reste son vote principal). De la même manière, il y a des pays qui reçoivent beaucoup plus de votes d'un participant qu'ils n'en reçoivent en retour. Le cas le plus significatif est celui de l'Italie et du Portugal : depuis 1975, Rome a reçu 153 voix de plus qu'elle n'en a donné à Lisbonne. Ce déséquilibre est également présent dans les relations de la Russie avec l'Estonie, la Lettonie et la Biélorussie, ou entre l'Espagne et l'Allemagne - Madrid a donné 116 points de plus à Berlin qu'elle n'en a reçu d'elle - ou la Suisse - elle a reçu 103 points de plus. En voyant le Royaume-Uni en dernière place en 2021, les Britanniques eux-mêmes n'avaient déjà plus guère de doute sur le côté géopolitique de l’Eurovision.

Géopolitique et liens culturels : la carte des blocs de l'Eurovision à l'échelle européenne (El Orden Mundial, 14 mai 2022)


Cette infographie met en évidence les liens culturels sur un temps long (1975-2021), mais ne permet pas de saisir les changements géopolitiques dans la période récente, notamment la solidarité entre pays de l’Est qui s'effrite de plus en plus (voir cette caricature de Charlie Hebdo). D'où l'importance de pouvoir accéder aux données. 


Accès aux données

Pour aller plus loin

  • Jean-François Gleyze, « L’impact du voisinage géographique des pays dans l’attribution des votes au Concours Eurovision de la Chanson », Cybergeo : European Journal of Geography, 2011.
  • Cyrille Bret, Florent Parmentier, « Géopolitique de l’Eurovision : un miroir déformant de l’identité européenne » (Diploweb, 23 mai 2017).        
  • « Geopolítica y lazos culturales : el mapa de los bloques de Eurovisión »  (El Orden Mundial, 14 mai 2022)
  • «  2022 Compasión, vecindad o geopolítica: así se vota en Eurovisión »  (RTVE, 14 mai 2022)
  • « Partisanship at Eurovision is becoming more blatant. Collusion between countries has increased tenfold in 40 years » (The Economist, 11 mai 2018)
  • Maarten Lambrechts, « The Eurosearch Song Contest 2019. What if Google searches were used to award points in the Eurovision Song Contest? And how close is this prediction based on search activity to the real Song Contest’s outcome ? » (Google Trends, 2019)
  • « Eurovision : petits votes entre pays amis  » (Le Parisien, 5 mai 2017). Voir l'infographie.
  • « L'influence de la géopolitique à l'Eurovision expliquée en cartes » (BFM-TV, 10 mai 2018).
  • « Eurovision : sous le kitsch, le strass et les paillettes, le poids de la géopolitique » (Le Monde, 15 mai 2022).
  • « Eurovision 2022 : petite géopolitique de l’Europe post guerre d’Ukraine » (Atlantico, 15 mai 2022).
  • « Aidez l'Ukraine !" : le message politique de Kalush Orchestra à l'Eurovision 2022 ne sera pas sanctionné » (BFM-TV, 10 mai 2022).
  • Eurovision 2022 : six pays accusés d'une tricherie d'une "ampleur inédite" (TF1).


Articles connexes

Géopolitique des débats présidentiels de l'entre deux tours depuis 1974

Géopolitique de la twittosphère en période d'élections présidentielles

Utiliser les cartes du CSIS pour étudier les grandes questions géopolitiques du monde contemporain

La carte, objet éminemment politique : la guerre en Ukraine

Quand Facebook révèle nos liens de proximité


Mesurer la liberté de la presse dans le monde en 2022. Reporters Sans Frontières modifie sa méthodologie


Comparer le degré de liberté dont jouissent les journalistes et les médias dans 180 pays ou territoires : tel est l’objectif du Classement mondial de la liberté de la presse. Cette analyse est basée sur une définition de la liberté de la presse élaborée par Reporters sans frontières (RSF) et son panel d’experts, dans le cadre de la révision méthodologique de 2022 :

“La liberté de la presse est la possibilité effective pour les journalistes, en tant qu’individus et en tant que collectifs, de sélectionner, produire et diffuser des informations dans l’intérêt général, indépendamment des interférences politiques, économiques, légales et sociales, et sans menace pour leur sécurité physique et mentale.”

 


Le score de chaque pays dépend désormais de cinq indicateurs contextuels, qui permettent de comprendre la liberté de la presse sur un territoire dans sa complexité : contexte politique, cadre légal, contexte économique, contexte socioculturel et sécurité. Un sous-score est calculé pour chaque indicateur, entre 0 et 100. Ils ont tous un poids égal au sein du score global. Et au sein de chaque indicateur, toutes les questions et sous-questions ont le même poids.


Ce changement rend les comparaisons avec les années plus délicates. Mais sur l'outil de cartographie en ligne, RSF permet de faire des comparaisons avec la même échelle de couleurs. RSF alerte depuis plusieurs années sur une hausse globale de la désinformation et du "contrôle des médias".

On observe de très graves atteintes à la liberté de la presse dans 28 pays en 2022. L’invasion de l’Ukraine (106e rang) par la Russie (155e) contribue à une guerre de propagande. Hong Kong connaît un recul impressionnant en passant du 80e au 148e rang. La France, qui avait connu un recul relatif, remonte du 34e au 26e rang. La Norvège, le Danemark et  la Suède restent dans le peloton de tête en raison de leur liberté d’expression. Grâce à un changement de gouvernement en Moldavie (40e) et en Bulgarie (91e), ces deux pays se distinguent par l’espoir d’une amélioration de la situation des journalistes, même si les médias y sont encore essentiellement détenus ou contrôlés par des oligarques.

« Dans les sociétés démocratiques, le développement de médias d’opinion sur le modèle de Fox News et la banalisation des circuits de désinformation, amplifiée par le fonctionnement des réseaux sociaux, provoquent un accroissement des clivages. Sur le plan international, l’asymétrie entre, d’une part, les sociétés ouvertes et, d’autre part, les régimes despotiques qui contrôlent leurs médias et leurs plateformes tout en menant des guerres de propagande, affaiblit les démocraties. Aux deux niveaux, cette double polarisation est un facteur d’intensification des tensions. »







Articles connexes



Carte de l'indice de perception de la corruption (Transparency International)

L'indice de perception de la démocratie selon Dalia Research



World Map Generator et Graticule, deux applications pour générer ses propres fonds de carte à partir de projections


Ce billet présente deux applications en ligne très pratiques pour concevoir ses propres fonds de carte à partir de différentes projections cartographiques :

  • World Map Generator permet de générer un fond de carte en centrant sur n'importe point du globe et en jouant sur les différentes projections proposées. 

  • Graticule, développé par l’Atelier de cartographie de Sciences Po, est un outil assez similaire avec quelques fonctionnalités en plus. Mais les deux applications sont complémentaires.

1) World Map Generator, une application destinée à fabriquer sa propre projection

Comme le rappelle l'équipe suisse qui a développé cette application, le but est de pouvoir créer des cartes alternatives du monde. Julia Mia Stirnemann se passionne depuis dix ans pour les cartes et les visions du monde qui leur sont associées. Elle a conçu la première version de l'outil cartographique dans le cadre de sa thèse de doctorat à la Haute École des arts de Berne (HKB) et le développe maintenant avec Rouven Bühlmann, développeur web.

« Les cartes du monde générées par World Map Generator sont plus difficiles à lire que les cartes traditionnelles. Notre vision du monde habituelle est tellement régie par des normes et des conventions que nous avons peine à interpréter des cartes non conventionnelles du monde » explique Julia Mia Stirnemann


Le site World Map Generator a bien évolué avec un grand choix de projections (y compris en double hémisphère). Il permet d'exporter sa projection personnalisée au format SVG. Pour récupérer les différents calques dans un logiciel de dessin vectoriel, il faut un peu de manipulations (voir ce fil Twitter).


Pour rappel, son prédécesseur World Map Creator ne permettait que des exports en PNG. Ce site très pédagogique reste néanmoins pratique pour sa simplicité par rapport à World Map Generator (développé par la même équipe de la Haute École des arts de Berne).




2) Graticule, un outil orienté vers l'extraction de fonds de carte

Graticule est une application en ligne encore plus nettement orientée vers la création de fonds de carte à partir de projections cartographiques. Conçu et développé par l’Atelier de cartographie, cet outil gratuit et open source permet à tout type de public de s’initier à la cartographie et ses concepts (notamment la latitude et la longitude, les parallèles, l'indicateur de Tissot...). Sur le fond de carte, il est possible d'ajouter les frontières, le relief, les lacs et rivières, les villes, etc.

L’interface et les fonctionnalités de l’application ont été pensées pour un public large afin de découvrir et manipuler les projections cartographiques, ajouter des informations géographiques, ou même mobiliser des notions en design graphique (voir la prise en main sur le site Cartolycée). L'échelle s'adapte bien dans Graticule selon trois critères : la projection, le niveau de zoom et la position dans la carte. Mais deux comportement sont possibles.


La création de fonds personnalisés s'effectue en 5 étapes bien identifiées :

  • CADRER : sélectionner une région ou un pays dans une liste ou bien naviguez librement dans la carte
  • PROJETER : trouver une projection cartographique adaptée à son cadrage
  • PERSONNALISER: afficher des informations géographiques et changer le style de votre fond de carte
  • SIMPLIFIER : ajuster le niveau de détail des tracés pour faciliter la lecture de la carte
  • TÉLÉCHARGER : avec différents formats disponibles (PNG, SVG ou PDF).

Khartis (Atelier de cartographie de Sciences Po) et Magrit (UAR2414 RIATE) sont deux applications en ligne destinées plutôt à effectuer des traitements statistiques, mais elles peuvent être utilisées pour exporter des projections cartographiques. 

Voir notre page ressources qui recense d'autres outils permettant de découvrir et manipuler des projections cartographiques.

Articles connexes

World Map Creator, une application très pédagogique pour travailler sur les projections

Compare Map Projections. Un site pour comparer des projections cartographiques entre elles

The Impossible Map (1947), un court métrage d'animation très pédagogique d'Evelyn Lambart pour montrer pourquoi les projections cartographiques sont trompeuses

Pourquoi les projections icosaédriques ont tendance à nous fasciner 

La nouvelle projection Equal Earth, un bon compromis ?

Des usages de la projection Spilhaus et de notre vision du monde

Utiliser Khartis dans le cadre de la géographie scolaire

Utiliser Magrit dans le cadre de la géographie scolaire

Page de ressources sur les projections cartographiques



L'histoire par les cartes : une série de webconférences diffusées par la Chicago Map Society


La Chicago Map Society est une véritable institution aux Etats-Unis. Elle est la plus ancienne société de cartographie en Amérique du Nord et organise des réunions mensuelles entre ses membres et à destination du public depuis 1976. Elle soutient des projets cartographiques tels que The History of Cartography Project, un vaste projet de recherche et d'édition de l'Université du Wisconsin - Madison. Du fait des contraintes de la pandémie, elle organise des webconférences qui sont désormais mises en ligne sur Internet.



La chaîne Youtube de la Chicago Map Society diffuse une série de webconférences sur la cartographie, son histoire et ses objets de recherche. Ces conférences concernent les cartes et vues anciennes de la ville de Chicago et plus largement l'histoire de la cartographie à l'échelle du monde.

Voici la liste des conférences d'ores et déjà disponibles : 



Articles connexes 

The History of Cartography : une collection monumentale consacrée à l'histoire mondiale de la cartographie

Vues panoramiques des villes américaines au XIXe siècle

L'histoire par les cartes : cartes historiques de New York





Image, le générateur de cartes statistiques d'Eurostat

 

IMAGE (Interactive Map Generator) est un générateur de cartes qui permet de produire des cartes thématiques à l'échelle des pays et régions de l'Union européenne, de l'AELE et des pays candidats à l'UE. Il est destiné à faciliter la création rapide de cartes statistiques pour un usage personnel ou professionnel. Il nécessite de s'inscrire sur le site avant de pouvoir l'utiliser.

La version 4 du module cartographique IMAGE proposé par Eurostat permet de générer des cartes choroplèthes en couleurs, des cartes par trames en N&B ou des cartes par figurés ponctuels proportionnels.


La génération de cartes se déroule en plusieurs étapes bien identifiées :

  • Choix des données (à partir de la base Eurostat ou de données importées)
  • Sélection du type de carte (à partir de modèles pré-établis ou non)
  • Sélection de la palette de couleurs
  • Choix de la méthode de discrétisation 
  • Ajout de textes
  • Ajout d'étiquettes
  • Export de la carte au format  PNG, SVG ou PDF
  • Téléchargement du jeu de données


Le principal intérêt de l'application IMAGE est de pouvoir cartographier directement les données Eurostat disponibles à différentes échelles - européenne, nationale et régionale (NUTS 1, 2 et 3). La Nomenclature des unités territoriales statistiques (NUTS) est un découpage territorial destiné à faciliter les comparaisons entre pays et régions de l'UE. L'histogramme donne accès à la répartition et facilite le choix des seuils. On peut sauvegarder le jeu de données sur lequel on travaille pour l'importer à nouveau dans l'application. Ces mêmes données sont disponibles sur le serveur d'Eurostat qui offre aussi un petit module pour afficher les données au format graphique ou cartographique.


Pour utiliser les données Eurostat dans une autre application (SIG ou autre logiciel de cartographie)

L'application IMAGE ne comprend pas toutes les fonctionnalités d'un logiciel de cartographie statistique ou d'un SIG. On peut utiliser l'application Eurostat.map.js pour développer des cartes en ligne. Sinon il est également possible d'importer les données pour réutilisation dans une autre application. 

Dans le cadre du projet GISCO (Système d'information géographique de la Commission européenne), l'UE fournit des fonds de cartes et des données SIG à différentes échelles et dans différents formats (shp, svg, topojson, geojson).

Les fonds NUTS sont disponibles en téléchargement sur le site de la Commission européenne. La nomenclature NUTS (Nomenclature des unités territoriales statistiques) est un système hiérarchique divisé en 3 niveaux. Le niveau NUTS 1 correspond aux grandes régions socio-économiques (92 régions), le niveau NUTS 2 aux régions de base pour l'application des politiques régionales (242 régions), le niveau NUTS 3 aux sous-régions pour des diagnostics spécifiques (1 166 sous-régions). Le niveau NUTS 0 coïncide généralement avec les frontières nationales. La législation NUTS est périodiquement modifiée, ce qui explique qu'il y a différentes années en téléchargement.

Dans le cadre de l'Audit urbain, Eurostat fournit une base statistique commune pour l'ensemble des aires urbaines à l'échelle européenne. Ces données statistiques sont produites sur deux niveaux géographiques : les Cities (densité supérieure à 1 500 habitants par km2) et les aires urbaines fonctionnelles ou FUA (zone de navettage fixée à au moins 15 % des actifs). L'INSEE met à disposition ces fichiers à l'échelle de la France métropolitaine et des départements d'outre-mer. Ces aires urbaines sont désormais intégrées à la nomenclature des NUTS (au niveau NUTS 3). 


Articles connexes


Le vieillissement de la population européenne et ses conséquences

Les régions européennes selon 18 indicateurs d'innovation (RIS)

Utiliser Khartis dans le cadre de la géographie scolaire

Cartographie thématique et webmapping

Rubriques données