Des usages de la projection Spilhaus et de notre vision du monde

 
La projection élaborée par l'océanographe Athelstan Spilhaus semble aujourd'hui connaître un regain d'intérêt. A l'origine, il s'agit pour son auteur de représenter la planète sous la forme d'un océan unique autour duquel il répartit les terres émergées (à la manière des rives autour d'un lac). Comme chacun sait, les usages des projections cartographiques en disent souvent davantage que l'intention initiale de leur auteur. La projection Spilhaus en fournit un bon exemple. Alors qu'on avait l'habitude d'étudier les tensions et rivalités depuis l'Arctique (une vision héritée de la Guerre froide), la projection Spilhaus permet d'étudier ces enjeux depuis l'Antarctique avec une vision depuis l'hémisphère sud. De là à penser qu'elle permet de renverser notre regard sur le monde ? La question mérite d'être posée car l'usage d'une nouvelle projection n'est jamais neutre.
 
La projection Spilhaus (site de Jason Davies)



1) Vers la représentation d'un océan global

Athelstan Frederick Spilhaus (1911-1998) est géophysicien et océanographe. D'origine sud-africaine, il migre aux Etats-Unis dans les années 1930 et s'illustre par diverses inventions, dont un thermomètre capable d'enregistrer la profondeur et la température en eau profonde. Ce qui permet d'enregistrer les changements causés par les navires en mouvement pendant la Deuxième Guerre mondiale (en particulier les sous-marins allemands). En 1942, il cherche à élaborer une carte des océans représentés sous la forme d'une masse d'eau unique. Pour ce faire, il combine deux projections (celle d'Ernst Hammer et celle d'August Heinrich Petermann). 
 
La projection Spilhaus repose sur une projection interrompue. Sa construction est assez complexe et a connu des variations. Il faut attendre les années 1980 pour en avoir une version stabilisée (cf son ouvrage Atlas of the World with Geophysical Boundaries publié en 1991). Les pôles sont placés en Amérique du Sud et en Chine, déformant particulièrement les continents. La projection est en fait découpée dans un carré (cliquer sur l'animation ci-dessous pour comprendre le découpage).


 
La carte océanique de Spilhaus est une projection centrée sur l'Antarctique. C'est un choix délibéré qui lui permet ensuite d'étirer les surfaces océaniques dans toutes les directions sans les déformer (il s'agit donc d'une projection conforme). La projection est déroutante de prime abord car les continents sont complètement écartelés. Seule l'Europe, l'Afrique et l'Asie du Sud-Est ont une forme à peu près cohérente, avec une taille malgré tout assez réduite. Les océans quant à eux sont regroupés en une seule étendue liquide. Une sorte d'immense mer intérieure (un peu plus de 70% de la surface de la Terre) apparaît ainsi sous nos yeux.
 
La Spilhaus, une projection déroutante qui étire les surfaces océaniques dans toutes les directions
 
 

 
Rappelons que l'Océan mondial génère plus de 60% des services écosystémiques qui nous permettent de vivre, à commencer par la production de la majeure partie de l'oxygène que nous respirons. Cette carte symbolise l'importance des espaces maritimes. Son usage était jusque-là plutôt dédié aux enjeux géo-environnementaux, notamment à l'étude des océans et de leurs dynamiques.
 
La circulation marine générale vue sur une projection Spilhaus (Ⓒ Michael P. Meredith)

Source :  The global importance of the Southern Ocean, and the key role of its freshwater cycle, Ocean Challenge, Vol. 23, No.2 (2019)
 
La Spilhaus a été baptisée l'« image environnementale la plus influente de tous les temps » du fait qu'elle permettait de représenter la Terre comme un écosystème unique et fragile. C'est ce qui explique son usage fréquent pour défendre des causes environnementales (voir par exemple l'article de  Libération « Y a-t-il vraiment 5 continents de plastique ? »). Il est symbolique que ce soit souvent la couleur verte qui soit choisie pour représenter l'Océan unique (voir notamment la version qu'en donnent Nicolas Lambert et Christine Zanin dans leur atlas Mad Maps).
 
Une carte utile pour les baleines et les dauphins... ou pour des marins faisant le tour du monde :
 
La projection Spilhaus avec les trajectoires des cyclones dans les différents océans (par Craig Williams) :
http://pbs.twimg.com/media/EIvtWxbVUAEpnYJ?format=jpg&name=4096x4096

Suivi au sol de débris de satellites :
 

 
2) Quelle vision des (en)jeux de puissance et du "merritoire" ?
 
La projection Spilhaus met en évidence la connexion des océans. Mais en réalité elle est peu adaptée pour étudier les échanges maritimes qui ne passent pas vraiment par l'Antarctique. L'atlas Espace mondial de Sciences Po a ainsi préféré opter pour les projections Waterman et Atlantis (à comparer). Si la projection Spilhaus a tendance à faire disparaître les grandes façades maritimes, elle permet cependant de faire ressortir des enjeux géostratégiques. Les rivalités entre puissances s'exercent de plus en plus à travers la domination des espaces maritimes. La projection Spilhaus permet de représenter la course au "merritoire" (cf luttes pour le contrôle, la gestion et l'exploitation des territoires maritimes).


Un seul océan mondial, neuf bases pour les sous-marins nucléaires lanceurs d'engins
(source : Géoconfluences)

 

 

On avait l'habitude de représenter les tensions et rivalités depuis l'Arctique : une vision héritée de la Guerre froide, mais qui remonte en fait à plusieurs siècles (voir cette carte de 1752 de Philippe Buache représentant "le planisphère physique depuis le pôle septentrional"). Aujourd'hui, la projection Spilhaus permet d'étudier ces enjeux depuis l'Antarctique avec une vision depuis l'hémisphère sud. Ce n'est pas seulement un renversement du regard. C'est aussi un détournement car Athelstan Spilhaus avait conçu à l'époque sa projection pour défendre une vision environnementale, loin de toute considération ou de tout intérêt géostratégique (même si par ailleurs ses recherches ont pu aider à détecter les sous-marins).

 
3) Quels usages scolaires pour la projection Spilhaus ?
 
La projection Spilhaus commence à se diffuser dans les manuels scolaires pour montrer les enjeux autour des mers et des océans, notamment dans le cadre du nouveau programme de Géographie Terminale (Thème 1 : "Mers et ocans au coeur de la mondialisation" et "La France, puissance maritime"). Avec parfois là aussi une vision assez géostratégique : la présence française se trouve en partie justifiée par la protection de la biodiversité marine à l'échelle mondiale. Preuve s'il en est que les questions stratégiques et environnementales sont aujourd'hui intimement liées.


Les enjeux de la présence française dans les mers et océans
(source : Ⓒ
Hatier Géographie Terminale, 2020, p. 77)
 

 
Au jeu des sources, il semble quelque peu difficile de retrouver l'origine d'une carte et son choix de projection. Il semble toutefois que la carte du manuel scolaire soit directement inspirée de celle de l'AFP, elle-même élaborée à partir des données de l'Agence française de la biodiversité.


En France, de nouvelles réserves naturelles pour aller vers 30% d'aires protégées 
(source : La Croix, 6 juin 2019)


 

 
En France, de nouvelles réserves naturelles pour aller vers 30% d'aires marines protégées
 



Références 

Le monde selon A. Spilhaus (Le Cartographe)
 
Les océans au centre du monde. La carte et le « merritoire » avec la Spilhaus (Clara Dealberto, Libération)
 
Mad Maps, l'Atlas qui va changer votre vision du monde. "Des cartes pour perdre le nord. Et si on regardait le monde non pas vu des continents mais des océans" (Interview des deux auteurs pour le journal La République)
 
Athelstan Spilhaus, Atlas of the World with Geophysical Boundaries : Showing Oceans, Continent and Tectonic Plates in Their Entirety. Independence Square, Philadelphia : The American Philosophical Society, 1991 (à consulter sur Google Books)

Global ocean circulation on a spilhaus projection (MapPorn)

The Spilhaus World Ocean Map in a Square (une story map racontant l'histoire de l'élaboration de cette projection - ESRI)
 
Spilhaus more like thrillhaus (des vues très esthétiques de la projection - ESRI)

Focus on oceans : une storymap sur les océans assortie de très belles cartes thématiques (ESRI)

Map of the planet if you were a fish : le monde vu par les poissons (Reddit)

Spilhaus Maps : mode de construction de la projection (Jason Davies)
 
The Spilhaus Endless Ocean Map Projection (Geography Realm)
 
La Spilhaus en carte par points dessinée à la main (Aventures in Mapping)

The Ocean Floor : une carte du plancher océanique réalisée en 1985 par Earl C. Bateman (Collection David Rumsey)









Articles connexes