La carte, objet éminemment politique : la carte des départements "en alerte" Covid-19

 

Le 23 septembre 2020, le ministre de la Santé Olivier Véran a présenté une nouvelle carte des départements "en alerte" face à l'épidémie de Covid-19. Celle-ci montrait 69 départements en rouge, dont 14 en "alerte renforcée" et 2 en "alerte maximale" (Bouches-du-Rhône et Guadeloupe). Si les Français ont pris l’habitude des cartes colorées en fonction de la circulation du virus, cette nouvelle mouture rompt avec les précédentes qui comportait trois niveaux de circulation du virus (vert, orange, rouge). Rappelons qu'il s'agit de la sixième version depuis le printemps. "La France hisse le drapeau rouge" comme titre le journal Le Parisien. L'objectif du Gouvernement semble être de diffuser un message d'alerte en direction de la population, mais aussi des élus qui ont souvent appris l'information par la télévision.

 

La carte repose non plus sur le taux d'hospitalisation ou d'accès à des soins intensifs, mais sur le taux d'incidence par département. Il s'agit du nombre de cas détectés pour 100 000 habitants sur les 7 derniers jours. Estimé sur la base du nombre de tests RT-PCR positifs pour 100 000 habitants et par semaine, il est calculé sur la période J-3 à J-9 (ici du 14 au 21 septembre). Le taux d'incidence peut en réalité être très évolutif d'une semaine à l'autre. Il illustre la dynamique de l'épidémie et dépend beaucoup du périmètre de la population testée. C'est un indicateur qu'il faut absolument lier à d'autres (en particulier les tensions sur l’offre de soins) si l'on veut parvenir à une analyse du risque.

La légende de la carte ne donne pas non plus la valeur de l'indicateur : pour les départements en alerte, il s'agit d'un taux d'incidence supérieur à 150 cas pour 100 000 habitants et 50 cas pour 100 000 habitants pour les personnes âgées. De manière générale, le dégradé de couleurs du rose au rouge écarlate a tendance à accentuer la gravité du phénomène (même s'il convient évidemment d'être vigilant et de ne pas minimiser le risque). Le site de BFM-TV en donne une version un peu différente qui sort des nuances de rouge.

 Carte des départements en alerte au 23 septembre 2020 (source : Ⓒ BFM-TV)

 

Ce classement diffère de celui des "zones de circulation active du virus", qui est plus générique et dont la liste est définie par décret (source : Légifrance). Ce dernier confère aux préfets des pouvoirs renforcés pour prendre des mesures supplémentaires en fonction des "données épidémiologiques locales". Ils peuvent par exemple limiter la circulation, fermer les bars, les restaurants ou les centres commerciaux, interdire certains rassemblements, comme c'est déjà le cas à Bordeaux, Marseille, en Guadeloupe ou à Lyon.

 Carte de circulation active du virus au 22 septembre 2020 (source : France Info)


En plus des départements, les villes de Bordeaux, Lyon, Nice, Lille, Toulouse, Saint-Étienne, Rennes, Paris, Rouen, Grenoble et Montpellier sont en zone d'alerte renforcée. Voici la traduction qu'en donne le journal Le Parisien avec sur le même plan des départements et des métropoles (ces dernières étant représentées par de simples figurés ponctuels ne tenant pas compte de l'importance de leur population).

 Carte des départements et métropoles en alerte au 23 septembre 2020 (source : Ⓒ Le Parisien)



La carte diffusée par le Gouvernement, à dominante de rouge, a immédiatement suscité des commentaires sur les réseaux sociaux et dans les médias. Elle a notamment fait réagir les élus locaux dans les départements où les mesures étaient les plus drastiques : interdiction de grands événements, fermeture avancée des bars à 22h, interdiction des rassemblements de plus de 10 personnes, fermeture des salles des fêtes et polyvalentes. Benoît Payan, premier adjoint au maire de Marseille, a mis en avant le fait que "les actions menées par la ville avaient commencé à porter leurs fruits" et s'est déclaré très étonné de voir Marseille en zone "rouge écarlate". Chiffres à l’appui, le premier adjoint soutenu par la classe politique locale et les cafetiers et restaurateurs, a demandé un délai de 10 jours avant la mise en place de décisions qualifiées "d’incroyables".
 
 
 
 
Il peut s'avérer intéressant de comparer la situation de la France à l'échelle européenne à la même date (23 septembre 2020), bien que les pratiques de test nationales, très différentes d'un pays à l'autre, font qu'on ne mesure pas forcément la même chose (il s'agit ici des cas rapportés sur 14 jours). Les pays du Nord mais également l'Italie, qui avait constitué un gros foyer d'épidémie, semblent relativement épargnés.  
 
 
Taux de Covid-19 pour 100 000 habitants rapporté sur 14 jours à l'échelle des régions européennes
(source : European Centre for Disease Prevention and Control) :













 

Mileva Boulestreau, Valentin Caro, Estelle Dantan, Yasmin Fernandez, Shirley Gasse, Célia Gourzones, Fanny Lange, Vincent Louis, Aurèle Pawlotsky et Laurene Pezron, « Les mesures locales d’aggravation de l’état d’urgence sanitaire », La Revue des droits de l’homme, Actualités Droits-Libertés, mis en ligne le 29 avril 2020. URL : http://journals.openedition.org/revdh/9189

 



Articles connexes

La carte, objet éminemment politique : quel sens accorder à la carte officielle du déconfinement ?

La carte, objet éminemment politique : la carte du couvre-feu en France (14 octobre 2020)