Le « redlining » : retour sur une pratique cartographique discriminatoire qui a laissé des traces aux Etats-Unis



Outre la mémoire de la colonisation et de l'esclavage, le mouvement « Black Lives Matter » a mis en évidence et réinterrogé une pratique cartographique discriminatoire qui a laissé des traces aux Etats-Unis : le « redlining ». Celle-ci consistait à délimiter par une ligne rouge les quartiers jugés trop risqués pour fournir des prêts immobiliers ou pour assurer des biens. Cette pratique s'est développée à la suite de la crise de 1929 et a touché tout particulièrement les populations noires défavorisées. Elle s'est poursuivie bien au delà et a eu pour effet d'accentuer la ségrégation urbaine.

1) Le « redlining » : origine et définition

Le terme de redlining date des années 1960, mais les discriminations à l’encontre de certaines zones urbaines, en particulier celles abritant des Afro-Américains, remonte au début du XXe siècle. Amy Hillier en retrace l'origine et les caractéristiques dans un chapitre de l'ouvrage The History of cartography (vol 6) dirigé par Mark Monmonier. Pour Hillier (2015), cette focalisation sur le lieu d'habitat plutôt que la solvabilité de l'emprunteur potentiel distingue le redlining de la plupart des autres types de discriminations fondées sur la race, la religion, l’origine ethnique ou nationale, la situation familiale ou le handicap. 

Après les émeutes raciales de l'été 1919 (Red Summer), la Commission sur les relations raciales de Chicago notait dans son rapport des difficultés pour les Afro-Américains à obtenir des prêts, ce qui constituait déjà à l'époque un obstacle majeur pour leur accession à la propriété. Les banques et assurances mettaient à part les secteurs qu'elles jugeaient trop risqués en raison de l'origine sociale et raciale des emprunteurs. Mais c'est la crise de 1929 qui a développé la pratique du redlining. Face à la pénurie et au coût du logement, l'administration américaine décida de créer la Federal Housing Administration (FHA) et la Home Owners’s Loan Corporation (HOLC), deux agences fédérales destinées à redynamiser l'immobilier, les prêts et la construction immobilière.

La FHA avait pour mission d'évaluer les possibilités de réassurer les hypothèques. Pour déterminer les quartiers les plus favorables étaient pris en compte leur accès aux transports, leur accès aux services publics et privés, leurs niveaux de revenus fiscaux, leur topographie, leur attrait général ainsi que leur protection face aux « influences néfastes » : autant de critères qui servaient à établir la cote du quartier. Les données de la FHA constituent aujourd'hui une source d'information majeure pour étudier les cotes de risque immobilier par quartiers dans les années 1930-40. L'un de ses principaux artisans n'était autre que Homer Hoyt, qui appartenait à l'Ecole de Chicago et théorisa dans son modèle par secteurs la transformation continue des villes en lien avec le dépérissement de certains quartiers pauvres en proie au déclin immobilier (un des moteurs du white flight vers les banlieues pavillonnaires). Alors que la FHA a été créée comme une agence permanente afin d'assurer les hypothèques, la HOLC devait servir en cas d'urgence pour fournir une assistance aux propriétaires menacés d’expulsion. La FHA et la HOLC ont travaillé en étroite collaboration de manière à partager leurs données d'enquête et leurs cartes qui étaient largement diffusées auprès du secteur privé. De fait, en voulant cibler l'aide à attribuer, elles ont contribué au désinvestissement du secteur privé et à la stigmatisation des quartiers les plus déshérités.


Les cartes étaient codées selon 4 couleurs ou catégories :
  • Catégorie A : en vert ( « Best ») : les quartiers jugés pleins d'avenir, explicitement homogènes, « sans un seul étranger ou nègre » ;
  • Catégorie B : en bleu, ( « Still Desirable » ) : les  quartiers considérés comme stables en raison de leur faible risque d' « infiltration » par des groupes non blancs ;
  • Catégorie C : en jaune ( « Definitively Declining » ) : les zones bordant les quartiers noirs considérées comme risquées en raison de la « menace d’infiltration d’origine étrangère, nègre, ou de population de moindre condition » ;
  • Catégorie D : en rouge ( « Hazardous » ) : les quartiers jugés « dangereux », presque tous peuplés par des populations noires, décrits par la HOLC comme  « population indésirable » et non éligible à une aide de la FHA.
De même qu'une seule goutte de sang afro-américain suffisait à considérer une personne comme « noire » quels que soient ses autres ascendants, de même une seule famille noire pouvait rendre l'ensemble du quartier "risqué" pour les prêts hypothécaires aux yeux du gouvernement fédéral. Pour Richard Rothstein (The Color of Law, 2018) les programmes de logement lancés dans le cadre du New Deal ont représenté en quelque sorte un "système de ségrégation parrainé par l'État". Comme l'a montré Gotham (2000), au cours du XXe siècle, l'identification du comportement et de la culture noirs à des quartiers dégradés a stimulé et justifié des pratiques immobilières d'exclusion visant à créer et à préserver la séparation géographique des races, tout en contrôlant l'aménagement métropolitain.


2) Mapping inequality : un site pour étudier l'héritage des discriminations raciales aux Etats-Unis

En voulant évaluer le risque des prêts à hypothèques, le gouvernement américain a laissé un portrait saisissant du racisme et de la discrimination qui ont façonné la politique du logement aux Etats-Unis au lendemain de la Grande Dépression.

Le projet Mapping Inequality Redlining in New Deal America a été créé par quatre équipes issues de trois universités. Le site comprend plus de 150 villes des Etats-Unis concernées par la pratique du redlining. Les données proviennent de la HOLC, elles ont été géoréférencées et intégrées dans un SIG consultable en ligne sur le site de l'Université de Richmond.

Mapping Inequality Redlining in New Deal America :
http://dsl.richmond.edu/panorama/redlining/#loc=5/39.1/-94.58


Les cartes sont disponibles en téléchargement au format vecteur ou raster :
https://dsl.richmond.edu/panorama/redlining/#loc=5/39.1/-94.58&text=downloads

Le redlining concerne aussi bien les grandes que les petites villes des Etats-Unis, avec des différences importantes entre le Vieux Sud et le Nord-Est des Etats-Unis ayant accueilli la Grande Migration des Noirs entre 1916 et 1970. Le site Mapping Inequality donne la répartition des quartiers ainsi que le pourcentage pour chacune des catégories A-B-C-D, ce qui permet des comparaisons entre les villes à l'échelle locale et à l'échelle globale des Etats-Unis.

« C'est incroyable ce que l'on peut trouver dans ces documents », explique Robert Nelson, directeur de centre de partage numérique de l'université de Richmond qui a numérisé et assemblé les cartes du projet Mapping Inequality. « Ces cartes sont à l'origine de prophéties auto-réalisatrices. Les chercheurs ont ainsi découvert que les cartes provoquaient une ségrégation et un désinvestissement accrus dans les quartiers minoritaires. Les cartes témoignent des politiques qui, pendant des décennies, ont empêché des millions de familles noires de devenir propriétaires ». De fait ces cartes de la HOLC codifient les inégalités qui existaient déjà dans les espaces urbains et créent de nombreux problèmes pour l'avenir.






3) Le « redlining » d'hier à aujourd'hui

La pratique du redlining a été abolie officiellement en 1968 par le Fair Housing Act qui interdit explicitement la discrimination raciale. Elle a cependant continué à exister sous différentes formes jusqu'à nos jours. Le professeur de sociologie Pete Saunders en dresse une chronologie assez détaillée qui permet d'en comprendre les transformations jusqu'à la crise des subprimes en 2008.

Cette pratique a largement contribué au racisme systémique qui a pu s'installer et perdurer à travers les conditions de logement. Jeremy Crampton (Maps and the Social Construction of Race, 2015) classe le redlining comme un des facteurs majeurs de ségrégation ethnique (d'autres minorités pouvant être également touchées). Les cartes témoignant de ces pratiques discriminatoires sont reprises aujourd'hui par les minorités qui entendent non seulement en garder la mémoire, mais s'en servir comme instrument de lutte pour dénoncer le racisme et la ségrégation.


Les quartiers de Philadelphie qui étaient autrefois entourés en rouge, continuent d'accumuler des difficultés encore aujourd'hui : importante pauvreté, moindre accès à la santé, niveau de scolarité plus bas, taux de chomage élevé, délits plus nombreux.


Il convient cependant de ne pas verser dans le déterminisme. Il peut arriver que certains quartiers délimités en rouge à l'époque soient devenus des quartiers attractifs dans le cadre de processus de réaménagement, de reconquête ou de gentrification. C'est le cas par exemple de certains quartiers de Los Angeles (Palisades, Sawtelle, West LA, Palms jusqu'à Westchester) classés jaune ou rouge et devenus aujourd'hui extrêmement chers avec des biens immobiliers haut de gamme. L'intérêt des données mises à disposition par le site Mapping Inequality Redlining in New Deal America est de permettre des comparaisons avec la situation socio-ethnique d'aujourd'hui. La pratique du redlining montre en tous les cas à quel point la ségrégation raciale est enracinée dans la structure du marché immobilier aux Etats-Unis avec des effets à très long terme.



Références

Crampton, J. (2015). Maps and the Social Construction of Race. In Mark Monmonier. The History of Cartography, Chicago Press, vol. 6.
http://press.uchicago.edu/books/HOC/HOC_V6/HOC_VOLUME6_R.pdf

Gotham, K. F. (2000). Urban Space, Restrictive Covenants and the Origins of Racial Segregation in a US city, 1900-50. International Journal of Urban and Regional Research, vol.24, nº3, pp. 616-633. http://onlinelibrary.wiley.com/doi/10.1111/1468-2427.00268/abstract

Hillier, A. (2015). Redlining, In Mark Monmonier. The History of Cartography, Chicago Press, vol. 6.
http://press.uchicago.edu/books/HOC/HOC_V6/HOC_VOLUME6_R.pdf

Le Goix, R. (2016). « Du manteau d’Arlequin au Rubik’s cube : analyser les multiples dimensions de trente années d’évolutions socio-économiques des quartiers en Californie du Sud », Géoconfluences, http://geoconfluences.ens-lyon.fr/informations-scientifiques/dossiers-regionaux/etats-unis-espaces-de-la-puissance-espaces-en-crises/articles-scientifiques/du-manteau-d-arlequin-au-rubik-s-cube

, The Color of Law : A Forgotten History of How Our Government Segregated America. Liveright Publishing

Recoquillon, C. (2015). Ce que "Ferguson" révèle du racisme systémique aux États-Unis, Géoconfluences. http://geoconfluences.ens-lyon.fr/informations-scientifiques/dossiers-regionaux/etats-unis-espaces-de-la-puissance-espaces-en-crises/articles-scientifiques/Ferguson


Dans les médias

Redlining was banned 50 years ago. It’s still hurting minorities today. Washington Post (28 juin 2020).

How Redlining Communities Affects Health (Geography Realm).

Los Angeles Land Covenants, Redlining ; Creation and Effects

A History of Redlining in Omaha
http://northomahahistory.com/2015/08/02/a-history-of-red-lining-in-north-omaha/

Louisville Confronts Its Redlining Past and Present
http://www.bloomberg.com/news/articles/2017-02-21/mapping-louisville-s-redlining-history

Detroit then and now (Bridge Michigan

Redlining and Gentrification (Urban Displacement Project)

Carte des minorités aux États-Unis réalisée pour l'Atlas des droits de l'homme (sous la direction de Catherine Withol de Wenden) @LeCartographe
 

Liens ajouté le 25 août 2020

Îlots de chaleur urbains et redlining
Dans How Decades of Racist Housing Policy Left Neighbourhoods Sweltering, le New York Times propose une storymap qui montre comment les quartiers des États-Unis marqués par le redlining correspondent généralement aujourd'hui aux parties les plus chaudes des villes. La raison en est que ces quartiers sont restés pour la plupart des zones défavorisées et ont tendance à avoir peu d'arbres et  un environnement bâti dense.

Le site Wenfei Xu propose un outil de cartographie en ligne permettant de comparer les cartes historiques de redlining avec les données de recensement actuelles. Une manière de vérifier si les cartes de la HOLC ont encore un impact sur la ségrégation urbaine aujourd'hui. Les données et les graphiques associés à la carte sont très efficaces pour visualiser les différents niveaux de ségrégation en fonction des villes et pour établir des comparaisons (on peut choisir différentes dates entre 1930 et 2016).

La HOLC Map de la National Community Reinvestment Coalition permet également d'explorer les héritages du redlining jusqu'à aujourd'hui. Le site permet de comparer les données actuelles avec les conditions de revenu et la composition raciale telle que relevées à l'époque par la HOLC. On peut ainsi étudier si les quartiers avec de "bonnes notes" sont restés en majorité blancs et riches et s'il y a eu des zones de gentrification.

Lien ajouté le 15 décembre 2020

La crise pandémique a mis en évidence des disparités assez fortes en matière de santé dans la plupart des villes américaines. Les Noirs américains ont été davantage infectés par la Covid-19 et ont été proportionnellement plus nombreux à être décédés des suites du virus. Le site web développé par le Digital Scholarship Lab de l'Université de Richmond suggère que les disparités sanitaires et sociales que nous constatons aujourd'hui peuvent être attribuées à la ségrégation raciale présente depuis longtemps dans les villes américaines. Le site Not Even Past : Social Vulnerability and the Legacy of Redlining permet ainsi de comparer les cartes de redlining des années 1930 avec des cartes d'aujourd'hui qui visualisent les disparités en matière de santé dans les villes américaines. Pour cela, il suffit de sélectionner une ville et on voit s'afficher la carte à l'époque de la HOLC comparée à la carte d'aujourd'hui montrant les indices de vulnérabilité sociale du CDC par quartiers. Entre les deux cartes, un graphique alluviale permet de voir les tendances (cliquer sur le plan pour mettre en évidence l'évolution à l'échelle de chaque quartier). Si les lignes du graphique sont horizontales, peu de choses ont changé. Des lignes descendantes suggèrent une baisse, alors que des lignes montantes indiquent une amélioration socio-économique pour ces quartiers (en raison  éventuellement d'un processus de gentrification).
 
Comparaison entre la carte de redlining et la vulnérabilité sanitaire et sociale de Détroit aujourd'hui



Lien ajouté le 20 décembre 2020

"Les lignes qui façonnent nos villes. Relier les inégalités environnementales actuelles aux politiques de redlining des années 1930". Cette storymap a été créée en collaboration avec le Digital Scholarship Lab de l'Université de Richmond, le Science Museum of Virginia et la société Esri. Après avoir rappelé les origines du redlining et les enjeux environnementaux qui concernent les villes étatsuniennes aujourd'hui, la storymap propose de nombreux exemples d'études à partir de cartes, de graphiques, d'images et de vidéos.

The lines that shape our cities. Connecting present-day environmental inequalities to redlining policies of the 1930s (source : ESRI)



Liens ajoutés le 10 février 2021



Lien ajouté le 15 mars 2021


"Discriminés, maintenant inondés" : une story map proposée par Bloomberg City Lab. Les cartes de  discrimination en matière de logement montrent comment les quartiers qui ont souffert du redlining dans les années 1930 font face à un risque d'inondation beaucoup plus élevé aujourd'hui.



Lien ajouté le 18 juin 2021


Lien ajouté le 2 août 2021

Lien ajouté le 11 novembre 2021



Articles connexes