« Mapping the classroom » ou comment on apprenait l'histoire et la géographie au XIXe siècle en Nouvelle-Angleterre


Mapping the Classroom est une exposition virtuelle proposée par la Osher Map Library et le Smith Centre for Cartographic Education, dont l'objectif est de promouvoir l'éducation à travers la géographie, l'histoire et l'art.

L'exposition propose de découvrir comment les élèves de la Nouvelle-Angleterre apprenaient l'histoire et la géographie au XIXe et jusqu'au début du XXe siècle. Le visiteur est invité à plonger dans les salles de classe de l'époque à travers des photographies, des manuels scolaires, des cartes, des globes, des jeux géographiques et des travaux d'élèves.

Medfield Grammar School, 1886. Courtesy of Historic New England (source : Osher Map Library)


Les colonies et plus tard les États de la Nouvelle-Angleterre ont toujours accordé beaucoup d'attention à l'éducation des jeunes élèves. Dès 1647, une loi obligeait les villages de plus de cinquante foyers à recruter un maître d'école pour enseigner aux enfants à lire et à écrire. Au début du XIXe siècle, on compte une grande variété d'institutions éducatives, publiques ou privées. Il faut attendre 1870 pour que chaque État subventionne des écoles élémentaires publiques. C'est seulement en 1913 que l'enseignement élémentaire devient obligatoire à l'échelle de l'ensemble des États-Unis.

L'essor de l'enseignement de la géographie au XIXe siècle aux Etats-Unis

Au départ l'enseignement était essentiellement destiné aux garçons. L'enseignement pour les filles se développait aussi, mais le plus souvent dans des écoles ou des académies séparées. Une place importante était réservée à l'enseignement de l'histoire et de la géographie qui avaient pour vocation de former des citoyens américains. Comme l'explique l'historienne Susan Schulten (Map Drawing, Graphic Literacy, and Pedagogy in the Early Republic), des années 1790 aux années 1830, les élèves âgés de douze à seize ans - principalement mais pas exclusivement des filles - dessinaient, peignaient et cousaient des cartes très élaborées, certaines recopiées à partir de modèles, d'autres réalisées à main levée en s'aidant de la grille des latitudes et longitudes. A partir des années 1830-1840, les cartes à la main déclinent au profit des manuels de géographie imprimés (voir cette vidéo).

On voit apparaître les premières cartes muettes destinées à localiser et nommer des lieux. Samuel Augustus Mitchell (1792-1868) a commencé sa carrière comme enseignant dans le Connecticut. Confronté au manque de cartes et d'atlas à disposition des enseignants, il décida de fonder une entreprise d'édition dans les années 1830 pour fournir le matériel de classe qui faisait tant défaut dans les écoles. La série de cartes muettes de Mitchell à l'usage des académies et des écoles a été créée en 1841 pour servir de matériel pédagogique. La série complète se compose de trente grandes feuilles (avec vingt-quatre cartes distinctes). Mitchell estimait que ces cartes avec leurs contours « deviendraient à l'étude de la géographie ce qu'est l'exercice sur le tableau noir pour la science des nombres » et que « les connaissances communiquées à l'esprit par la vision produiraient l'impression la plus vive et la plus durable ».

Dans un rapport annuel de 1920 rédigé par le superintendant des Écoles publiques de Boston, le programme de sixième année invitait à s'éloigner des pratiques courantes du XIXe siècle telles que la mémorisation par cœur et la récitation de « longues listes de villes, de caps, de baies, etc...». Le nouveau programme d'études insistait sur ce point  : « Il y a une place pour la géographie des faits, mais nous devons nous rappeler que la leçon de géographie a pour but d'apprendre à l'enfant à raisonner aussi bien qu'à connaître des faits. Aucun enseignant ne peut faire correctement un cours de géographie (et d'histoire) de 6e année sans avoir accès à un nombre raisonnable de cartes murales, de fonds de cartes pour le tableau noir et de cartes individuelles pour la classe ».

«... en histoire, j'ai inventé la carte » (Emma Willard, 1848)

Aux États-Unis comme en France, le XIXe siècle marque un essor des manuels scolaires sous la forme d'abord de "petites géographies" (voir par exemple My little Geography de Louisa Caroline Tuthill publiée en 1847). Comme les bréviaires, celles-ci procèdent par questions-réponses et reposent principalement sur l'étude du relief, du climat, et éventuellement de la faune et de la flore. Puis progressivement apparaissent de véritables manuels de géographie assortis de cartes. L'époque est à la célébration du territoire national et à la glorification de la patrie. Ainsi par exemple l'ouvrage National Geography for schools (1850) de Samuel Goodrich qui montre comment l'école a participé au développement du sentiment national américain (plus de la moitié de ce manuel est consacré à l'étude géographique de chacun des États des Etats-Unis). Certains manuels s'attachaient à classer les "races humaines", contribuant à véhiculer une vision ethnographique du monde, telle qu'elle a pu perdurer jusqu'à la moitié du XXe siècle (voir par exemple la carte de Woodbridge classant les peuples selon leur degré de civilisation en 1821). 

Emma Willard, qui a été une pionnière en matière d'enseignement de la géographie et de l'histoire, contribua à cette exaltation du sentiment patriotique. Née et élevée dans le Connecticut, Emma Hart Willard (1787-1870) fut pionnière en matière d'éducation, en particulier pour l'éducation des filles. Elle fonda en 1821 à New York le Troy Female Seminary (plus de 300 élèves). Contrairement à ce que l'on observait dans les autres académies féminines de l'époque, Emma Willard souhaitait fournir à ses élèves un enseignement dans tous les domaines, y compris en mathématiques et en sciences. Outre son engagement au service de l'éducation des femmes, elle fit paraître plusieurs ouvrages à grand succès. En 1828, elle publia une Histoire des États-Unis assortie d'une série de cartes (A series of maps to Willard's History of the United States or republic of America), qui sera réimprimée 53 fois et vendue à près d'un million d'exemplaires. Elle collabora également à l'Atlas de Woodbridge dont elle rédigea la partie historique (lire ce billet).


Extrait de l’essai de Virtue Howard sur les meilleures méthodes d’enseignement de la  géographie, du démocrate d’Oxford [Maine], 8 avril 1870 (source : Osher Map Library - traduction libre)

« La géographie et l'histoire doivent être des compagnons inséparables. Après avoir fait réciter la leçon, j'invite souvent un élève de la classe à montrer la carte et à sélectionner différents lieux, que je relie à des fragments d'histoire : par exemple, l'île de Sainte-Hélène avec Napoléon Bonaparte, Juan Fernandes avec Alexandre Selkirk, etc... Un mélange de roman et de merveilleux de manière à frapper les esprits. Une autre méthode que je pratique consiste à demander aux élèves de dessiner, sur leur ardoise ou au tableau noir, les contours principaux de la Terre ; faire une carte de sa propre ville, puis y ajouter les villes voisines, est une très bonne idée. Récemment, je l'ai même fait avec ma classe d'alphabet. Après leur avoir enseigné la ville, le comté et l'État, je les ai invités dans un petit cours de géographie, à désigner et à nommer les montagnes, les rivières, les îles, les vallées, les péninsules, etc., le tout selon leurs propres vues. Si possible, faites une petite promenade avec eux et rendez vos cours aussi agréables que possible en discutant d'une manière très simple. Cela a merveilleusement rempli mes petites charges et m'a bien payé mon labeur ; j'ai toujours essayé de rendre cela plaisant. Comme je constate souvent avec regret que la plupart de mes élèves plus âgés arrêtent leurs études de géographie plus tôt qu'ils ou elles ne le devraient, l'histoire n'étant guère enseignée dans la plupart des écoles, j'ai conçu une méthode qui consiste à donner pour chaque classe d'âge une ou deux questions à retenir pour le lendemain. J'ai commencé par la Création ; et de période en période, les amenant à notre époque, avec de temps en temps de la géographie ; cela aboutit donc à faire ce que j'appelle une classe générale, des plus anciens aux plus jeunes élèves. »

Plan de l’exposition (à découvrir en anglais)

Cartographie de la salle de classe : enseignement de la géographie et de l'histoire au XIXe et au XXe siècle en Nouvelle-Angleterre

1. La culture visuelle proposée dans les salles de classe de la Nouvelle-Angleterre
2. Cartes, broderies et calligraphies façonnées par des écolières
3. Les académies féminines du Maine
4. L'académie féminine de Cony
5. Cartes d'écolières
6. Cartes d'écoliers
7. Livres et cahiers de géographie
8. Cartes murales pour les salles de classe
9. L'évolution des manuels de géographie du primaire et du secondaire
10. Chapitres sur les « races humaines » dans les manuels de géographie du primaire et secondaire
11. Matériel pédagogique créé par des enseignants
12. L'évolution du dessin cartographique
13. Globes utilisés en classe
14. Jeux géographiques pour la classe ou la maison 


La Osher Map Library et le Smith Centre for Cartographic Education proposent par ailleurs d'autres parcours pédagogiques sur l'histoire des chemins de fer, la Grande Guerre, les cartes décoratives, les cartes et globes rares, les femmes et la cartographie, l'essor du tourisme (1600-1900)...

On peut découvrir d'autres expositions et consulter sa très riche cartothèque. Des fiches pédagogiques (par thèmes ou par niveau de classe) sont également à disposition.

Susan Schulten, Map Drawing and Female Education in the Early Republic, Barry Lawrence Ruderman Conference on Cartography Exhibits, 2019 (vidéo).


Lien ajouté le 17 février 2021


Lien ajouté le 9 août 2021


Lien ajouté le 24 août 2021

Lien ajouté le 7 octobre 2021

Lien ajouté le 12 janvier 2022


Lien ajouté le 25 avril 2022

Articles connexes