Annoter et partager des images et des cartes numériques en haute résolution en utilisant des outils IIIF


Comment annoter, animer et partager des images et des cartes numériques en haute résolution en laissant à l'utilisateur la possibilité de les explorer par lui-même ? C'est possible en utilisant les outils de visualisation et de traitement d'images IIIF. 

L'IIIF (International Image Interoperability Framework) est un ensemble de normes ouvertes permettant de manipuler en ligne des objets numériques en haute résolution. C'est aussi une communauté qui développe et met en œuvre des services web (API) dans le cadre d'un consortium international. Au delà de l'objectif d'assurer l'interopérabilité entre les bibliothèques numériques, l'enjeu est de pouvoir permettre aux chercheurs, aux enseignants ou même aux simples utilisateurs de partager des ressources dans le cadre des humanités numériques.



La liste des musées, archives et autres organismes culturels qui utilisent le format IIIF est de plus en plus longue. On y trouve aussi bien des grandes bibliothèques comme la Bibliothèque nationale de France ou la Bibliothèque du Congrès que des musées ou encore des universités.

Gallica propose plusieurs exemples d'animation à partir d'images numériques en IIIF, notamment le plan routier de la ville et des faubourgs de Paris en 1789 et une vue de Venise à vol d'oiseau.

Nous proposons un petit tutoriel en 4 étapes pour apprendre à utiliser ces images au format IIIF :

ÉTAPE 1 : trouver le code manifeste IIIF de l'image source que l'on souhaite utiliser 

Il faut d'abord récupérer le code manifeste (au format json), soit directement sur certains sites qui le fournissent, soit à travers une extension du navigateur en installant le plugin Open in IIIF Viewer.


ÉTAPE 2 : annoter et animer la carte que l'on a choisie

On peut ensuite annoter et animer la carte directement sur un site sans rien avoir à installer. On peut utiliser l'application en ligne ADNO et coller l'URL contenant le code manifeste de l'image source.

ADNO est une application web de visualisation, d’édition et de partage de récits et de parcours sur des images statiques et des images IIIF. Elle s'adresse principalement aux médiateurs culturels et scientifiques ainsi qu'aux enseignants. Elle concerne notamment les fonds patrimoniaux, les archives, les bibliothèques, la recherche scientifique, les humanités numériques, et plus généralement la valorisation de données culturelles et scientifiques.

Exemple d'utilisation d'ADNO à partir d'une carte des Cévennes de 1703 :



ÉTAPE 3 : ajouter en mode édition des zones sensibles, un titre, des commentaires, des liens vers Internet

Les annotations nécessitent en mode édition de définir préalablement des zones sensibles (à délimiter par des polygones) ou d'insérer des balises cliquables directement sur la carte. Une fois ces zones définies, on peut leur affecter du texte, des images, des vidéos, des liens sur Internet, etc. Il convient de définir un pas de temps pour régler la vitesse de défilement des images. L'utilisateur pourra ensuite reprendre le contrôle pour naviguer lui-même avec les flèches et prendre le temps d'observer les détails de la carte.

Exemples d'annotations avec l'application ADNO (voir le mode d'emploi rapide)

 Autres éditeurs d'images IIIF utilisables en ligne :

 

ÉTAPE 4 : diffuser et partager sur Internet via une URL

Une fois l'animation construite, on peut la diffuser avec son adresse URL. De quoi commenter et partager beaucoup de cartes anciennes sans aucune installation en local.

Pour certains documents sources, il n'est pas obligatoire d'utiliser le plugin Open in IIIF Viewer. De même, il existe d'autres outils d'édition en IIIF (voir la sélection donnée plus bas).


Pour aller plus loin

La collection de cartes historiques David Rumsey permet, par exemple, d'enregistrer directement le code manifeste. Il suffit de cliquer sur le menu SHARE --> IIIF Manifests pour enregistrer l'URL.

Exemple ici pour utiliser la projection de Buckminster Fuller :


En copiant le code manifeste dans un éditeur open source comme Leaflet-IIIF-Geojson, on va pouvoir produire une surcouche graphique avec différents figurés (points, lignes, polygones). Une fois les zones sensibles tracées, on sauvegarde la couche d'interprétation en geojson. On peut produire autant de calques d'interprétation que l'on veut en enregistrant plusieurs fichiers geojson.




Pour accéder à la liste des organismes qui adhèrent au consortium international IIIF, c'est par là :
https://iiif.io/community/consortium/members/

Il en existe beaucoup d'autres à l'échelle nationale, notamment à travers France Archives :

Le principe de la carte cliquable et annotable est utilisé depuis longtemps par les sites officiels dans le domaine de l'histoire et de la culture (c'est le principe du rich media). Avec un peu d'entraînement, les utilisateurs eux-mêmes doivent pouvoir s'en emparer. Exemple ici pour s'inspirer : la carte annotée de l'Angleterre (1250).



Ces pistes sont  à explorer notamment pour l'interprétation et l'enrichissement de plans anciens. Elles sont aussi certainement adaptables à des cartes ou des plans urbains plus récents. Exemple du plan de Versailles annoté.



On peut tester aussi à partir des plans urbains de Paris de la BNF. L'application JADIS permet d'aller directement récupérer les sources sur Gallica. 



Liste de viewers / éditeurs d'images IIIF en ligne
  • Allmaps : un ensemble d'outils qui permettent de conserver, explorer, annoter ou même géoréférencer des cartes IIIF. Pour un serveur de tuiles en ligne, utiliser Allmaps tile server.
  • Adno : une application web de visualisation, d’édition et de partage de récits et de parcours à partir d'images statiques et des images IIIF.
  • Leaflet-IIIF-Geojson : une application qui, combinée avec le plugin Leaflet-IIIF et Leaflet-Draw, permet d'annoter une image IIIF.
  • IIIF Manifest Editor : une application pour importer, afficher, mettre à jour et exporter des manifestes proposé par la Bibliothèque Bodleian.
  • Mirador : permet de rassembler des images issues de différents sites fournissant des manifestes IIIF.
  • Open in IIIF Viewer : un plugin à installer dans le navigateur pour récupérer le code manifeste et enregistrer des images IIIF sur son disque dur.
  • Movie Maps : utilise les annotations IIIF pour fournir une narration vidéo avec une visualisation guidée. 
  • Plateformes IIIF : liste très complète d'ouils et plateformes IIIF à consulter sur le site du consortium international iiif.io.
  • Chronoscope : méthode pour rechercher ou importer des cartes dans l'application en ligne Chronoscope qui utilise déjà le format IIIF pour les cartes figurant sur le site.

Des ressources utiles en français (source : Biblissima)  

Articles connexes

Derrière chaque carte, une histoire : la carte des chemins royaux dans les Cévennes (1703)

Derrière chaque carte, une histoire. La cartographie du détroit de Magellan entre science et imaginaire

Derrière chaque carte, une histoire. La carte de Gough et les îles perdues de la baie de Cardigan

Venise à vol d'oiseau au début du XVIe siècle (Gallica - BnF)

Parcours dans le plan routier de la ville et des faubourgs de Paris en 1789 (Gallica - BnF)