L'histoire par les cartes : Cortès et la fin de l’empire aztèque (13 août 1521)


Le 13 août 2021, le Mexique a commémoré les 500 ans de la chute de Tenochtitlán, la capitale de l’empire aztèque qui a été prise par le conquistador espagnol Hernan Cortez et ses troupes le 13 août 1521. Retour en cartes et en images sur un événement qui continue à faire débat.


Tableau du XVIIe siècle représentant le siège de Tenochtitlán (source : Wikipedia, domaine public)

Le 22 mai 1521, les forces espagnoles et leurs alliés autochtones ont commencé à assiéger la puissante capitale aztèque de Tenochtitlán, où se trouve aujourd'hui la ville de Mexico. La bataille a duré près de trois mois, se terminant par la chute de l'empire aztèque et la consolidation du pouvoir de l'Espagne dans une grande partie de l'Amérique du Nord. Aujourd'hui, la ville de Mexico célèbre le 500e anniversaire de la conquête avec des événements qui mettent en évidence les manières complexes dont elle a façonné la société du pays. La commémoration historique s’est transformée en polémique après que le président Andrés Manuel Lopez Obrador a demandé à nouveau des excuses à l’Espagne pour les violences et les violations des droits de l’homme pendant la conquête et la colonisation.

« Qu'est-ce que représente vraiment la Conquista ? Qu'est-ce qu'on nous en a dit ? Qui a gagné  et qui a perdu ? » se demande l'archéologue guatémaltèque Margarita Cossich. « C'est tellement plus complexe que de simplement parler des méchants et des gentils, des Espagnols contre des groupes autochtones. »

L'empire aztèque et ses provinces tributaires en 1519 (MapPorn)


Comme presque tous les grands États mésoaméricains, l'empire aztèque s'appuyait largement sur des méthodes indirectes pour établir une influence politique sur ses États sujets. Ce type d'administration politique avait tendance à encourager la sécession et les rébellions : lors de la mort d'un roi de Tenochtitlán, c'était une tradition pour les provinces aztèques lointaines d'arrêter de payer les impôts, le nouveau roi devant reconquérir ces régions pour prouver son pouvoir. Cortés a pu conquérir Tenochtitlán en partie grâce à des alliances avec des peuples indigènes que les Aztèques avaient opprimés. Ces groupes ont fourni des milliers de soldats pour le combat, rejoignant les 900 Espagnols de la troupe de Cortès. 

A partir de 1519, Cortès prend l'ascendant sur l'empereur Moctezuma grâce notamment à La Malinche qui assure les traductions entre les émissaires et lui. Durant quasiment un an, les Aztèques hésitent sur la conduite à tenir. Obligé de fuir la capitale aztèque en 1520, Cortès revient quelques mois plus tard pour l’assiéger. Malgré une résistance menée par le nouvel empereur, Cuauhtémoc, la ville est détruite par les Espagnols. Le 13 août 1521, l’empereur est capturé et l’empire aztèque définitivement vaincu. Un facteur clé de la bataille fut la propagation de la variole dans la ville. Au moins la moitié des 300 000 habitants de la ville sont probablement morts avant l'entrée des Espagnols, laissant l'empereur aztèque Cuauhtémoc avec "peu de troupes ayant la force de se battre".

La défaite des Aztèques a ouvert la voie à la poursuite des conquêtes espagnoles. Les Espagnols semblaient tellement convaincus que ce modèle fonctionnait bien que Pedro de Alvarado était sur le point de lancer une expédition en Chine depuis le port d'Acapulco lorsqu'il s'est retrouvé impliqué dans une autre bataille dans l'ouest du Mexique où il est décédé en 1541. La domination espagnole du Mexique a véritablement mondialisé le monde, car elle reliait le monde transatlantique au monde transpacifique et à tous les continents habités. Cela a donné le coup d'envoi à ce que nous appelons aujourd'hui la mondialisation.

L’ouvrage L'Aigle et le Dragon de Serge Gruzinski montre à quel point il n’est pas aisé d’écrire une histoire symétrique des rencontres au XVIe siècle. La démesure alimente ainsi les débuts de la mondialisation : « l’émergence d’une sphère globale (…) les premiers balbutiements d’une synchronisation planétaire, l’avènement d’une conscience-monde et d’un imaginaire planétaire"..."Si “clash de civilisations” il y a eu, ce n’est donc que dans la perspective d’une histoire globale que cette formule peut avoir un sens. »


Le plan de Tenochtitlán - 1524
(source : Newberry’s American Indian and Indigenous Studies digital database)


Cette carte de Tenochtitlán accompagnait la deuxième lettre d'Hernán Cortes envoyée au roi d'Espagne Charles Quint. Cortes a écrit ses lettres en 1520, mais elles n'ont été publiées qu'en 1524 à Nuremberg (Allemagne). C'est la première image que les Européens ont vue de la ville de Mexico (Tenochtitlán) écrite sur la carte "Temixtitan", la capitale de l'empire aztèque au XVIe siècle. A gauche figure une représentation du golfe du Mexique, avec la Floride tout à gauche et le Yucatan représenté comme une île. Dans ces lettres, le conquistador espagnol Hernán Cortés mettait en avant ses exploits et décrivait les habitants et les merveilles de la nouvelle terre qu'il avait conquise. La date de la carte est très importante (octobre 1520. Au moment où elle est publiée en février 1524, la ville de Tenochtitlán était déjà en ruines à cause de la guerre de conquête. 

Au cœur de la ville se trouvait une zone sacrée entourée d’un mur. Dans l’enceinte se trouvaient plus de soixante-dix bâtiments et ceux-ci étaient entourés d’un mur décoré d’images de serpents, appelés "coatepantli". Les archéologues essaient toujours de déterminer exactement à quoi ressemblait cette zone sacrée et comment elle a évolué au fil du temps. La plus grande structure que les Espagnols ont appelé Templo Mayor (temple principal) était dédiée aux dieux Huitzilopochtli et Tlaloc. D’une hauteur de 27 mètres, elle se composait de deux pyramides à degrés s’élevant côte à côte sur une immense plate-forme. Elle dominait à la fois la Cité Sacrée et la ville entière. 

Sources

  • La chute de l'empire aztèque (Wikipédia)

  • L'empire aztèque et ses provinces tributaires en 1519 (MapPorn)

  • Aire maximum approximative des territoires tributaires de la Triple alliance (Wikipédia)

  • Le plan de Tenochtitlán - carte de Nuremberg de 1524 (Newberry’s American Indian and Indigenous Studies digital database). Téléchargeable également sur Wikipédia. Voir ce commentaire détaillé de la carte (en anglais).

  • Deuxième lettre narrative d'Hernán Cortés contenant le premier plan jamais publié de la cité aztèque de Tenochtitlán (Bibliothèque numérique mondiale). Traduction en français par Désiré Charnay en 1896 (Gallica)

  • L'Aigle et le Dragon. Démesure européenne et mondialisation au XVIe siècle. Par Serge Gruzinski (Non fiction)

  • Conversation avec un métis de la Nouvelle-Espagne : une autre vision de la conquête du Mexique par Serge Gruzinski (Sciences et Avenir)

  • La conquête du Mexique dans l'art. Cinq siècles pour montrer comment la chute de Tenochtitlán a marqué l'identité culturelle du pays (El Pais).

  • Mexique : la demande d'excuses du président à l'Espagne pour la colonisation fait polémique (RFI)

  • Tenochtitlán, de la cité précolombienne à Mexico, capitale de la Nouvelle-Espagne - séance pédagogique (Clionautes)

  • Mexico-Tenochtitlan, vie et mort de la capitale des Aztèques (Archeologue.com)

  • La Controverse de Valladolid (EHNE)