Rapport du Giec 2021 : le changement climatique actuel est « sans précédent »


Le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (Giec) a publié  lundi 9 août 2021 le premier volet de son sixième rapport consacré aux éléments scientifiques les plus récents concernant l'évolution du climat. "L'influence humaine a réchauffé le climat à un niveau sans précédent depuis au moins 2 000 ans", alertent ses membres. Depuis son rapport publié en 2014, le Giec se fait l'écho d'une situation qui ne s'est pas améliorée.

1) La température mondiale devrait atteindre +1,5°C dès 2030

Le Giec précise que le climat se réchauffe à un « rythme sans précédent », jamais connu depuis au moins 2.000 ans. Dans tous les scénarios envisagés (du plus optimiste ou plus pessimiste), la température mondiale devrait atteindre +1,5°C ou +1,6°C par rapport à l'ère pré-industrielle autour de 2030. Soit dix ans plus tôt que la précédente estimation du Giec il y a trois ans. La crise climatique s’aggrave dans toutes les régions, à des niveaux sans précédent. Un rappel dramatique que le dérèglement climatique, loin de se résumer à des chiffres et à des projections, est déjà une nouvelle normalité, celle d’une planète en surchauffe.

Il s’agit du premier rapport du Giec à ne pas exclure des points de basculement (voir cet article Climate tipping points : too risky to bet against), qu’il s’agisse de l’instabilité de la calotte glaciaire en Antarctique ou de la déstabilisation de l’AMOC, la circulation méridienne de retournement Atlantique (la circulation des courants océaniques de l’Atlantique, parmi lesquels le Gulf Stream). Il montre aussi que la capacité des forêts, des sols et des océans à absorber les émissions de CO2 risque de s’affaiblir. Ces puits ont jusqu’à présent absorbé 56 % de nos émissions anthropiques. Avons-nous déjà passé des points de rupture ? Le rapport du GIEC ne le conclut pas. Le scientifique suédois Johan Rockström estime qu’il y a des « raisons d’espérer » même si « nous ne voyons, jusqu’à présent, aucun signe crédible que nous allons parvenir » à limiter le réchauffement à 1,5 °C. « Mon évaluation est également que nous n’avons pas encore franchi un point de basculement majeur. Malheureusement, nous disposons de plus en plus de preuves scientifiques que nous nous en rapprochons, qu’il s’agisse de la déstabilisation de l’ouest de la calotte antarctique, de l’AMOC, de l’Arctique ou des récifs coralliens. Cela signifie-t-il que la planète entière a franchi une sorte de point de non-retour ? La réponse est non. » (Le Monde, 9 août 2021).









2) Un atlas interactif régional des risques climatiques

En même temps que son rapport 2021, le Giec  dévoile, pour la première fois, un atlas régional des risques climatiques. Cet atlas interactif permet de visualiser par soi-même les conséquences du réchauffement climatique dans chaque région du globe. 

Interface de l'Atlas régional des risques climatiques (IPPC - Giec)


Cet atlas en ligne comporte de nombreuses fonctionnalités : possibilité de modifier le type de projection, de sélectionner certaines régions, de dupliquer la fenêtre pour faire des comparaisons, d'exporter les cartes (au format NetCdf, Png ou Geotiff) ou de créer des liens directs sur le site.

Le jeu de données est tout aussi riche avec de nombreuses variables disponibles concernant les températures, les précipitations, les vents (mini et maxi selon les saisons), la couche d'ozone, les émissions de particules fines, etc... Différents modèles sont mis à disposition avec des scénarios à + 1,5, +2, +3 ou +4°C, sur des échelles de temps que l'on peut comparer à court (2021-2040), moyen (2041-2060) et long terme (2081-2100).

Prévisions de réchauffement climatique à moyen terme (2041-2060) et long terme (2081-2100) 



Les figures exportées de l'Atlas interactif (format Png et Pdf) sont la propriété du Giec et sont protégées par les lois sur la propriété intellectuelle. Les données sous-jacentes (formats NetCDF et GeoTIFF) sont mises à disposition dans le cadre des activités du Centre de distribution des données du GIEC (GIEC-DDC) sous licence internationale Creative Commons 4.0

Atlas interactif :
http://interactive-atlas.ipcc.ch

Accès aux données du rapport :
http://catalogue.ceda.ac.uk/uuid/ae4f1eb6fce24adcb92ddca1a7838a5c

Résumé par régions et par types d'espaces (zones urbaines, espaces insulaires...) :
http://www.ipcc.ch/report/ar6/wg1/#Regional

Accès aux données sur Github :
http://github.com/IPCC-WG1/Atlas

Codification des régions qui ont servi à agréger les données :
http://github.com/IPCC-WG1/Atlas/blob/main/reference-regions/reference_regions.png








Lien ajouté le 21 janvier 2022


Articles connexes

Le rapport du GIEC sur l'océan et la cryosphère (septembre 2019)

Comment le changement climatique a déjà commencé à affecter certaines régions du monde

Renforcer l'atténuation, engager l'adaptation (3e rapport du Haut Conseil pour le climat - 2021)