La carte, objet éminemment politique : la conquête du pouvoir par les talibans en Afghanistan

 

L'offensive des talibans a débuté en mai 2021, lorsque les troupes étrangères ont commencé à se retirer d'Afghanistan. Le 16 août, les talibans ont réussi à prendre le contrôle du palais présidentiel à Kaboul obligeant le président afghan Ashraf Ghani à quitter le pays. Les médias et les réseaux sociaux ont été nombreux à diffuser des cartes montrant l'avancée rapide des talibans en Afghanistan. Il convient de rappeler que cette (re)conquête avait commencé bien avant, avec le désengagement progressif des Etats-Unis depuis 2013.

Les cartes qui montrent l'emprise croissante des talibans reprennent souvent le découpage administratif de l'Afghanistan en provinces et districts. Mais sait-on d'où vient ce découpage éminemment politique ? Quelle influence a-t-il pu avoir sur la manière de représenter et d'analyser le mouvement des talibans ? Retour en cartes et en données sur un conflit politique majeur au Moyen-Orient.


1) Cartes et animations cartographiques montrant la progression rapide des talibans

Pour montrer l'avancée rapide des talibans, les médias et les réseaux sociaux ont diffusé des cartes permettant de comparer leurs positions successives d'avril à août 2021. Rétrospectivement celles-ci mettent en avant une "marche inexorable" vers Kaboul, alors que l'espace-temps de la violence en Afghanistan s'inscrit sur une période beaucoup plus longue (lire cette mise au point d'Hervé Théry et Daniel Dory). On retrouve ces cartes comparatives par provinces et districts sur de nombreux sites Internet, soit sous forme d'animations, soit sous forme de séries de cartes juxtaposées.

Animation cartographique proposée par BFM-TV à partir des données du FDD's Long War Journal
Made with Flourish

Série de cartes destinées à montrer l'emprise croissante des talibans en Afghanistan (source : Agence France Presse @afpfr)


Comparaison des districts contrôlés entre le 9 juillet et le 15 août 2021 (source : BBC News, voir aussi le Financial Times)
 



Comparaison sous forme de graphique des districts contestés ou contrôlés par le gouvernement ou par les talibans (source : New York Times, voir aussi Le Monde - Les Décodeurs)


De manière à prendre un peu de recul, certains médias et sites Internet (voir par exemple le Long War Journal ou The Economist) ont commencé à proposer des cartes sur un laps de temps plus long permettant de nuancer la rapidité des opérations des talibans et de montrer qu'il s'agissait davantage d'une guerre de reconquête territoriale entamée plusieurs années auparavant (cf retour à la situation de 2001 avant l'intervention américaine). L'occasion de rappeler aussi que le même phénomène d'expansion territoriale des talibans s'était déjà produit dans les années 1990 (voir cette série de cartes montrant l'ascension et la chute des talibans entre 1992 et 2001). Au delà du pas de temps choisi, cela pose la question du découpage en districts qui ne permet pas de comprendre les logiques géographiques, notamment les contraintes du relief, le rôle stratégique des villes, les poches de résistance (cf thread de F. Malaussena qui redonne une lecture géographique et géopolitique). Ce découpage administratif qui a toute une histoire est loin d'être neutre dans la vision du conflit. 

2) Origine et évolution du découpage de l'Afghanistan en districts

En 1973, Mohammed Ashraf, cartographe au service de Mohammad Zaher Shah (dernier roi d'Afghanistan), dresse une carte de 325 districts répartis en 28 provinces pour recenser la population afghane. Mais en 1973, le royaume d’Afghanistan est renversé par un coup d’Etat pour instaurer une république qui inaugure une longue période d’instabilité. Le recensement est abandonné et Ashraf doit se réfugier à Peshawar (au nord du Pakistan). De 1979 à 1989, le pays est envahi par les Soviétiques dans le cadre d’un conflit de guerre froide. La guerre fait 1,5 millions de morts et laisse le pays profondément divisé. .

Première carte de l'Afghanistan découpée en 325 districts par Mohammed Ashraf en 1973
(source : Afghanistan District Maps)


À partir des années 1980, les organisations d'aide internationale mettent en place des programmes d'aide humanitaire, notamment à partir du Pakistan. Celles-ci ont besoin de rapporter des informations précises à partir du terrain et les districts tracés par Ashraf font bien l'affaire. Dans les années 1990-2000, les services statistiques des grandes organisations internationales, les ONG ainsi que l'Etat afghan lui-même ont besoin d'informations géographiques de plus en plus précises. Au cours des décennies qui suivent, les provinces et les districts sont divisés (ou parfois à l'inverse fusionnés). Ce qui fait passer le nombre de districts de 325 en 1998 à 421 en 2018 !

Évolution des découpages administratifs dans les années 1990-2000
(source : Afghanistan District Maps)




Chaque division crée un « nouveau » district et laisse un district plus petit, généralement avec le même nom qu'avant. Le niveau hiérarchique n'est pas toujours repris d'un découpage à l'autre. Une complexité et une instabilité des découpages qui ne simplifient pas l'identification des districts. Pour y remédier, des organisations d'aide humanitaire comme l'OCHA ont été obligées de fixer un code-P d'identification unique.

Efforts pour stabiliser le découpage administratif à 407 districts en 2018
(source : Afghanistan District Maps)


L'histoire incroyable de ces districts afghans et de leurs subdivisions est très bien documentée sur le site Afghanistan District Maps qui donne toutes les explications et les références : 

On peut y trouver notamment des tables permettant de vérifier et comparer les découpages administratifs de l'Afghanistan. A noter : le nom d'un district ne correspond pas toujours au nom de la ville au centre de ce district. Certains centres de districts peuvent avoir été déplacés. Même inchangés, ces centres peuvent rester imprécis en raison des guerres incessantes et des difficultés de gouvernance de l'État afghan.



L'organisation de l'information tire parti et en même temps reste largement tributaire de ce découpage administratif en districts. Elle transforme les histoires en ensembles de données, les ensembles de données en cartes et les cartes en outils d'information... et parfois de propagande. 

Jusqu'à la fin 2018, la mission Resolute Support de l'OTAN (forces de la coalition) tentait d'évaluer chaque district selon une gradation en 5 classes, de la simple influence ou du contrôle du territoire par le gouvernement afghan (du vert clair au vert foncé) à l'influence ou au contrôle des talibans (du brun clair au brun foncé). Les quartiers "contestés" étaient laissés en blanc, faute de pouvoir clairement établir les zones d'influence entre les deux camps (voir la carte).





On relève par exemple des contestations autour du nombre de districts contrôlés entre 2014 et 2020, dans un contexte de fortes rivalités territoriales et faute d'informations fiables sur le terrain :

Le site FDD's Long War Journal qui a documenté avec précision (district par district) l'avancée des talibans et qui a souvent servi de sources d'information pour les médias (voir par exemple l'animation cartographique proposée par Le Monde - Les Décodeurs à partir de cette source), précise dans sa méthodologie qu'il a utilisé des articles de presse et des informations fournies à la fois par les agences gouvernementales et par les talibans. Les territoires colorés en gris sont ceux contrôlés par le gouvernement afghan. Les territoires colorés en rouge sont ceux contrôlés par les talibans, qui y gèrent l'administration, les forces de l'ordre, la justice etc... Les territoires colorés en rose sont ceux partiellement contrôlés par les talibans, qui y occupent la majorité du territoire même si le gouvernement y gère encore certains aspects de l'administration (voir l'animation).


3) Cartes et jeu de données à télécharger

Officiellement l'Afghanistan compte aujourd'hui 421 districts répartis sur 34 provinces (Wikipédia). Mais la plupart des données diffusées au niveau international s'en tiennent au découpage de 2005 qui compte 399 districts.


Pour constituer un jeu de données SIG sur l'Afghanistan





Le jeu de stratégie A Distant Plain semble d'une terrible actualité par rapport à ce qui s'est déroulé
en Afghanistan. Ce jeu de plateau a pour but de contrôler les provinces du pays dans un conflit asymétrique



Pour prolonger
  • L'article à lire pour comprendre qui sont les talibans, dont l'offensive éclair fait vaciller l'Afghanistan (France Info)
  • Chronologie des principaux événements en Afghanistan depuis l'occupation soviétique (infographie de l'AFP) et jusqu'au désengagement américain (voir cette autre infographie)
  • Afghanistan : deux décennies d'intervention américaine (infographie de l'AFP)
  • Sélection d'articles et de cartes de l'Afghanistan sur le site Visionscarto
  • Quelle lecture géopolitique de l'Afghanistan ? (Diploweb)
  • La guerre en Afghanistan (1973 - ?) - Pierrick Auger
  • Guerre en Afghanistan : retour sur vingt ans de présence américaine (Le Monde)
  • Quand les djihadistes étaient nos amis (Le Monde diplomatique)
  • Afghanistan, d’une défaite l’autre (Orient XXI)
  • Afghanistan, pays meurtri par la guerre - série documentaire en 4 épisodes (Arte). Voir aussi ce résumé
  • L'Afghanistan sous l'influence de trois aires géographiques (Daniel Ballan)
  • La longue histoire de l’Afghanistan (série en 4 épisodes du Cours de l'histoire sur France Culture pour mettre en perspective l'actualité)
  • L'Afghanistan : « tombeau des empires »  ? (Statista). Une théorie selon laquelle les puissances étrangères qui ont essayé de contrôler l'Afghanistan depuis le 19e siècle ont toutes échoué dans leur tentative (voir cette vidéo). Une idée que l'on retrouve dans plusieurs articles (New York Times, Le Monde, Revue des Conflits...) mais qui est critiquée par l'historien Jonathan Piron (il s'agirait d'une vision anhistorique, déterministe et orientaliste). Pour Alexander Hainy-Khaleeli, « dire que l’Afghanistan est le cimetière des empires absout les Occidentaux de toute responsabilité » (Le Temps, voir également ce thread)
  • Pourquoi l'Afghanistan est tombé si vite : géopolitique du cimetière des empires (François Malaussena)
  • Qui sont les Taliban de 2020 ? (Les clés du Moyen-Orient). Avec une carte qui témoigne de l'avancée progressive des talibans entre 1994 et 2020 sous forme de lignes de front.
  • Afghanistan : les géants de la tech confrontés à l'épineuse question des talibans (Les Numériques)
  • « On a sous-estimé la stratégie des talibans » Olivier Roy, spécialiste de l’Afghanistan (Ouest-France)
  • Afghanistan : le contrôle du marché de la drogue, l’autre victoire des talibans (The Conversation). Avec des cartes sur l'extension de la culture du pavot. Voir la carte de Romain Méjean inspirée de cet article.
  • 10 maps to understand Afghanistan (Al Jazeera). Voir aussi cette animation.
  • 20 Years of Defense, Erased by the Taliban in a Few Months (New York Times)
  • As the Taliban return, Afghanistan's past threatens its future (National Geographic)
  • Map Explainer : Key Facts About Afghanistan (Visual Capitalist)
  • Cartes de l'ascension et la chute des talibans entre 1992 et 2001 (MapPorn)
  • Carte détaillée de l'offensive taliban entre mai et août 2021 faisant l'objet de discussions sur le forum MapPorn
  • Carte animée montrant la rapidité avec laquelle le ciel aérien afghan a été déserté à partir du moment où les talibans ont pris Kaboul le 16 août 2021 (FlightRadar24). Voir aussi sur MapPorn.
  • Une carte de l'Afghanistan criblée de balles, peinte sur le mur d'une école abandonnée construite par le Canada dans le district de Zharay de la province de Kandahar en 2012 (New York Times)
  • A Distant Plain. Un jeu de plateau où il s'agit de contrôler les différentes provinces de l'Afghanistan (voir cette vidéo présentant les règles)

Lien ajouté le 22 août 2021

Articles connexes


La carte, objet éminemment politique : les camps de rééducation des Ouïghours au Xinjiang

Cartes et données sur les conflits et violences dans le monde (ACLED)

Utiliser les cartes du CSIS pour étudier les grandes questions géopolitiques du monde contemporain

Cartographier les migrations internationales