Que valent toutes ces cartes sur Internet qui comparent des pays par leur taille ?


La mode est aux comparateurs sur Internet, on compare tout : comparateur de prix, comparateur de biens, comparateur de vols, comparateur d'itinéraires... La géographie aime aussi à faire des comparaisons entre les pays, leur superficie, leur niveau de revenus, d'accès aux soins, de préservation de l'environnement, de respect de la démocratie.

Les cartes par anamorphoses ont connu leur heure de gloire et rencontrent encore un certain succès pour rendre visible tel ou tel phénomène géographique en fonction de la taille relative des pays, du poids de leur population ou de leur niveau de richesse. Mais aujourd'hui la mode semble être davantage aux cartes comparatives qui rapportent directement la surface d'un pays ou d'une région à celle d'un(e) autre. Voyons plutôt quelques exemples. 

Quelle est la surface réelle de l'Afrique ? (source : Wikimedia)


Quel est le poids démographique de l'Inde rapporté à la population d'autres pays ? (source : Vivid Maps)


Avec parfois une sémiologie très discutable : même en connaissant bien les drapeaux des pays, il n'est pas évident de lire cette production graphique qui relève plus du patchwork décoratif que de la carte (source : Vivid maps).



Ce type de cartes quasiment illisibles peut éventuellement être détourné en faisant des jeux géographiques pour les élèves. Par exemple sur la carte ci-dessous il s'agit, en s'aidant des drapeaux, de chercher quel pays partage la plus longue ou la plus courte frontière avec tel autre ? (source : Vivid Maps)... et il peut y avoir des surprises.


Ces cartes avec drapeaux véhiculent des visions du monde qu'il convient d'interroger. Voici par exemple la carte de la 2e "nationalité" la plus importante pour chaque pays en Europe (source : Brilliant Maps). Sans critères statistiques et en confondant origine géographique et appartenance culturelle ou religieuse, ce type de cartes peut verser dans les stéréotypes.



Quel est le poids de la population de grandes métropoles mondiales comparé à la population de pays ou régions en Europe ?



La population du grand Tokyo rapportée à celle de villes américaines (source : Metrocosm)



L'importance des langues à la surface du globe rapportée au poids relatif des populations (source : Visual capitalist)


Le choix de la projection cartographique est important comme pour cette carte Mercator dont on perçoit bien les déformations (source : Brilliants Maps).


La taille respective des terres et des océans peut donner lieu à des comparaisons intéressantes : l'océan Pacifique couvre une superficie plus grande que toutes les terres réunies (source : Brilliants Maps). Une manière de donner quelques repères et quelques ordres de grandeur aux plus jeunes élèves.


Avec parfois des questions pertinentes qui pourraient s'apparenter à des formes de géographie prospective : que se passerait-il si les plus grands pays avaient les plus importantes populations (source : Map Porn) ?


Certains sites de diffusion et partage de cartes géographiques sur Internet proposent ainsi des classements :

Concernant la taille comparative des pays, on peut trouver beaucoup d'exemples en saisissant dans un moteur de recherche l'expression : "the true size of  ? Sinon vous pouvez utiliser le site du même nom True Size qui est assez efficace pour comparer la taille des pays (en voici quelques exemples). Dans la barre de recherche, on saisit le nom d'un pays qui aussitôt se met en surbrillance. Puis on le déplace sur la carte pour comparer sa taille par rapport à d'autres espaces.


L'un des usages de True Size assez inattendu et pour le moins détourné consiste à déplacer un pays de l'hémisphère Nord vers les Tropiques ou vers l'Equateur (par exemple la France vers l'Afrique centrale). Compte tenu de la projection Mercator choisie par Google Maps, la taille du pays se réduit alors de manière très significative : une manière de travailler sur les projections (voir la démo dans cet article de Cybermetric).

Si vous souhaitez pouvoir comparer la superficie ou les caractéristiques de différents espaces géographiques avec des outils de cartographie numérique, trois autres utilitaires peuvent vous rendre service :
  • Mapfrappe : http://mapfrappe.com/

    Il s'agit d'un petit utilitaire pratique, qui permet de comparer des espaces à partir de Google Maps. Grand intérêt pédagogique pour comparer la superficie de pays, de régions, de villes ou d'îles. Un peu moins puissant et convivial que True Size, mais l'avantage est de pouvoir comparer toutes sortes d'espaces (et pas seulement des pays).

    Pour montrer par exemple la taille des Etats-Unis par rapport à la France :



    Ou pour montrer la proximité des capitales au Proche-Orient  :



  •  Mapfight : http://mapfight.appspot.com/

    Cet applicatif permet de comparer la surface de deux pays comme Mapfrappe, à la différence que la comparaison s'effectue non pas sur la carte mais en choisissant leur nom dans une liste déroulante. Le résultat est donné sous la forme d'une carte superposant les deux espaces comparés et qui indique la surface précise de chacun des deux. L'intérêt de Mapfight est de comparer aussi des anciens royaumes ou des empires.
  •  Overlap Map : http://overlapmaps.com/

    Le site fonctionne sur le même principe que Mapfight en choisissant le nom dans une liste déroulante. On peut comparer des pays, des provinces, des rivières, des lacs...

  • Geteach : http://geteach.com/

    Cette application en ligne permet d'afficher une double carte à partir de Google Maps et de cartes personnalisées hébergées dans le service de Google "My Maps" (cela suppose toutefois d'avoir un compte Google). Assez pratique pour afficher des jeux de données géographiques, comparer des cartes ou encore mesurer des distances ou des aires. Grâce à son double visualiseur (cf ce tutoriel), Geteach permet de zoomer sur des zones très précises et de comparer les deux vues à l'écran. Voir cet article en ce qui concerne la mode des doubles visualiseurs.

  • Slap it on a Map : http://www.slapitonamap.com/

  • Cette application en ligne permet de comparer non seulement des continents, des pays, des îles..., mais aussi des figures et des objets de toutes tailles (monuments, véhicules, terrains de sport...). On peut par exemple mesurer la taille d'un grand port maritime en nombre de terrains de football ou estimer quelle est la surface de tel parc urbain par rapport à Central Park.

Hans Hack a développé l'application "How Big" qui permet de faire des comparaisons directes à partir de n'importe quel lieu à la surface de la Terre.  On choisit la taille du cercle ou du carré (en mètres, kilomètres, hectares ou miles) qui s'affiche à l'endroit choisi. On peut ensuite les télécharger sous forme de fichier GeoJSON.



Aujourd'hui la tendance à faire des cartes comparatives s'est généralisée sur Internet. Elle ne sert pas qu'à comparer la taille des pays. On peut trouver le même type de comparaison pour des climats (voir le site Lonely Planet qui donnent des exemples) :

Ces cartes peuvent concerner également le niveau de revenus ou de richesses, comme par exemple le PNB des villes et des états américains à comparer de villes ou d'états européens (source : Map Porn). L'efficacité visuelle semble a priori assez bonne : sur la carte ci-dessous, on peut voir assez facilement que la richesse de l'Allemagne ne correspond pas seulement à celle de la Californie, mais à celle d'une part importante de l'Ouest américain. Il n'en demeure pas moins que ces cartes restent peu évidentes à analyser dans le détail concernant des éléments plus spécifiques. Un peu comme pour les cartes par anamorphoses, on ne peut en tirer que des ordres de grandeur.
 

Il s'agit parfois de jouer sur les stéréotypes (source : Maping stereotypes).

Ces cartes, bonnes ou mauvaises, entendent répondre à des besoins pratiques. On pourrait prendre beaucoup d'autres exemples sur Internet (cf ce site classant les pays par superficie ou ce jeu destiné à faire reconnaître les pays par leurs formes). Mais comparaison ne vaut pas raison. Avec la prolifération de ce type de cartes sur Internet, serait-on tombé dans l'ère du "tout image" et du "visuellement parlant" ?

C'est en tous les cas une question qu'il faut se poser si on ne veut pas tomber dans une géographie nomenclaturale et descriptive nous ramenant à comparer la surface des pays entre eux comme on apprenait autrefois à classer les fleuves par leur longueur ou les montagnes par leur hauteur (voir cette série de cartes vintage).


Liens ajoutés le 2 mars 2019

La répartition des terres émergées dans le monde en fonction de la latitude et de la longitude :
http://andywoodruff.com/blog/land-by-latitude-and-longitude-or-a-pile-of-continents/






La répartition de la population dans le monde en fonction de la latitude et de la longitude par Bill Rankin (à voir également sur le site Datagraver) :
http://www.radicalcartography.net/index.html?histpop




Un autre mode de répartition originale des densités de population en fonction de l'hémisphère :
http://www.slate.fr/story/115109/carte-densite-population-terre

Lien ajouté le 12 mai 2019

Le monde divisé en régions équivalentes à la population des Etats-Unis :
http://www.reddit.com/r/MapPorn/comments/5ptouw/earth_split_into_areas_with_population_roughly/



Liens ajoutés le 23 août 2019





Lien ajouté le 8 octobre 2019

Le package popcircle disponible pour le langage R permet de comparer des espaces ou des pays entre eux. Un peu comme dans une anamorphose, ils sont représentés à l’échelle d’une variable. L'affichage est toujours le même : les valeurs les plus fortes au centre, les plus faibles aux extrémités. Les polygones d’origine sont mis à l’échelle des cercles créés afin d’être insérés à l’intérieur (leur taille est approximativement proportionnelle). Ce type de carte-graphique met en évidence les grands contrastes, mais ne permet pas de comparaisons fines entre les pays. Voir la présentation du package sur le site Veille Carto 2.0.

 
Liens ajoutés le 12 novembre 2019


Lien ajouté le 15 janvier 2020


Une série de cartes de Lionel Georges Curtis (1916) comparant la taille de l'empire britannique par rapport à d'autres empires : http://library.artstor.org/#/search/artcreator:(Curtis,%20Lionel%20George)


En prolongement, un fil Twitter a été ouvert pour recenser ces cartes de comparaison visuelles, parfois efficaces, mais souvent très discutables sur le plan sémiologique. Merci de nous les indiquer avec le hashtag (#mapcomparison).



Articles connexes :

Country T-SNE, une solution de data visualisation originale pour comparer des pays entre eux

Un jeu géographique pour localiser des pays, reconnaître leurs drapeaux et les comparer entre eux

De l'intérêt et des limites des cartes par anamorphose

La projection Equal Earth, un bon compromis ?