Les cartes et données sur le Grand Débat National


Suite au mouvement des gilets jaunes, le Gouvernement a décidé d'engager un Grand Débat National afin de permettre de débattre de questions essentielles pour les Français. Quatre thèmes ont été officiellement présentés par le gouvernement en janvier 2018 : transition écologique, fiscalité et finances publiques, démocratie et citoyenneté, organisation de l'Etat et services publics.

Cette carte contient les dates et lieux des réunions organisées localement. Les données sont extraites de la page du site officiel sur le Grand Débat National.

Pour afficher la carte en grand écran, consulter le site OpenStreetMap.


Alors que la société civile, comme les garants du grand débat, appelaient à plus de transparence, le gouvernement a décidé de publier en accès libre les données issues des contributions. Les données du Grand Débat National sont donc disponibles en open data sur le site du gouvernement Data.gouv.fr et accessibles également via une API :
http://www.data.gouv.fr/fr/datasets/5c5c3236634f4155110aa4ea/



Répartition du nombre de réunions par région au 06/02/2019 (sans tenir compte de l'importance de la population) :


Répartition des réunions par département en proportion de leur population au 06/02/2019 :

 Source : http://www.data.gouv.fr/

La feuille de calcul contient le nombre de contributeurs sur le site du Grand Débat National agrégés par département ainsi que rapporté à la population départementale. Les calculs ont été faits sur les données publiées au 6 février 2019 en se basant sur le code postal déclaré lors de l'inscription. Le rouge indique les taux les plus élevés (14,9 à 17,8 contributeurs pour 10 000 habitants) et le bleu les taux les plus faibles (de 0 à 3 pour 10 000 habitants). En proportion, les départements du sud contribuent beaucoup plus.

France 24 a repris ces données et a proposé une carte similaire, mais avec un mode de discrétisation différent qui fait ressortir les départements ruraux ou enclavés où la participation est la plus forte. Les Alpes-de-Haute-Provence (19,76 réunions organisées pour 100 000 habitants), la Haute-Saône (18 réunions), l’Yonne (13,67 réunions), le Lot (12,23 réunions) et l’Orne (11,80 réunions) figurent ainsi en tête de ce classement.



En avril 2018, avait lieu le Grand débat sur la donnée encourageant la mise à disposition des données publiques. Moins d'un après, qui aurait pu imaginer qu'on aurait les données du Grand Débat en open data ? Serait-ce le signe d'un changement dans les relations entre donnée et gouvernance publique ?

Donnée et gouvernance publique, conclusion par Godefroy de Bentzmann
Grand débat de la donnée 2018



Dans un article du journal Le Monde paru le 1er février 2019, Claire Legros interroge les possibilités d'analyse et la réelle transparence des données telles qu'elles sont publiées. Des associations ont d’ores et déjà commencé à travailler sur ces données. Le collectif Code for France, qui réunit des acteurs du logiciel libre engagés dans des projets de démocratie numérique, a lancé la data du débat pour « collecter, rassembler et analyser les données du grand débat (ce qui comprend le débat formel, et ce qui se passe autour) ». Le site a d'ores et déjà mis en téléchargement un jeu complet de données pseudonymisées des contributions publiques du Grand Débat (90 Mo à télécharger au format gson).

Les chercheurs, qui s'intéressent aux questions de citoyenneté, de démocratie et de gouvernance à l'heure de l'open data sont en train également de produire des analyses à partir des données du Grand Débat National, en incluant également des discours issus d'autres sources que le site officiel.

La Commission Nationale du Débat Public (CNDP) a par ailleurs publié un rapport sur les conseils citoyens, qui croise des problématiques urbaines et sociales avec des enjeux de démocratie et de justice sociale. Les conseils citoyens sont un dispositif participatif de la politique de la ville institué par la loi 2014 - 173, dite loi Lamy de 2014. Ce dispositif est obligatoire dans chaque quartier prioritaire (QPV). Le CNDP a distribué un questionnaire d'enquête auprès de 760 conseils citoyens et a réalisé 128 auditions et a rencontré 258 acteurs, dont 119 conseillers citoyens. Le rapport montre que les conseils citoyens souffrent d’une vision de la participation comme simple complément à la décision (surtout des décisions à faibles enjeux), comme un levier n’ayant un effet que sur les projets urbains à périmètre limité et indépendant du reste de la ville.
http://www.debatpublic.fr/mission-conseils-citoyens

Pour alimenter le débat, le CGET a également mis en ligne une carte interactive et des kits cartographiques. « Mon territoire en cartes » réunit dans un petit atlas une série de cartes qui donnent à voir les grandes caractéristiques de chaque territoire français. Les cartes rendent compte des différentes dimensions de la vie quotidienne des Français autour de neuf thèmes : se déplacer, se soigner, utiliser Internet, s'insérer, se cultiver, travailler, se loger, s'impliquer, et niveau de vie.
http://cget-carto.github.io/le-grand-debat-national/

Voici par exemple le kit cartographique pour la métropole de Lyon avec ses principales dynamiques territoriales. La complexité de certaines cartes produites par le CGET ainsi que les indicateurs utilisés suscitent quelques débats sur les réseaux sociaux (voir ce tweet ou  celui-là) : 


A l’occasion du lancement du Grand Débat National, l’Institut des Systèmes Complexes de Paris Île-de-France met en ligne une visualisation interactive de 986 promesses des candidats à la présidentielles de 2017. L'application permet d'explorer les différentes thématiques abordées par les programmes des 11 candidats à la présidentielle de 2017. Les mesures à la base de cette visualisation ont été extraites des programmes des candidats dans le cadre du projet Politoscope, analysées grâce au logiciel libre Gargantext pour générer un graphe des thèmes, puis visualisées grâce au logiciel libre ProjectExplorer

 

Le Politoscope a commencé à cartographier les thèmes des grands débats et pas seulement ceux du site officiel (voir ce tweet du 18 février 2019).


Le CEVIPOF a de son côté conduit une enquête auprès de 10 010 individus dans le cadre du Baromètre des Territoires qu'il a mis en place avec l'Institut Montaigne. En croisant entre elles des données portant sur le lien social, le sentiment de justice sociale, l’évaluation de sa vie personnelle, de son cadre de vie, de son habitat et de son accès aux infrastructures, etc., le Baromètre des Territoires interroge le rapport des Français à leur territoire. L'enquête revient sur la question de la mobilité choisie ou subie par les Français. Les réponses permettent de distinguer les "affranchis"  (21% de la population), les "enracinés" (22%), les "assignés" (25%) et ceux qui sont "sur le fil" (32%).

Pour télécharger la note d'analyse détaillée.



Articles connexes :