Bilan des actes de piraterie et de brigandage maritimes en 2019 (MICA Center)


Le Maritime Information Cooperation & Awareness Center (MICA Center) publie un bilan annuel des actes de piraterie et de brigandage maritimes pour l’année 2019. Hébergé au sein de la préfecture maritime de l’Atlantique, le MICA Center a été créé par la France en 2016 pour répondre aux enjeux stratégiques posés par les menaces affectant la sûreté des espaces maritimes.

La définition actuelle de l’acte de piraterie résulte de l’article 101 de la convention de Montego Bay sur le droit de la mer (10 décembre 1982). Elle le définit comme un « (...) acte de violence commis à des fins privées, en haute mer, par un navire ou un aéronef contre un navire ou un autre aéronef. » Les actes commis dans les eaux territoriales d’un État ne peuvent être qualifiés de piraterie, dans la mesure où ils se produisent dans une zone placée sous la souveraineté d’un État, seul compétent pour les réprimer. Ces actes sont qualifiés de brigandage et définis dans le code de bonne conduite des enquêtes sur les délits de piraterie et de vol à main armée à l’encontre des navires dans la Résolution A.1025 de l'Organisation Maritime Internationale qui le définit comme « (...) un acte illicite de violence ou de détention ou toute déprédation, ou menace de déprédation, autre qu’un acte de piraterie, commis à des fins privées contre un navire, ou contre des personnes ou des biens à son bord, dans les eaux intérieures, les eaux archipélagiques ou la mer territoriale d’un État ».

Au plan quantitatif, le nombre total d’événements liés à la piraterie et au brigandage reste stable depuis quatre ans. Avec 360 événements reportés dans le monde, il reste près de deux fois inférieur aux sommets atteints en 2011 au plus fort des attaques au large de la Somalie.

Pour l’année 2019, le MICA Center constate une légère hausse du nombre d’attaques relevées dans le golfe de Guinée et l’augmentation sensible du nombre de personnes enlevées. Il confirme une relative stabilité du nombre d’événements en Asie du Sud-Est et le maintien à un niveau faible de la piraterie au large de la Corne de l’Afrique. Il observe enfin une recrudescence du brigandage dans l’arc des Caraïbes.




Pour télécharger le rapport du MICA Center :
http://www.mica-center.org/download/bilan.pdf

Pour accéder aux principaux graphiques sur le site Outremer 360° :
http://outremers360.com/societe/en-2019-la-piraterie-en-hausse-dans-les-caraibes-en-baisse-dans-locean-indien/


Articles connexes

40 ans de piraterie maritime dans le monde (1978-2018) à travers une carte interactive

Le site Marine Traffic permet désormais de visualiser la densité des routes maritimes

Quand la route maritime de l'Arctique fait de nouveau l'actualité

Les câbles sous-marins, enjeu majeur de la mondialisation de l'information

Cartes et données sur les conflits et violences dans le monde (ACLED)