Cartes et données sur les conflits et violences dans le monde (ACLED)


Le projet Armed Conflict Location & Event Data (ACLED) collecte, géolocalise, cartographie et analyse les données concernant les conflits dans le monde. L’ACLED a pour objectif de saisir les formes, les acteurs, les dates et les lieux de conflictualités, affrontements, violences et manifestations.

Pour accéder au site de l'ACLED :
http://www.acleddata.com/


Les données de l'ACLED ont tendance aujourd'hui à faire référence. Elles sont citées dans de nombreux rapports internationaux, par exemple dans des rapports d'étude sur les conflits actuels au Mali ou au Yémen. L'ACLED se veut une organisation non gouvernementale indépendante. Elle dépend cependant pour ses subsides du soutien financier du Conseil de l'Union européenne, du Bureau of Conflict and Stabilization Operations (CSO) des Etats-Unis, du Ministère des Affaires étrangères des Pays Bas, de l'Organisation internationale pour les migrations (OIM), de l'Université du Texas, du Department for International Development (DFID) du Royaume-Uni.

Les données, très régulièrement mises à jour, sont fournies par pays et par continent. Mais il est important de souligner que ces données proviennent des médias. Cela ne dispense donc pas de recouper les sources. Comme le souligne Sophie Clairet sur son blog Géosophie, "il convient d’être vigilant aux biais liés à l’usage des sources médiatiques sans intervention de chercheurs pour les « redresser »". Ce point interroge également l'intérêt et les limites de l'utilisation des big data dans l'étude des conflits. L'un des intérêts de l'ACLED est malgré tout de prendre en compte les mouvements non violents telles que les manifestations. 

L'interface du site est assez simple. Elle offre trois entrées au choix :
  • Dashboard : le menu "tableau de bord" résume les données et permet de croiser les cartes avec des graphiques d'évolution ce qui permet d'appréhender les conflits dans l'espace et dans le temps.
  • Data : le menu "données" donne accès au téléchargement des données par grandes zones géographiques : Afrique, Moyen-Orient, Asie ainsi que les violences contre des civils à l'échelle mondiale. Un moteur de recherche permet d'extraire des données précises en fonction du lieu, de la date, du type de violence... Les tableaux téléchargeables au format Excel sont assez lourds à manier et nécessitent de faire des extractions en fonction des besoins. L'intérêt est de pouvoir disposer de données géolocalisées, ce qui permet l'intégration dans un SIG.
  • Trends : le menu "tendances" résume les événements en cours et propose des dossiers thématiques rédigés par des chercheurs et analystes membres de l'ACLED (focus sur les "points chauds" du moment, sur les violences liées à l'islamisme, sur les civils en danger...)
Interface du site de l'ACLED


L'interface cartographique est de grande qualité et permet une navigation directe vers des données ou vers des résumés comme par exemple la crise liée à Boko Haram en Afrique, pour laquelle le journal Le Point en a tiré une cartographie animée en 2016 et le groupe de recherche Nigeria Watch a conçu un outil de suivi cartographique très précis sur la période 2011-2018. Voir également la cartographie animée du journal Le Monde de 2015 sur la crise au Soudan du Sud à partir des données de l'ACLED.

Les organisations humanitaires ainsi que certains organismes gouvernementaux utilisent les données de l'ACLED pour organiser les secours et porter assistance. FEWS NET (Famine Early Warning Systems Network), l'un des principaux fournisseurs d'alerte et d'analyse pour des situations d'insécurité alimentaire, utilise par exemple des cartes produites par l'ACLED.

Les données fournies par l'ACLED sont utilisées aussi lors de débats ou de différends concernant le décompte du nombre de victimes lors de tel ou tel conflit. Par exemple, la guerre au Yémen donne lieu à  des estimations différentes selon que l'on prend en compte les chiffres de l'ONU ou ceux de l'ACLED.

Au total, l'ACLED fournit une source précieuse et relativement exhaustive pour étudier les événements conflictuels. L'ONG a commencé par étudier l'Afrique pour laquelle les données remontent à 1997. On peut regretter qu'en ce qui concerne le Moyen-Orient et l'Asie, les données débutent seulement à partir de 2016. Les conflits en Europe et en Amérique ne sont pas recensés. En revanche, on ne peut que saluer l'ampleur du travail de vérification des sources journalistiques qui sont toujours citées dans la base de données avec un descriptif précis de la date et du lieu de l'événement.

Le site met à disposition des tutoriels pour guider les utilisateurs dans leur recherche leur analyse de données.

L'ACLED fournit aussi régulièrement des dossiers d'analyses à partir de l'actualité, cartes et images à l'appui :
- Au-delà du califat: L’avenir global de l’État islamique
- Brouiller les lignes : comment l'engagement de l'Inde a façonné le conflit au Cachemire
- Aperçu régionaux  : Moyen-Orient - Afrique - Asie (26 février 2019)
- Les engagements militaires américains dans le monde...


D'autres sources de données sur les conflits dans le monde :

Lien ajouté le 15 février 2019

Le PeaceTech Lab qui oeuvre en faveur de la réduction des conflits violents en utilisant l'apport des technologies, des médias et des données, s'est associé à ESRI pour proposer une carte collaborative en crowdsourcing permettant de recenser les attaques terroristes dans le monde. Cette carte qui se présente comme une storymap, détaille la chronologie des attaques terroristes afin de faire la lumière sur la manière dont elles se produisent. Les données peuvent être filtrées par organisation terroriste et par lieu. Une barre chronologique permet d'afficher les attentats par date depuis 2016.

Pour accéder à la carte :
http://storymaps.esri.com/stories/terrorist-attacks/



Lien ajouté le 4 mars 2019

Lien ajouté le 18 mars 2019

Lien ajouté le 4 avril 2019

Qui fabrique les armes, et qui les achète ? Philippe Rekacewicz, Visionscarto, 2015.
Cette carte a été présentée à la conférence Planetary Security à La Haye aux Pays-Bas (2-3 novembre 2015).
http://visionscarto.net/qui-fabrique-les-armes-et-qui-les-achete


Liens ajoutés le 10 avril 2019

Aujourd'hui la guerre aérienne se fait en grande partie avec l'aide de drones. Le bureau du journalisme d'investigation tient un recensement des données concernant les attaques par drones :

Carte interactive des attaques de drones en Afghanistan :
http://www.thebureauinvestigates.com/stories/2011-08-10/interactive-map



Lien ajouté le 15 janvier 2020

Pascal Boniface, Quelles guerres dans les années 2020 ? Les Experts du Dessous des cartes, ARTE.

Géopolitologue, fondateur et directeur de l'Institut de Relations Internationales et Stratégiques (IRIS), Pascal Boniface fait un tour d'horizon des conflits d'aujourd'hui et de demain, et identifie les principaux foyers de menaces : les ambitions de puissance russes, chinoises, nord-coréennes, les rivalités sino-américaines pour le leadership mondial, la guerre larvée Iran/Arabie Saoudite, la re-nucléarisation du monde, sans oublier les nouvelles guerres : celle du Cyber et de l’IA.

Lien ajouté le 30 janvier 2020

Recensement des attentats terroristes dans le monde sur la période 1970-2018 (Geoafrica) :
http://attack.geoafrica.fr/


Les données ont été produites à partir de plusieurs sources notamment Global Terrorism Database 1970-2018, qui regroupe l'ensemble des attaques et victimes du terrorisme, la Fondation pour l’innovation politique. Ces chiffres ont été complétés et géolocalisés par GeoAfrica avec la "liste d'attaques terroristes islamistes". 
 

Lien ajouté le 14 septembre 2020
 

Lien ajouté le 25 novembre 2020


Lien ajouté le 29 mars 2021


Lien ajouté le 21 octobre 2021

Articles connexes