40 ans de piraterie maritime dans le monde (1978-2018) à travers une carte interactive


La piraterie maritime moderne prend indifféremment pour cibles des navires de commerce et de pêche ou des bateaux de plaisance, dont des voiliers, particulièrement lents et vulnérables, sans attention particulière pour le pavillon (la nationalité) du navire attaqué. Ces actions sont la plupart du temps violentes, les pirates n’hésitent pas à se servir de fusils d’assaut ou de lance-roquettes, et se produisent aussi bien dans les ports et points de mouillage qu’en pleine mer. Le but des pirates est de prendre le contrôle du navire attaqué pour ensuite s’approprier tout ou partie des cargaisons et surtout négocier une rançon pour le navire et son équipage.

Depuis 1978, plus de 8 000 incidents liés à la piraterie maritime ont été enregistrés par la National Geospatial-Intelligence Agency (NGA). Cette base de données a été constituée à partir des messages envoyés par les navires menacés (Anti-Shipping Activity Messages) : http://msi.nga.mil/NGAPortal/MSI.portal?_nfpb=true&_pageLabel=msi_portal_page_65


Ces données ont été cartographiées selon une méthode qui regroupe les zones concernées sur une trame hexagonale (carte "en nids d'abeille") : http://adventuresinmapping.com/2019/01/29/40-years-of-nautical-piracy/

Les hexagones sont les polygones dont la forme est la plus circulaire pour pouvoir être tessellisés et constituer une grille régulière. Ils se prêtent également à suivre la courbure de la Terre et les déformations qui sont liées. Cette méthode d'agrégation permet de faire ressortir les zones importantes de piraterie maritime selon une trame homogène sur l'ensemble de la planète.



Cette piraterie concerne principalement l'Afrique (au large de la Somalie et dans le golfe de Guinée) ainsi que l'Asie du sud-est (Indonésie et Thaïlande). Mais elle n'épargne pas non plus le Moyen-Orient (Arabie - Yémen) ainsi que l'Amérique du Sud (Caraïbes). Elle correspond pour l'essentiel aux grandes routes du commerce mondial et surtout aux canaux et détroits qui constituent des lieux de passage stratégiques.

En zoomant davantage, chaque incident devient visible à l'écran et il suffit de cliquer sur un point pour faire apparaître la date, les circonstances et la nature de l'incident (ici par exemple un pétrolier attaqué par un skiff de 4 pirates en 2010 aux larges du Yémen proche du détroit de Bab-el-Mandel).


Les données peuvent être filtrées par année ou par jour de la semaine, par type d'agresseurs, par type de navires attaqués.

Une vidéo permet d'en savoir plus sur le mode de construction de la carte à partir des données :
https://adventuresinmapping.com/2019/01/29/40-years-of-nautical-piracy/

Malgré une baisse relative, la piraterie maritime continue d'être un sujet de  préoccupation majeur comme l'attestent les conseils donnés sur le site France diplomatie :
http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/conseils-aux-voyageurs/infos-pratiques/risques/piraterie-maritime/


Pour compléter

Carte interactive de la piraterie dans le monde mise à jour régulièrement par le Bureau maritime international :
http://www.icc-ccs.org/piracy-reporting-centre/live-piracy-map


La carte des risques maritimes éditée chaque année par le site Control Risk :
http://www.controlrisks.com/riskmap/maps

Enseigner la mer. Piraterie et pirates hier et aujourd'hui. Dossier CANOPE, 2016
http://cdn.reseau-canope.fr/archivage/valid/N-9135-14356.pdf

La piraterie maritime moderne (vidéo France -TV éducation, 4mn11)
http://education.francetv.fr/matiere/epoque-contemporaine/terminale/video/la-piraterie-maritime-moderne

Lutte contre la piraterie maritime : une loi utile, une mission sans fin. Rapport pour le Sénat, 2012
http://www.senat.fr/rap/r11-499/r11-499_mono.html

La piraterie en 2008 : Aden et Malacca. Cartographie de l'ISEMAR
http://www.isemar.fr/wp-content/uploads/2016/11/carte-isemar-47.pdf

Piraterie maritime : la maîtrise du risque ? ISEMAR, Note de Synthèse n°199 - Avril 2018. Aucune des grandes zones affectées par la piraterie maritime au cours de la dernière décennie (océan Indien, golfe d’Aden, golfe de Guinée, Mer des Caraïbes, Asie du Sud-est) n’a vu la piraterie disparaître totalement.
http://www.isemar.fr/wp-content/uploads/2018/04/note-de-synthese-199-piraterie-maritime.pdf


Lien ajouté le 28 novembre 2021

Articles connexes

Cartes et données sur les conflits et violences dans le monde (ACLED)

Les câbles sous-marins, enjeu majeur de la mondialisation de l'information

Le site Marine Traffic permet désormais de visualiser la densité des routes maritimes

Les cartes par densité de points deviennent de plus en plus courantes et accessibles