La carte, objet éminemment politique : la pétition contre le Brexit gagne en popularité au Royaume-Uni


Une pétition en ligne, demandant au gouvernement et au Parlement britanniques de « révoquer l'article 50 et de rester dans l'Union européenne (UE) » a récolté plus de 5 millions de signatures au 24 mars 2019. "Le gouvernement affirme de façon répétée que quitter l’UE est la volonté du peuple. Nous devons mettre fin à cette affirmation en prouvant la force du soutien public actuel pour rester dans l’UE", indique le texte accompagnant la pétition en ligne. Un second référendum "pourrait ne jamais être organisé, donc votez maintenant", est-il aussi écrit.
http://petition.parliament.uk/petitions/241584

Cette pétition a obtenu le nombre de signatures le plus élevé jamais enregistré sur le site du Parlement britannique, entraînant des dysfonctionnements sur ses serveurs. La pétition en question a été publiée à la fin du mois de février par une Britannique, Margaret Anne Georgiadou, qui se décrit elle-même comme « une personne contrariée qui a voté pour le maintien » du Royaume-Uni dans l'Union européenne. Elle demande la révocation pure et simple de l'article 50 du traité de Lisbonne (qui régit la sortie d'un pays de l'Union). Le succès de la pétition s'inscrit dans le contexte de la grande manifestation contre le Brexit qui a rassemblé un million de manifestants à Londres le 23 mars 2019.



Cette pétition a fait l'objet de quelques réserves, n'importe quel internaute, britannique ou non, pouvant la signer avec une adresse e-mail. En ce qui concerne les signatures extérieures au Royaume-Uni, le Parlement a confirmé avoir vérifié qu'il s'agissait uniquement de citoyens britanniques à l'étranger.

Cette carte est mise à jour régulièrement sur le site du Parlement britannique. Elle indique le nombre de signatures par circonscriptions en valeurs brutes et en pourcentages. Les données sont téléchargeables au format JSON.  :
http://petitionmap.unboxedconsulting.com/?petition=241584


Il est intéressant de comparer cette pétition aux résultats  du référendum sur le Brexit de 2016 qui met en évidence les mêmes régions en faveur du "Remain" (essentiellement le Grand Londres, l'Ecosse et l'Ulster).

 La carte des résultats au référendum sur le Brexit en 2016 (source : Le Monde)


Certains médias ont produit une carte pour mesurer les écarts entre les deux. On observe des déplacements sensibles de l'opinion publique dans des circonscriptions éloignées de Londres qui commencent à douter du Brexit : http://326politics.files.wordpress.com/2019/03/revoke-article-50-2.jpg






Sur les médias sociaux, les discussions sont assez vives pour attirer de nouveaux soutiens à cette pétition ou au contraire pour en critiquer l'initiative et en montrer les limites. Sur son compte Twitter, Stefano De Sabbata (@maps4thought) reproduit des cartes intéressantes montrant les évolutions sur la question du Brexit qui divise l'opinion publique britannique.

Alasdair Rae (@undertheraedar) a cartographié les circonscriptions qui ont signé cette pétition (en pourcentage des électeurs) de manière à en dégager des analyses. Ce sont en général les régions les plus touchées par la crise et le chômage (notamment les Midlands) et qui ont voté pour le Brexit qui signent le moins la pétition.

Ces cartes peuvent elles-mêmes être comparées avec celle du référendum de 1975 concernant (déjà à l'époque) le maintien du Royaume-Uni dans la Communauté européenne  (source : Wikipedia)



Pour rappel, cette pétition de mars 2019 intervient dans une situation politique très confuse. Le Parlement britannique a refusé pour la seconde fois le projet de Brexit présenté par la Première Ministre Theresa May. De son côté, l'Union européenne hésite à repousser la date du Brexit prévue initialement pour le 31 mars 2019 (cf demande britannique pour la reporter au 30 juin). La pétition a largement dépassé les cent mille signatures, seuil nécessaire pour provoquer un débat au Parlement. Etant donné que les élections européennes ont lieu en mai 2019, le Brexit va être un sujet très débattu au sein des pays membres de l'UE.

En contrepoint, voici une carte de 1885 montrant la répartition des sièges et les différentes sensibilités politiques aux élections du Parlement britannique. On peut observer des différences et des similitudes : http://www.reddit.com/comments/azazqw



Articles connexes :

La carte, objet éminemment politique : exemple des élections européennes

La carte, objet éminemment politique : exemple à travers la crise au Vénézuéla

La carte, objet éminemment politique : l’Etat islamique de la proclamation du « califat » à la fin de l’emprise territoriale

La carte des ZAD en France : entre cartographie militante et recensement des projets contestés