Une géovisualisation sur la campagne de Russie de 1812-1813 à partir de la carte de Minard


TASS, la grande agence de presse russe, propose une très belle géovisualisation sur la campagne de Russie conduite par Napoléon en 1812-1813 : https://1812.tass.ru/en#prolog

Cette réalisation de l'agence TASS fait l'objet de commentaires sur le site Data is beautiful.



L'animation se présente comme une story map qui déroule les événements en 12 épisodes (en anglais ou en russe) :
  1. From the Peace of Tilsit to war
  2. Feeling of supremacy
  3. The Neman river crossing
  4. Scythian tactics
  5. Smolensk
  6. In pursuit of a grand battle
  7. Borodino
  8. Moscow on fire
  9. “They’ll go just as they came”
  10. Was there a General Frost?
  11. The Berezina river crossing
  12. Napoleon goes to Paris
The price of ambition

Le mode de consultation est chronologique. En faisant défiler le récit à droite de l'écran, on suit la lente progression de l'armée napoléonnienne jusqu'à Moscou, l'attente en vain dans la capitale avant le repli et la déroute de l'armée française (célèbre épisode de la Bérézina). On peut aussi utiliser la carte interactive pour revenir sur tel ou tel épisode, par exemple la "politique de la terre brûlée" employée par le général Koutouzov (tactique utilisée naguère par les Scythes) y compris dans la capitale Moscou, abandonnée et livrée aux flammes :


Les graphiques fournis par le site permettent de comparer les pertes françaises et russes au début de la campagne et lors des différentes batailles (Borodino étant finalement plus importante que la Bérézina, même si la bataille est restée moins célèbre).


Pour réaliser cette application, l'agence TASS s'est appuyée sur la célèbre carte de Minard réalisée en 1869 et conservée à la Bibliothèque Nationale de France. Cette "carte figurative" représente les pertes successives en hommes de l'armée française dans la Campagne de Russie de 1812-1813 :


La carte de la campagne de Russie réalisée par Minard est une représentation graphique de l'évolution – tant en lieu qu'en taille – de l'armée française (source : Wikipedia). Dans un graphique en deux dimensions, Minard associe diverses variables tenant de la géographie et des ressources en hommes au cours du temps :
  • l'itinéraire de l'armée française en indiquant topographiquement les lieux (cours d'eau, villes) ;
  • sa direction : en brun pour la campagne jusqu'à Moscou ; en noir pour la retraite ;
  • la taille de l'armée française à chaque moment, en tenant compte des unités qui s'en séparent ou la rejoignent, par la largeur de la coloration en brun ou en noir ;
  • la température de l'air, plus précisément son évolution pendant la retraite (en degrés réaumur)
Le graphique se lit d’ouest en es comme sur une carte, en suivant la bande colorée, dont la largeur est proportionnelle au nombre de soldats survivants à chaque étape. La retraite se lit en sens  inverse en suivant la bande noire qui rétrécit de 100 000 hommes à Moscou à 10 000 survivants qui parviennent à sortir vivant de cette débâcle. Minard fait figure de véritable pionnier dans le domaine de la cartographie thématique et de la représentation de données statistiques. Il a développé une cartographie originale dans le but de "faire apprécier immédiatement par l'oeil, autant que possible, les proportions des résultats numériques » (Palsky, 1996, p.114).

Bien que très documentée, la carte de Minard a fait l'objet de nouvelles approches critiques, montrant qu'elle faisait la part belle au mythe napoléonien. Elle met en valeur l'importance des pertes humaines (pas seulement au moment de la retraite). Malgré sa volonté de tout montrer de manière détaillée (cf nombreux points où les troupes de Napoléon se divisent en sous-groupes), la part de ce qui n'est pas montré reste importante. Elle est elle-même un sorte de mise en récit statistique.

On peut s'interroger sur la symbolique d'un événement historique qui a marqué l'histoire de l'Europe et la manière dont l'agence de presse russe TASS le met en scène à travers un récit cartographique du type story map. Le choix des titres ("Sentiments de suprématie" au début, puis "Le prix de l'ambition" à la fin) vient alimenter le mythe napoléonien dans sa version noire. La chute se veut édifiante : "La brochure intitulée La retraite des Français, publiée par le quartier général de l’armée russe, indique que les Russes ont brisé le rêve de Napoléon de faire des expéditions militaires en Perse et en Inde." Et la fameuse citation qui vient donner toute sa résonance à la fin de l'histoire : "La grande Armée n'est plus" (Louis-Alexandre Berthier, ministre de la guerre de Napoléon). La Russie de Poutine nous donnerait-elle à méditer sur le sort réservé aux pays européens lorsqu'ils se mêlent d'un peu trop prêt des affaires russes ?


Pour compléter :

La carte de Minard sur la campagne de 1812-1813 a donné lieu à de nombreuses infographies (voir par exemple cette animation ou encore cette carte interactive). Elle a aussi fait l'objet d'une version vectorielle

Une approche critique du graphique de Minard sur le site Carré impérial.

Analyzing Minard's Visualization Of Napoleon's 1812 par Joanne Cheng.

Visions and Re-Visions of Charles Joseph Minard par Michael Friendly. Journal of Educational and Behavioral Statistics 27(1) : 31-51

Gilles Palsky, Des chiffres et des cartes : Naissance et développement de la cartographie quantitative française au XIXe siècle, Paris, Comité des travaux historiques et scientifiques, coll. « Mémoire de la section de géographie physique et humaine » (no 19), 1996, 331 p.

La campagne de Russie. Mythes et réalités. Par Natalie Petiteau. Revue des études slaves, tome 83, fascicule4, 2012. 1812, la campagne de Russie. Histoire et représentations. pp. 1047-1060.

Les 50 cartes de Charles-Joseph Minard sur le site Visionscarto


Articles connexes :


Battle Nodegoat, toutes les batailles de l'humanité sur une seule carte interactive

Une animation cartographique pour reconstituer les dynamiques de peuplement aux Etats-Unis sur la période 1790-2010