« Un bon croquis vaut mieux qu'un long discours ». Napoléon et les cartes


Le 5 mai 2021 a marqué le bicentenaire de la mort de Napoléon Ier. La célébration de cet anniversaire a créé la polémique et divisé l'opinion concernant l'organisation des commémorations ainsi que l'héritage discuté de Napoléon (voir les débats rassemblés sur cette page Wikipédia). Entre légende noire (« l'Ogre corse ») et légende dorée (« le bâtisseur de la France moderne »), le personnage continue à susciter la controverse deux cents ans après sa mort, en particulier sur la question du rétablissement de l'esclavage. Ce billet examine une dimension un peu moins connue, le rapport de Napoléon aux cartes à partir de différentes ressources, notamment l'Exposition des Archives nationales Dessiner pour Napoléon. Trésors de la secrétairerie d'Etat impériale.

1) La cartographie scientifique au service de l'art militaire

« Tout État fait la politique de sa géographie ». Napoléon s'intéressait aux cartes et à la géographie avant tout dans un but militaire. Alors que la cartographie contribue à faire la nation, pour Napoléon elle doit d'abord servir à faire la guerre. La principale préoccupation de Napoléon était de disposer de bonnes cartes de l'Europe et notamment des États allemands qu'il s'apprêtait à envahir (Pelletier, 2018). L'Empereur écrit ainsi dans une lettre adressée au chef d'Etat-major le maréchal Berthier le 26 octobre 1804 : 

« Je crois que les ingénieurs géographes travaillent, mais je ne suis pas certain qu’ils travaillent sur de bonnes bases. On leur fait faire des cadastres et non des cartes militaires ; d’où il suit que dans vingt années on n’aura rien. J’ai eu occasion de m’en assurer dans les départements du Rhin ; on m’a présenté de grandes cartes très inutiles. On a employé quatre années, et je ne sais quel nombre d’ingénieurs, et quelle somme d’argent, à ne faire qu’une partie du département de la Roer [Ruhr], et l’on a rien des départements de Rhin-et-Moselle, du Mont-Tonnerre, qui sont véritablement importants. Mettre vingt années à terminer des cartes et des plans, c’est trop travailler pour la postérité. Si l’on s’en était tenu à faire des cartes sur l’échelle de Cassini, on aurait déjà toute la frontière du Rhin. Combien de circonstances peuvent se présenter d’ici à vingt ans où nous les regretterons ! Que d’événements peuvent arriver, même pour cet amas papier, avant qu’on ait tiré quelque avantage de tout ce travail ! Je ne sais pas pourquoi la guerre veut faire des cadastres. Les ingénieurs avaient commencé en Corse un cadastre, qui dans le pays était regardé comme très-mal fait ; il n’y avait de bien et de très utile que la grande carte qui s’est perdue et qui ne devait pas coûter plus de cent mille écus, tandis que le cadastre coûtait plusieurs millions [...] Les ingénieurs sont trop maîtres de faire ce qu’ils veulent. Je n'avais pas demandé autre chose que de compléter la carte de Cassini. » 

Napoléon 1er, Correspondance militaire, t.3, Paris, Plon, 1876-1877, p. 81-82


« Le Triomphe des Armées françaises » par Antoine Monsaldy (source : Gallica)



« L'Empereur Napoléon dans son bivouac préparant par sa pensée la victoire d'Austerlitz » (source : Gallica)


Avec l'arrivée de Bonaparte au pouvoir en 1799, les méthodes de cartographie et la collecte des informations ont pris un essor considérable : action des ingénieurs géographes, développement de la statistique, confection du cadastre ou développement des recensements en tous genres (Brun, 2011). Napoléon hérite de savoirs cartographiques déjà largement développés en France au XVIIIe siècle, notamment par la famille des Cassini. 

Pour aller plus loin : 

  • Napoléon 1er , Correspondance militaire, t.3, Paris, Plon, 1876-1877, p. 81-82, lettre à Berthier, 26 octobre 1804 (consultable sur le site Napoléon, histoire du Consulat et du Premier Empire).
  • Les ingénieurs géographes. La science au service de l'Empire. Par Jean-François Brun. Revue du Souvenir Napoléonien, 2011 (consultable sur le site Napoleon.org).
  • La fin d'un rêve : dislocation de l'Empire et restitution des cartes réunies pour sa constitution. Par Monique Pelletier (Comité Français de Cartographie, n° 237, septembre 2018).
  • La carte : outil indispensable des campagnes napoléoniennes (BU de Clermont).

2) Le cadastre "qui viendra en complément utile de mon code" et limitera les procès

« Un bon cadastre parcellaire sera le complément de mon Code en ce qui concerne la possession du sol. Il faut que les plans soient assez exacts et assez développés pour servir à fixer les limites des propriétés et à empêcher les procès. »  (Correspondance, Paris, Imprimerie impériale, 32 vol. 1858-1869).

Le cadastre napoléonien reprend les méthodes d'arpentage de l'Ancien Régime mais va beaucoup plus loin que les plans terriers dans la création d'une cartographie précise et homogène à l'échelle nationale. Lancé en 1807, le cadastre ne sera parachevé que bien après la mort de Napoléon. Quand on parle le cadastre "napoléonien", il faut surtout penser aux géomètres qui vont réaliser ce travail à partir de la Restauration et de la Monarchie de Juillet. La cartographie ne sert plus seulement à faire la guerre, elle est désormais mise au service de l'oeuvre administrative et fiscale. 


Pour aller plus loin : 

3) « Un bon croquis vaut mieux qu'un long discours » (Napoléon)

Cette citation, maintes fois reprise et souvent déformée, est généralement utilisée pour prouver la supériorité du langage graphique sur le langage écrit ou oral. Mais une image vaut-elle vraiment mille mots ? On peut s'interroger. Si de prime abord, ils paraissent véhiculer un message plus simple et plus explicite, les cartes et les croquis obéissent à des règles sémiologiques et nécessitent d'être décryptés dans leur contexte et avec leurs propres codes pour être compris. 

Cette citation qui est devenue presque un adage mérite d'être discutée. Il est d'ailleurs difficile d'en trouver la source exacte. Il n'est pas sûr que la phrase ait eu le même sens à l'époque. Pour Napoléon, il s'agissait de pouvoir résumer à grands traits la situation militaire afin de pouvoir prendre des décisions stratégiques. Aujourd'hui le sens de la citation s'est élargi et désigne tout croquis ou schéma permettant de faire comprendre simplement une idée. 

Pour aller plus loin : 

4) Fonds cartographiques sur la période napoléonienne

Dessiner pour Napoléon. Trésors de la secrétairerie d'Etat impériale. Exposition du 10 mars au 19 juillet 2021 (Archives nationales). 

Grâce au soutien de la Maison Chaumet, de la Fondation Napoléon et des nombreux donateurs ayant participé à la souscription Sauvez les dessins et les plans de Napoléon Ier, les Archives nationales ont restauré 1342 documents figurés, numérisé et mis en ligne 1800 documents. Parmi ces documents figurent des cartes de France et d'Europe, des plans de villes, de batailles ou d'aménagements. On peut admirer notamment la Carte des 103 départements, la Carte générale des fers et aciers, la Carte générale des mines de charbon, la Carte de Toulon et ses environs, la Carte relative au mémoire sur la défense de la côte du Morbihan, la Nouvelle carte de Hollande... Beaucoup d'autres cartes, croquis, plans à différentes échelles sont consultables dans ce fonds consacré aux Documents figurés de la Secrétairerie d'État (1799-1815).

Voir les Facebook live réalisés sur "L'industrie sous Napoléon", "Les aérostats", "La transformation de Paris sous l’Empire".

Comment Napoléon a transformé le visage des villes françaises (Europe 1


Projet urbain des Ponts et chaussées pour La Roche-sur-Yon - 7 Vendémiaire An VIII (source : Archives nationales)




Fonds cartographique du site Gallica (Bnf) en rapport avec Napoléon (Gallica).

Carte de l'Ile Ste Hélène dressée en 1823 pour le Mémorial de Ste Hélène par un ancien Ingénieur du Cabinet de Napoléon (Gallica).

Les archives cartographiques du site Napoleon Series fournissent des cartes de grande qualité sur les différentes batailles et campagnes napoléoniennes. Ces cartes proviennent de diverses sources. pour être versées dans ce fonds, elles doivent avoir au moins 75 ans. Ces cartes sont protégées par les droits d'auteur mais sont gratuites pour toute utilisation non commerciale.


5) L'exposition Napoléon - Grande Hall de la Villette (à partir du 28 mai 2021)

Autant admiré que controversé, Napoléon Bonaparte est un personnage complexe dont la vie oscille entre héroïsme et tragédie, victoire et défaite, avancées modernes et mesures régressives. A l’occasion du bicentenaire de sa mort, la Réunion des Musées Nationaux - Grand Palais, La Villette et Re Re / Adonis proposent une exposition dressant le portrait d’un personnage qui a façonné la France d’aujourd’hui. De vastes reconstitutions ainsi que de nombreux dispositifs numériques offrent aux visiteurs une véritable immersion au cœur de ces moments décisifs pour l’Histoire de France. Une rubrique de l’exposition, conçue avec la Fondation pour la mémoire de l’esclavage, est dédiée aux sujets de la politique coloniale de Napoléon et du rétablissement de l’esclavage.

Accès à l'exposition : http://expo-napoleon.fr/

Pourquoi Bonaparte a-t-il rétabli l’esclavage ? La Fondation pour la Mémoire de l’Esclavage publie une note historique (Fondation pour la mémoire de l'esclavage)

Les archives du rétablissement de l'esclavage par Napoléon seront montrées pour la première fois au public en avril 2021 (France Culture)

En 1798, alors qu’il est général dans les armées de la Première République, Napoléon entreprend de conquérir l’Égypte et de bloquer ainsi la route des Indes à la Grande-Bretagne, restée hostile à la France révolutionnaire.  Cette expédition militaire en Égypte pour laquelle sont mobilisés d’importants moyens humains et matériels, est doublée d’une expédition scientifique : Napoléon emmène en effet avec lui près de 167 savants, artistes et dessinateurs, dont les observations et recherches serviront à publier un ouvrage, la Description de l’Égypte, ou Recueil des observations et des recherches qui ont été faites en Égypte pendant l’expédition de l’Armée française [consultable sur Gallica].

Papiers de J.-Fr. Champollion le jeune (1790-1832).XIXe siècle. 2e série. I-V Panthéon égyptien (Gallica)

Dessins pour l’ouvrage de la commission d’Égypte (BnF)

Plan Topographique des Pyramides et des environs. Panckoucke, C. L. F. (Charles Louis Fleury), Commission des sciences et arts d'Egypte - 1823 (Collection David Rumsey)

La BnF s'active pour fêter Champollion et le déchiffrement des hiéroglyphes en 2022 (Gallica)

Carte des déserts de la Basse-Thébaïde (1717) par le père Claude Sicard montrant la manière dont on se représentait l'Egypte au début du XVIIIe siècle en France.

6) Cartes de reconstitution historique

La vie de Napoléon Bonaparte. Etapes et conquêtes (15 août 1769 - 5 mai 1821) par René Barbier (Gallica).

Comment Napoléon a conquis (et perdu) l’Europe (documentaire vidéo - Le Monde).

Napoléon et la conquête de l'Egypte, 1798-1801 (L'Histoire).

La carte de l'Empire napoléonien en 1812 (Cartolycée).

L'Empire français et ses 130 départements (Napoléon & Empire)

La campagne de France en 1814 (L'Histoire).

Le nouvel équilibre européen en 1815 (L'Histoire).

Napoléon se serait-il trompé en lisant la carte sur le champ de bataille de Waterloo le 18 juin 1815 ? C'est la thèse de Bernard Coppens pour expliquer la défaite de Napoléon à Waterloo. Un point de vue largement remis en cause par les historiens.

Et si Napoléon avait gagné ? L'empereur, héros de la première uchronie littéraire (France Culture).




Articles connexes

L'histoire par les cartes : une géovisualisation sur la campagne de Russie de 1812-1813 à partir de la carte de Minard