Etudier les densités en Chine à travers différents modes de représentation cartographique


Le point de départ de ce billet nous est fourni par une carte des densités en Chine pour le moins surprenante, à l'image de ces infographies qui circulent sur Internet et sur les réseaux sociaux. Cette carte, assez discutable sur le plan sémiologique, va nous servir de document d'accroche pour la confronter à d'autres modes de représentation des densités, plus rigoureux sur le plan sémiologiques et mais méritant également d'être analysés et discutés. 

Densités de population par provinces en Chine avec le noms des pays ayant une population équivalente
(source : The Big Data Stats)



Au premier abord, la carte s'appuie sur un dégradé de couleurs qui témoigne du gradient des densités en Chine, avec un fort contraste entre la façade maritime très dense et l'intérieur beaucoup moins peuplé. La carte soulève plusieurs problèmes de lecture. Quel est le mode de seuillage ? Quel choix des couleurs et pourquoi une représentation bivariée (par rapport à une densité moyenne) ? Plus surprenant encore : les noms de pays qui apparaissent sur les provinces laissent penser qu'ils ont une densité équivalente, alors qu'il semble plutôt s'agir de leur population brute (mais ce n'est pas clair). On est manifestement dans le cas d'une carte de comparaison visuelle (#mapcomparison) qui veut faire ressortir visuellement les grands contrastes (voir cette autre carte qui procède de la même logique visuelle à l'échelle de l'Asie). La carte est difficile à déchiffrer et incorrecte sur le plan sémiologique. L'utilisateur en est réduit à faire une série de suppositions. 

Une simple carte monovariée peut davantage faire l'affaire, comme cette carte qui repose sensiblement sur le même mode de seuillage, mais avec un même dégradé de couleurs et avec une maille administrative plus précise.

Densités de population en Chine (source : MapPorn)



On peut croiser la carte précédente avec une carte en mode points (#dotmap) qui va donner une vision encore différente... à condition de connaitre la valeur du point, ce qui n'est pas le cas ici.

Représentation en aplat (au dessus) versus distribution en mode points (en dessous)



Un autre genre de carte par point (#dotmap) peut être mobilisé : il s'agit des données de data visualisation fournies par le site Luminocity3d.org qui calcule les densités à partir de l'intensité des éclairages la nuit (voir notre article sur les avantages et les problèmes posés par les cartes lumineuses).


Densités en Chine (#dotmap à partir de la lumière émise la nuit (source : Luminocity3d.org)



Les cartes de densités peuvent être comparées sur un temps long pour dégager des permanences ou des évolutions dans la répartition de la population. Cette carte qui reconstitue les densités en 1953 montre une concentration de la population à l'est, mais également le long des grandes vallées fluviales. Attention cependant : elle ne peut pas être comparée avec la carte d'intensité lumineuse au-dessus qui n'utilise pas les mêmes données !

Distribution de la population chinoise en 1953 (source : Quoracdn.net



On observe aujourd'hui des densités beaucoup plus fortes avec une polarisation autour des grandes métropoles dans toute la Chine orientale (et pas seulement la Chine "maritime") avec un contraste accentué par rapport à la Chine intérieure.

Distribution de la population chinoise aujourd'hui (source : Paulnoll)



Pour étudier l'évolution des densités en Chine sur un temps long, consulter cet article assorti de plusieurs cartes temporelles : Spatial distributionpattern of population and characteristics of its evolution in China during 1935-2010. Et pour remonter encore plus loin, voici une carte qui restitue la distribution de la population sous la dynastie des Hans (en 147 ap JC).

La ligne Heihe-Tengchong, proposée en 1935 par le géographe chinois Hu Huanyong, est une ligne imaginaire qui divise la Chine en deux parties à peu près égales en superficie, mais très disparates en population. Elle s'étend de la ville de Heihe au nord-est, au comté de Tengchong (province du Yunnan) en Chine du sud-est.

The proportion of population on both sides of the "Hu Huanyong line" of China in 2015



On retrouve cette diagonale dans de nombreuses cartes de densités sur la Chine ainsi que dans les manuels scolaires : un topos de la géographie enseignée ?

Densités de population en Chine : Chine de l'Est versus Chine de l'Ouest (source : MapPorn)



Cette dichotomie entre la Chine de l'est et la Chine de l'ouest, on peut l'étudier également en choisissant un autre mode de représentation, celui du SEDAC qui estime la population sur un carroyage fin à l'échelle mondiale par grille 1 x 1 km en recoupant différentes sources de données statistiques, mais aussi images satellitaires. Le Socioeconomic Data and Applications Center (SEDAC) permet de croiser la répartition des densités avec l'occupation du sol, l'urbanisation, l'environnement, la santé, la pauvreté, les risques,... avec possibilité de choisir plusieurs années de référence entre 2000 et 2020. Les données sont téléchargeables au format geotiff après inscription sur le site.

Densités de population par grille d'1 x 1 km (CIESIN - SEDAC

Une étude récente concernant la distribution de la population dans les régions frontalières de la Chine témoigne d'une évolution des densités entre 2000 et 2015 avec une réduction/reconcentration de la population sur les marges frontalières.



D'où l'importance de changer d'échelle et d'appréhender les densités à l'échelle plus globale de l'Asie.

Densité de population en Asie en 2010 (source : SEDAC - MapPorn)


Avec des comparaisons possibles entre "pays-continent" en gardant le même seuillage des densités pour les deux cartes (Etats-Unis et Chine). Attention : on revient à une carte par zones de même densités (lissage).



De l'échelle continentale, il peut être utile d'élargir à l'échelle mondiale et d'utiliser à nouveau une carte en mode points (#dotmap), qui donne une représentation plus fidèle des densités (pas de généralisation ni de lissage des données). A noter : au delà d'une certaine concentration des points, ceux-ci finissent par former des tâches compactes (points peu lisibles), mais on peut ainsi faire repérer les grands foyers de population à l'échelle mondiale (en particulier pour l'Asie les deux foyers indien et chinois). A compléter par cette carte d'interprétation proposée par le site HG Sempaï.

Distribution de la population à l'échelle mondiale (1 point équivaut à 100 000 habitants)
(source : Maps.com)



Si on souhaite travailler plus spécifiquement sur les densités urbaines, il peut être intéressant d'utiliser le site The Pudding créé par Matthew Daniels. Voici les 100 villes millionnaires chinoises représentées en 3D avec des comparaisons possibles entre 1990, 2000 et 2015. 

100 villes millionnaires chinoises représentées en 3D (source : The Pudding)



Voici une autre manière de représenter les densités urbaines par "pics" avec un code couleurs associé pour les densités, qui permet de faire ressortir les zones centrales des villes très densément peuplées. Une manière de thématiser en quelque sorte des cartes en relief.




Sur la croissance urbaine reflétée par l'évolution des densités entre 2000 et 2010, voir la carte du PEW Research :
https://www.pewresearch.org/fact-tank/2015/11/19/building-outpaces-population-growth-in-many-of-chinas-urban-areas/

Pour étudier les densités à l'échelle intra-urbaine, on peut utiliser cette application de webmapping :
China Population Density (2010 population census)

A compléter par cette carte des fonctions économiques des villes :
http://geodivercity.parisgeo.cnrs.fr/blog/wp-content/uploads/2016/05/functional-specialization-chinese-cities.jpg

Pour finir, voici une carte de synthèse sur les densités en Chine à télécharger en haute résolution :
http://i.imgur.com/2BCKPUB.jpg

A compléter par cette carte proposée par le site Cartograf.fr :
http://www.cartograf.fr/carte-chine-densite-ville.jpg

Avec un croquis des densités assez simple pour résumer l'analyse :
http://expeditieaarde.blogspot.com/2015/04/china-population-density.html


Pour ceux qui aiment les cartes historiques animées, voici un outil à découvrir : World population history qui permet de simuler l'évolution des densités de l'Antiquité à nos jours (en mode points). Cet outil permet notamment de montrer l'ancienneté de certains foyers de population (dont le foyer chinois) :



Pour aller plus loin, il est possible de consulter une belle analyse multi-échelle qui utilise des méthodes d'auto-corrélation spatiale : "Représentations et zonages des densités démographiques de la Chine" : http://blog.kamisphere.fr/representation


Lien ajouté le 3 juin 2020

Lien ajouté le 23 août 2020

Densité de population en Chine représentée en 3D et en haute résolution par Alasdair Rae :
https://i.redd.it/yrbcl4ovlni51.jpg



Lien ajouté le 9 février 2022

Articles connexes

Une cartographie très précise des densités à l'échelle mondiale pour améliorer l'aide humanitaire

Cartographier l'empreinte humaine à la surface du globe