Les barrages vieillissants constituent une menace croissante à travers le monde (rapport de l'ONU)

 

Les barrages vieillissants constituent une menace croissante à travers le monde, selon un rapport des Nations Unies publié en 2021. En 2050, la plupart des gens vivront en aval de dizaines de milliers de barrages construits au XXe siècle.

Ageing Water Storage Infrastructure : An Emerging Global Risk (Rapport de l’ONU, 2021)

Le rapport, intitulé « Vieillissement des infrastructures de stockage en eau : un risque émergent à l'échelle mondiale » indique que la plupart des 58 700 grands barrages au monde ont été construits entre 1930 et 1970, avec une durée de vie de 50 à 100 ans. A partir de 50 ans, un grand barrage en béton « peut commencer à manifester des signes de vieillissement ». Ces signes de vieillissement se traduisent par des cas fréquents de ruptures de barrage, des coûts croissants de réparation et d'entretien, une sédimentation des réservoirs et une perte de fonctionnalité et d'efficacité des barrages, autant de signes qui sont « fortement interconnectés » entre eux.

Construction annuelle de grands barrages de 1900 à nos jours (source : ICOLD WRD, 2020)

L'analyse comprend des études de cas sur le démantèlement ou le vieillissement de barrages aux États-Unis, en France, au Canada, en Inde, au Japon, en Zambie et au Zimbabwe. Selon le rapport, il est peu probable que l'on connaisse à nouveau un mouvement de construction de barrages comme on en a connu au milieu du XXe siècle. Le rapport indique que 32 716 grands barrages (55% du total mondial) se concentrent dans quatre pays d'Asie (Chine, Inde, Japon et Corée du Sud), dont la majorité atteindra bientôt le seuil des 50 ans. Il en va de même pour de nombreux autres grands barrages en Afrique, en Amérique du Sud et en Europe de l'Est.

 Âge moyen des grands barrages en fonction des pays (source : ICOLD WRD, 2020)



En Inde, 1 115 grands barrages auront environ 50 ans en 2025, 4 250 plus de 50 ans en 2050 et 64 plus de 150 ans en 2050. Le rapport indique qu’environ 3,5 millions de personnes sont en danger si le barrage indien de Mullaperiyar au Kerala, construit il y a plus de 100 ans, venait à céder. « Le barrage, situé dans une zone sismiquement active, présente des défauts structurels importants et sa gestion est une question controversée entre les États du Kerala et du Tamil Nadu ».

Plus de 85% des barrages des États-Unis fonctionnent au-delà de leur espérance de vie. Le rapport ajoute que des barrages bien conçus, construits et entretenus peuvent « facilement » atteindre 100 ans, mais il prédit une augmentation des déclassements - un phénomène qui s'accélère aux États-Unis et en Europe.

Il est souligné que « la fréquence et la gravité croissantes des inondations ainsi que d’autres catastrophes environnementales peuvent accélérer le processus de vieillissement des barrages. Les décisions concernant le déclassement doivent donc être prises dans le contexte du changement climatique ». On observe également de fortes préoccupations concernant les impacts environnementaux et sociaux des grands barrages. Il convient de trouver des moyens alternatifs de stockage de l'eau et de développer d'autres types d'énergie que l'hydroélectricité. La nécessité de garantir la sécurité des populations, l'escalade des coûts d'entretien, la sédimentation des réservoirs ainsi que la volonté de restaurer des écosystèmes naturels figurent parmi les principaux motifs qui conduisent à déclasser certains barrages. Dans l'ensemble, le déclassement devrait être considéré comme tout aussi important que la construction de barrages dans le processus d'aménagement global des infrastructures de stockage en eau.

Le rapport comporte de nombreuses références scientifiques et inventorie les sources de données disponibles sur cette question. Un inventaire des bases de données disponibles constitue un préalable et le rapport commence d'abord par faire un état des lieux. Voici les principales sources disponibles en ce qui concerne l'étude des barrages dans le monde :

  • Le Registre mondial des barrages (WRD), créé en 1958 et maintenu par ICOLD comprend 58 700 enregistrements. Il est reconnu comme la source de données mondiale la plus complète sur les barrages. Il contient des données sur leur hauteur, leur longueur, leur capacité, leurs fonctions ainsi que diverses autres informations. Mais il n'inclut pas leurs coordonnées géographiques. Les données sont payantes.

  • Le Global Reservoir and Dam (GRanD) a été développé pour fournir une base de données géoréférencée pour la communauté scientifique. Il s'agit d'une collaboration internationale qui est actuellement géré par l'Université McGill au Canada. La base de données contient 7 320 enregistrements concernant les grands barrages définis comme ceux ayant une capacité supérieure à 0,1 km³. Ce seuil de capacité est nettement supérieur à celui de l'ICOLD qui est de 3 millions de m³ (0,003 km³), ce qui peut expliquer en partie le nombre limité d'enregistrements dans la base de données. La capacité de stockage des barrages répertoriés dans GRanD dépasse les 6 800 km³.

  • La base de données mondiale des barrages GOODD  est disponible via la plateforme GDW. Elle comprend plus de 38 000 entrées géoréférencées. Le jeu de données est gratuit et en libre accès. Il contient des détails sur les "grands" et les "moyens" barrages (la différence n'est pas toujours très claire). Le site est hébergé par le King's London College au Royaume-Uni.

  • La base de données Futurs réservoirs et barrages hydroélectriques (FHReD) concerne les barrages prévus pour la production hydroélectrique. Elle contient quelque 3700 enregistrements exclusivement pour les barrages hydroélectriques d'une capacité supérieure à 1 MW. Les informations sont recueillies  auprès de diverses sources, y compris dans la littérature, dans des bases de données grand public ou des organisations non gouvernementales. La base de données est gérée par l'Université Eberhard Karls de Tübingen en Allemagne. Elle n'inclut pas la hauteur des barrages ni leur capacité de stockage, elle n'est donc pas directement comparable avec les deux précédentes. Cependant, elle répertorie quelque 160 barrages d'une capacité de plus de 1000 MW (valeur arbitraire) qui en fait des "grands" barrages. La plupart des barrages sont au stade de la planification, et seuls quelques-uns sont en construction. 

Ces trois dernières bases de données sont accessibles à partir du même portail GlobalDamWatch. Pour améliorer la collecte et la mise à jour des données , il conviendrait de fusionner toutes ces bases de données en un seul portail, avec des critères communs pour différencier les données par catégories de barrages.

Pour compléter

La France possède 569 grands barrages, soit environ 1 % du total mondial. Liste des barrages français classés par région (Annuaire mairie)

Liste des lacs de barrage de France. Seuls sont indiqués les lacs de barrage supérieur ou égal à 2 km². (Wikipédia)

Liste des barrages les plus hauts de France. Hauteur supérieure ou égale à 15 m au-dessus du terrain naturel (Comité français des barrages et réservoirs)

Jeu de données mis en téléchargement sur Geo.data.gouv.fr

Ces grands barrages hydroélectriques controversés (Le Monde)

Articles connexes

Rapport mondial des Nations Unies 2019 sur la mise en valeur des ressources en eau

Atlas 2020 des Objectifs de développement durable (Banque mondiale)

Etudier les risques de pénurie d'eau dans le monde avec l'Atlas Aqueduct du WRI

Un jeu de données SIG sur les fleuves qui servent de frontières dans le monde

Resource Watch, un portail intégré pour visualiser des jeux de données en vue d’assurer un avenir durable à la planète