L'histoire par les cartes : la septentrionalisation de l'Europe à l'époque de la Renaissance par Pierre-Ange Salvadori


P. -A. Salvadori, Le Nord de la Renaissance. La carte, l’humanisme suédois et la genèse de l’Arctique. Paris, Classiques Garnier, coll. Bibliothèque d’histoire de la Renaissance, 2021.

L'ouvrage de Pierre-Ange Salvadori est une véritable somme de connaissances historiques (près de 1000 pages) sur un sujet qui passionnera les amateurs d'histoire et de cartographie. Ce livre propose une histoire pragmatique des savoirs sur le Nord à la Renaissance, du Nord scandinave au Nord arctique en passant par un nouveau Nord global. Ce faisant, il éclaire la réforme cartographique du XVIe siècle et sa fixation du Nord en haut des cartes, à mesure que ce point cardinal devient lieu d’origine et espace de projection, loin du paradigme médiéval et biblique du Septentrion diabolique. De nouveaux savoirs impériaux font alors du Nord un acteur de l’« englobement du monde » (A. Romano) : par lui peut être facilitée la rencontre Orient-Occident, à travers l’Arctique, nouvel horizon de la fin du XVIe siècle. 

En chemin, l’ouvrage dévoile la maturation de la projection impériale suédoise, replacée dans le contexte de l’humanisme cartographique, localisant un rêve d’empire en amont des chronologies habituelles et à la surface d’un espace cartographique et imprimé hanté par les spectres des anciens Goths. Suivant les regards de l’humanisme suédois (Olaus et Johannes Magnus, Olaus Petri…) et des cartographes nord-européens (Mercator, Ortelius, Dee, Postel…), ce livre reconstitue les ferments savants de la « septentrionalisation de l’Europe », lorsque le centre de gravité du continent se déplace au Nord, tandis que la Renaissance européenne se « dés-oriente »

 La Carta Marina, considérée comme l'une des premières cartes précises de la Scandinavie - 1539 (source : Wikipedia)


L'ouvrage s'ouvre sur la Carta Marina représentant les mers, les côtes et l'intérieur des terres des pays encerclant la mer Baltique. Avec ses dimensions exceptionnelles (1,70 mètre de large et 1,25 mètre de haut), la carte est le résultat d'un long travail qui s'étala sur une période de 12 ans. La première copie fut imprimée à Venise en 1539. La Carta marina du géographe et historien suédois Olaus Magnus est l'une des toutes premières représentations géographiques précises de la péninsule scandinave.

L'auteur a produit un article de synthèse sur la cartographie à l'âge de la Renaissance pour le site de l'Encyclopédie d'histoire numérique de l'Europe :
Pierre-Ange Salvadori. Les mondes cartographiques de la Renaissance. Manipuler la carte mouvante (EHNE).

 
Table des matières
(détail sur le site de l'éditeur)

Ouverture
Venise, 1539 – Duisbourg, 1569

Introduction
Un Septentrion sorti des brumes

PARTIE 1: UNE HISTOIRE FAITE DE CARTES
L’« empire des cartes »
De la cartographie historique à l’histoire cartographique
Genèses du Septentrion
Le Nord, nouvel horizon
Le dépassement de Ptolémée : une tectonique des cartes au nord de l’Europe
Explorations. L’Europe humaniste et la Scandinavie  

PARTIE 2 : VIRTUALITÉS DE L’AQUILON
NORD PROJETÉ, NORD VÉCU, NORD EMPÊCHÉ
Corps, île, ennemi, ancêtre
Mythographie du Septentrion
Possibles, affects, échecs

PARTIE 3 : L’EUROPE GOTHIQUE RESSUSCITÉE
Hantologie de l’humanisme
Une Antiquité alternative
La carte et l’horloge

PARTIE 4 : LE SALUT PAR LE SEPTENTRION
GÉOGRAPHIES GOTHICISTES, GÉOGRAPHIES SACRÉES
Un humanisme des confins
Une carte pour la Contre-Réforme
La transmission de la géographie gothiciste au XVIe siècle

PARTIE 5 : LE NORD EN HAUT DES CARTES
SEPTENTRIONALISATION DE L’EUROPE, ENGLOBEMENT DU MONDE ET RÉFORME CARTOGRAPHIQUE
Un Nord global ?
La carte prophétique
La carte dés-orientée

Conclusion
Sublimations du Septentrion : la Suède à la conquête de l’Europe et du monde