L'histoire par les cartes : les créatures marines monstrueuses d'Olaus Magnus


Source : Olaus Magnus’ Monstrous Creatures (University of Groningen Library)

La bibliothèque de l'Université de Groningue (Pays-Bas) consacre une exposition virtuelle à deux oeuvres majeures du cartographe, diplomate et historien Olaus Magnus (1492-1557)

Les collections spéciales de l'Université de Groningue et de l'Université d'Uppsala possèdent deux des œuvres les plus célèbres d'Olaus Magnus : sa Carta Marina, imprimée à Venise en 1539 et détenue par l'Université d'Uppsala, et son livre Description des peuples du Nord (Historia De Gentibus Septentrionalibus, Earumque Diversis Statibus, Conditionibus, Moribus, Ritibus, Superstitionibus, Disciplinis...) imprimé à Rome en 1555 et aujourd'hui détenu par la Bibliothèque de l'Université de Groningue. Les deux objets sont étroitement liés. Cette relation devient évidente lorsque l'on se concentre sur l'un des aspects les plus intéressants des deux œuvres : leur représentation des monstres marins.

Olof Månsson, connu sous le nom d'Olaus Magnus (1492-1557), est né à Linköping en Suède. Il est surtout connu pour ses descriptions des « pays du nord », de ses peuples, de leurs coutumes, de leur vie quotidienne et de leurs croyances. Après avoir voyagé plusieurs années à travers la Scandinavie et l'Europe du Nord, le catholique Magnus a passé la dernière partie de sa vie en exil en Italie suite à l'installation de la Réforme en Suède. Magnus a été l'un des premiers à fournir une carte précise et détaillée de la région scandinave au sens large, et le premier à fournir un compte rendu systématique (presque encyclopédique) des paysages et des peuples de la région. A son époque, les pays scandinaves étaient pour la plupart inconnus du reste de l'Europe. Dans ses notes personnelles, Magnus exprime le souhait de décrire les merveilles, tant sur terre que sur mer, observées dans les pays du Nord et restées inconnues chez les auteurs grecs et latins. À travers sa Carta Marina et l'Historia De Gentibus Septentrionalibus, Magnus a voulu corriger la représentation erronée du Nord qui se trouvait dans les cartes précédentes. En tant que fervent catholique, il souhaitait montrer à l'Église catholique que ce Nord précieux et intéressant avait été laissé aux mains du luthéranisme et qu'il convenait donc d'assurer son salut.

Pour consulter et télécharger la Carta Marina d'Olaus Magnus (1539) en N&B sur la plateforme ALVIN :
http://www.alvin-portal.org/alvin/view.jsf?pid=alvin-record%3A88495&dswid=-3923



Pour consulter et télécharger la Carta Marina d'Olaus Magnus (1539) en version couleur sur Wikipédia :
https://fr.wikipedia.org/wiki/Carta_Marina



La Carta Marina de Magnus a été décrite comme l'une des cartes les plus remarquables de l'époque moderne, restant pendant longtemps la carte la plus précise de la Scandinavie et servant par la suite de modèle à de nombreux cartographes postérieurs. Mesurant 170 x 125 cm, elle constitue l'une des plus grandes cartes imprimées du XVIe siècle. Elle est gravée sur bois et non sur cuivre contrairement à la plupart des cartes de l'époque. La carte elle-même est divisée en neuf sections, étiquetées de A à I, et comporte une légende explicative. Elle est remplie de figures et de créatures réelles ou imaginaires, avec d'innombrables images sur la flore et la faune, les bâtiments et les navires, les individus ou groupes d'individus.

La moitié de la Carta Marina est consacrée à l'eau et aux créatures et activités qui y sont liées. L'Historia comprend d'innombrables pages consacrées aux eaux, avec des sections et des chapitres sur le commerce et la guerre navales, les créatures marines et les habitudes de pêche. Plusieurs des chapitres s'ouvrent avec une image d'en-tête presque identique aux images que l'on peut trouver sur la carte. Cette relation entre la Carta Marina et l'Historia se voit clairement dans le traitement par Magnus de l'un des éléments les plus frappants et peut-être les plus surréalistes : les monstres marins représentés dans la mer entre la Norvège et l'Islande. Magnus présente de nombreux poissons monstrueux sur la Carta Marina, et son Historia comprend des chapitres « On Fish » et « On Monstruous Fish », bien que la distinction entre les deux ne soit pas toujours claire, en particulier sur la Carta Marina. Dans l'Historia, certaines des créatures sont traitées simplement comme faisant partie de l'environnement naturel, tandis que d'autres se voient attribuer un sens moral ou métaphorique. Un exemple fascinant est le traitement du cochon de mer par Magnus.

Détail de la Carta Marina : Cochon de mer sur la Carta Marina (source : University of Groningen Library

Dans on ouvrage Historia, Magnus décrit ce monstre hybride en forme de porc-poisson comme suit :

« Il avait une tête de cochon avec un croissant de lune à l'arrière, quatre pattes de dragon, une paire d'yeux sur les flancs de chaque côté, et un troisième sur le ventre vers le nombril ; au bout se trouvait la queue fourchue d'un poisson. Dans la ville de Rome à cette époque, des libelles étaient imprimés, afin d'expliquer la signification des différentes parties de l'animal et de montrer quelle mauvaise existence était celle des hérétiques. La lune située derrière la tête évoque une distorsion de la vérité, puisqu'elle ne vient pas du front du porc mais de sa nuque. Les yeux dans ses reins et son ventre symbolisent la tentation, et pour cette raison ils doivent être coupés. Enfin, les quatre pattes du dragon signifient les désirs et les actes extrêmement mauvais de l'humanité, faisant irruption vicieusement des quatre coins de Terre et apparaissant dans le poisson comme s'il s'agissait d'un voyou indiscret.» (XXI : 27 ; Vol. 3, p. 1110) [10]

Cette créature, considérée comme le monstre littéralement le plus horrible sur cette carte, est censée symboliser les bouleversements religieux en cours au XVIe siècle. Le cochon de mer représente les péchés capitaux de convoitise et de cupidité, que le fervent catholique Olaus Magnus croyait inhérents au luthéranisme qui se répandait alors rapidement dans le nord de l'Europe. Pendant son séjour en Italie, Magnus s'est activement impliqué dans la Contre-Réforme catholique romaine, et ses convictions personnelles se retrouvent ainsi dans sa carte et dans son ouvrage.

Ce monstrueux cochon de mer n'était pas le fruit de l'imagination personnelle de Magnus. Il a été copié à partir d'un pamphlet publié à Rome en 1537. Les pamphlets critiques et satiriques sur le plan théologique étaient très populaires au XVIe siècle marqué par de grands bouleversements religieux. Le pamphlet de Magnus utilisant comme représentation le cochon de mer peut être considéré comme le pendant catholique des pamphlets luthériens populaires tels que l'Interprétation de deux figures terribles comme le moine-veau et le pape-âne par Philippus Melanchthon et Martin Luther. Alors que l'image sur la Carta Marina montre simplement un autre poisson monstrueux - un sujet si populaire que Magnus lui consacre un livre entier dans son Historia - la description donnée dans l'Historia permet d'apporter une signification plus profonde aux illustrations de la carte.

La présentation de cette exposition virtuelle par Madelief Albers et Sanna Nyholt s'accompagne d'une riche bibliographie. Celle-ci mériterait d'être complétée par l'ouvrage remarquable de Pierre-Ange Salvadori Le Nord de la Renaissance. La carte, l’humanisme suédois et la genèse de l’Arctique qui aborde la question de la septentrionalisation de l'Europe à l'époque de la Renaissance, notamment à travers la Carta marina d'Olaus Magnus.

Autres expositions virtuelles de l'université de Groningue

Itinéraire d'un cartographe : Ubbo Emmius
http://www.rug.nl/library/heritage/exhibitions/virtual-exhibitions/maps-of-meaning

Yesse : sur les traces d'un riche patrimoine
Pour compléter

Exposition virtuelle de la Harvard Maps Collection : comment les cartographes ont utilisé les animaux pour documenter le monde.
How Mapmakers Used Animals to Document the World :

Liens ajoutés le 7 novembre 2021


Lien ajouté le 23 novembre 2021


Liens ajoutés le 3 janvier 2022

Le Leventhal Map & Education Center de Boston publie chaque lundi une carte avec des créatures monstrueuses issues de ses collections. A découvrir sur Twitter avec le hashtag #MapMonsterMonday.




Articles connexes

L'histoire par les cartes : la septentrionalisation de l'Europe à l'époque de la Renaissance par Pierre-Ange Salvadori

L'histoire par les cartes : comment le continent européen s'est pensé et construit du 16e au 20e siècle (BnF - Gallica)

L'histoire par les cartes : la Géographie, une muse qui apparaît dans les cartes à partir de la Renaissance