Le niveau d'études aux Etats-Unis à travers une carte par densité de points


Signalé par Maps Mania, The Dot Map of American Education, 20 août 2019.

La carte du niveau d'études aux Etats-Unis est une carte interactive par densité de points qui représente la population américaine âgée de 25 ans ou plus, avec son niveau de formation  :
http://personal.tcu.edu/kylewalker/maps/education




Source et type de données

La carte a été créée par Kyle Walker, qui est enseignant-chercheur (Associate Professor) en géographie et directeur du Center for Urban Studies, au sein de la Texas Christian University.

Les données proviennent du tableau B15003 de l'American Community Survey qui a réalisé une grande enquête sur la population américaine sur la période 2011-2015. Ces données sont mises à disposition sur le site National Historical Geographic Information System (NHGIS). Ce site est une mine de données statistiques sur les Etats-Unis depuis 1790 et fournit un accès à des données compatibles SIG.

Les couches d'information qui ont été utilisées sont les suivantes :
- Zone géographique du secteur de recensement américain 2011-2015 ;
- Tableau ACS B15003 2011-2015, niveau de scolarité de la population de 25 ans et plus, pour les secteurs de recensement ;
- Bloc géographique du recensement des États-Unis de 2010 pour les 50 États et le district de Washington ;
- Recensement des États-Unis en 2010, tableau P1, Population totale pour les blocs de recensement.

Traitement cartographique

Il s'agit d'une carte dasymétrique, une méthode d’interpolation à partir d’un critère d’homogénéité, ici le niveau d'études rapporté à la densité de population. Les points sont donc placés en fonction des données de population sous-jacentes (informations dites "auxiliaires"). L’utilisation de représentations dasymétriques est un bon moyen d’améliorer la spatialisation de variables révélatrices de la qualité des territoires : offre de soins, densité de population, niveau d'éducation... (lire cet article). Les données sur le niveau d'études ont été agrégées à l'échelle des secteurs de recensement et les points sont répartis au hasard dans chaque secteur. La valeur de chaque point varie en fonction du degré de zoom : indiquée dans la légende en haut à gauche, cette valeur peut aller de 25 personnes (zoom maxi) à environ 500 (zoom mini).

Les données sont classées en 5 catégories, qui représentent le niveau d’études le plus élevé atteint par chaque individu : cela va de ceux qui arrêtés leurs études avant l'enseignement secondaire jusqu'à ceux qui ont obtenu un diplôme d'études supérieures. Les emplacements des points sont approximatifs et ne représentent pas les lieux où se trouvent les individus. En outre, l'American Community Survey reposant sur des données d'enquête déclaratives, les estimations sont sujettes à des marges d’erreur.

L'utilisateur peut filtrer les données dans la légende qui est interactive, ce qui permet d'éviter que des points en masquent d'autres dans les secteurs de fortes densités. A chaque déplacement ou changement de zoom sur la carte, il peut aussi faire varier l'histogramme à plat et voir s'afficher les variations en pourcentage, ce qui est très utile pour conduire des comparaisons.

Pistes d'interprétation

On peut d'abord choisir un accès direct à l'une des villes proposées : New York, Los Angeles, Chicago, Dallas-Fort Worth, Atlanta, puis s'essayer à une navigation libre en prenant des secteurs bien particuliers : par exemple des lieux où les points sont très contrastés en couleur ou au contraire des lieux où les couleurs sont très mélangées (de manière à repérer les zones de "melting pot" du point de vue du niveau d'études).

Il n'est pas étonnant de voir ressortir la très forte ségrégation socio-spatiale qui règne aux Etats-Unis. Cette carte peut être rapprochée de celle de la répartition ethnique ou du celle de l'exclusion. Un autre contraste très fort est celui qui distingue la ville-centre de ses quartiers périphériques. A l'intérieur même des grandes métropoles, on distingue aussi de fortes inégalités scolaires (comparer par exemple Manhattan au Bronx ou à Brooklyn pour New York).

Bien que très précise, ce type de cartes par densités de points finit par poser des difficultés de lecture, notamment pour arriver à dégager une vue synthétique.


Articles connexes :

Une cartographie de l'exclusion aux Etats-Unis

Les cartes par densité de points deviennent de plus en plus courantes et accessibles

The Racial Dot Map et la diversité ethnique des Etats-Unis

Présentation de l'Opportunity Atlas et des problèmes d'interprétation qu'il pose

L'atlas des fractures scolaires de Patrice Caro et Rémi Rouault : comment lire et analyser les inégalités socio-spatiales en éducation ?