Un atlas des fractures scolaires par Patrice Caro et Rémi Rouault : comment lire et analyser les inégalités socio-spatiales en éducation ?


Patrice Caro et Rémi Rouault publient sur leur site une version renouvelée et actualisée de leur Atlas des fractures scolaires paru en 2010 chez Autrement (voir vidéo de présentation). Les auteurs sont tous deux professeurs de géographie à l'Université de Caen Basse-Normandie et chercheurs de l'équipe CNRS ESO-Caen. Leurs travaux portent sur les questions de scolarisation et de formation, de politiques prioritaires et de politiques territorialisées.

Accès à l'Atlas des fractures scolaires (version en ligne complétée par rapport à l'édition de 2010) :
http://fracturesscolaires.fr/

Comme l'indiquent fort utilement les auteurs, l'objectif de ce site est de fournir des analyses fondées sur les données et non sur les représentations.

"Dans l'Atlas paru en 2010, l’essentiel des données concernait les années scolaires 2007-2008 à 2009-2010. Neuf ans plus tard, nous constatons que pour une large part les inégalités en matière scolaire n’ont pas beaucoup changé. Les écarts restent tels que nous pensons nécessaire d’actualiser les constats et d’élargir les analyses. Nous ne reprenons pas le même plan, nous structurons ce site autour des types de fractures. Nous choisissons délibérément de concevoir les pages comme indépendantes les unes des autres en y incluant, à chaque fois, les éléments de base du contexte."



Le site est organisé autour de trois types de fractures : spatiales, sociales et financières.

Les auteurs proposent une table des matières très utile qui permet un accès direct aux thématiques que l'on souhaite aborder : besoins et moyens, fractures sociales et spatiales, diplômes et évaluations, réussite et échec, formations professionnalisantes, actualités, perspectives...

Concernant les départements d'outre-mer, les auteurs observent un rattrapage très incomplet des inégalités.

Si nous nous intéressons en effet à l'exemple de l'académie de La Réunion (de plein exercice depuis 1984), une véritable "politique de rattrapage" a été progressivement mise en place. Les difficultés scolaires sont encore importantes, malgré le déploiement d'un réseau d'éducation prioritaire qui concerne la moitié des collèges de l'île et une grande partie des écoles primaires. Le taux de décrochage a baissé mais reste un problème préoccupant. Il s’agit d’un décrochage plus précoce qu’en métropole : un quart des jeunes Réunionnais de 20 à 24 ans qui ont quitté le système scolaire n’ont que le niveau primaire, contre 14% en métropole. Le combat contre l’illettrisme est également une préoccupation majeure : 116 000 Réunionnais sont en situation d’illettrisme, soit 23% de la population des 16-65 ans (c’est trois fois plus qu’en métropole). Malgré l'étroitesse du territoire (à peine la moitié de la superficie moyenne d'un département français), les inégalités socio-spatiales sont assez fortes comme le montre la cartographie proposée par l'Atlas des risques sociaux d'origine scolaire paru en 2016. On peut s'interroger si ces "risques" relèvent des inégalités propres au système scolaire ou sont liés davantage aux inégalités sociales et urbaines, la carte des inégalités scolaires ayant tendance à reproduire la carte de la politique de la ville sur laquelle ont été en partie définis les zones d'éducation prioritaires (ZEP) puis les réseaux d'éducation prioritaire (REP et REP+).


 Les inégalités scolaires à la Réunion à l'échelle communale
(Source : Atlas des risques sociaux d'échec scolaire, 2016)


Bien qu’intéressantes pour établir un premier diagnostic territorial, ces cartes thématiques posent des problèmes d'interprétation en raison des problèmes liés au choix de la maille communale, au choix des indicateurs et au choix de la symbologie sous forme d'aplats. L'approche géostatistique donne à voir des problématiques et interroge sur les liens complexes entre éducation et territoire. Mais la cartographie peut à son tour générer des représentations et contribuer à assigner une image négative aux communes et aux "quartiers" défavorisés (soulignés ici en rose-violet et également en bleu foncé au niveau des académies sur la carte plus haut). Inversement, d'autres communes en vert (cas par exemple de Saint-Denis) semblent avoir des difficultés moindres alors qu'elles sont au moins autant concernées par les difficultés scolaires, mais à l'échelle des QPV (Quartiers de la politique de la ville dont le périmètre est beaucoup plus restreint). Il convient de mobiliser des outils d'analyse spatiale (type SIG) et d'utiliser des mailles administratives et des grilles d'analyse plus précises si l'on veut pouvoir saisir la complexité des inégalités scolaires d'origine territoriale. Ce que l'étude de BOTTON & MILETTO (2018) a commencé à faire à l'échelle des IRIS pour la région parisienne.

C'est un sujet sur lequel nous reviendrons car nous sommes en train d'élaborer un Atlas des territoires scolaires sur le territoire de La Réunion à une échelle infra-communale qui puisse appréhender de manière fine les inégalités scolaires, mais aussi l'ancrage et le fonctionnement des établissements dans des logiques tout à la fois territoriales et réticulaires en termes de distance-proximité (cf projet de recherche GEORUN porté par le laboratoire ICARE - Université de La Réunion).

Si le thème des inégalités scolaires a été investigué dans le champ de la sociologie et de l'histoire de l'éducation, il constitue un domaine de recherche encore émergent du point de vue de la géographie de l'éducation, qui commence à se structurer en tant que nouveau champ de recherche. Cartographier les inégalités scolaires constitue une des façons de les mettre en évidence, de pouvoir les analyser et en discuter. Cette cartographie des territoires scolaires ne concerne pas que la recherche, elle peut constituer un objet d'étude en tant que tel dans l'enseignement et la formation au delà même des géographes (en sciences de l'éducation, en sciences politiques, en sociologie...). Le thème des inégalités est souvent abordé dans l'enseignement, mais finalement assez peu du point de vue des inégalités scolaires. Voici une sélection de ressources pour aborder les inégalités scolaires comme un objet d'étude pour les enseignants et les formateurs qui souhaitent travailler sur la "géographie de l'école" aujourd'hui.


Sur la cartographie des inégalités scolaires :

Atlas des risques sociaux d'échec scolaire (2016).
En privilégiant une approche territoriale, cet Atlas apporte un éclairage original sur le risque de décrochage scolaire, très inégal selon le milieu d’origine et les conditions de vie.

Ministère de l'Education Nationale-DEPP, Géographie de l’École, 12e édition (2017).
http://www.education.gouv.fr/cid57105/geographie-de-l-ecole-douzieme-edition-2017.html

Panorama des inégalités d'origine territoriale en France (2018).
Le CNESCO a conduit une évaluation très fine des disparités scolaires d’origine territoriale en Île-de-France en se fondant sur la plus petite unité géographie établie par l’Insee, appelée IRIS ou plus communément, quartier.

Atlas régional des effectifs d'étudiants de l'enseignement supérieur.

Géographie de la formation (INSEE).
Aller étudier ailleurs après le baccalauréat : entre effets de la géographie et de l’offre de formation (INSEE Première, 2019).
http://www.insee.fr/fr/statistiques/3688229

La ségrégation sociale entre collèges (INSEE).
Un reflet de la ségrégation résidentielle nettement amplifié par les choix des familles, notamment vers l’enseignement privé (Insee Première, n°40, septembre 2018).
http://www.insee.fr/fr/statistiques/3614217

Mapping School Performance and Inequality With GIS.
L'utilisation des SIG pour cartographier les inégalités scolaires


Pour des recherches à l'échelle nationale ou académique :

ALPE Y., 2006, L’Enseignement scolaire en milieu rural et montagnard. Parcours et projets, Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté.

AUDREN G., 2015, Géographie de la fragmentation urbaine et territoires scolaires à Marseille. Thèse de Géographie. AMU - Aix Marseille Université, http://halshs.archives-ouvertes.fr/tel-01244911

BARTHES A., CHAMPOLLION P. & ALPE Y. (dir.), 2017, Permanences et évolutions des relations  complexes  entre  éducations  et  territoires,  Londres,  Série  Education, ISTE Edition Ltd.

BOTTON H., MILETTO V. ( 2018). Quartiers, égalité, scolarité. Paris. Des disparités territoriales aux inégalités scolaires en Île-de-France, CNESCO, octobre 2018.
http://www.cnesco.fr/wp-content/uploads/2018/10/181026Cnesco_Botton_Miletto_IDF.pdf

CARO P.,  FAIVRE E., GROSJEAN F. (2006). La territorialisation des politiques scolaires : l'exemple des collèges du bassin de Gap, Annales de géographie, 2006/4, n° 650, p. 434-448.

GENEVOIS S. (2018). Matériaux pour une géographie de l’école réunionnaise, Grand Pavois (3èmes Journées d’études du laboratoire ICARE), ESPE de La Réunion (31 mai-1er juin 2018). Télécharger le diaporama.

MERLE P. (2010). Structure et dynamique de la ségrégation sociale dans les collèges parisiens, Revue française de pédagogie, 170, janvier-mars 2010. http://journals.openedition.org/rfp/1597

MILETTO V. (2018). Les inégalités territoriales et l’école. Exposition des enjeux et revue de littérature. Paris, CNESCO. http://www.cnesco.fr/wp-content/uploads/2018/10/181026_Cnesco_Miletto_revue_litterature_educ_territoires.pdf


Articles connexes :

Que vaut la data map qui géolocalise les voeux des candidats sur Parcoursup ?

Géographie de la formation et de la mobilité étudiante d'après une étude de l'INSEE

Présentation de l'Opportunity Atlas et des problèmes d'interprétation qu'il pose