Analyser et discuter les cartes de risques : exemple à partir de l'Indice mondial des risques climatiques


Les événements météorologiques extrêmes entraînent des décès et des pertes financières importantes selon le rapport annuel de l'ONG German Watch qui publie un indice d'exposition aux risques climatiques basé sur les données du réassureur Munich-Re (une des plus grosses entreprises de réassurance au monde).

Le rapport complet du Global Climate Risk Index (2019) est à télécharger avec les données sur le site German Watch. Le rapport est disponible également en français en version abrégée avec une carte.

Le Global Climate Risk Index (CRI) est calculé à l'échelle des pays et comprend 4 indicateurs :
  • Nombre de décès, 
  • Nombre de décès pour 100 000 habitants, 
  • Montant des pertes en dollars américains en Parité de pouvoir d’achat (PPA),
  • Montant des pertes par rapport au Produit intérieur brut (PIB).
Sont pris en compte uniquement les risques liés à la météorologie et au climat : les tempêtes, les cyclones et ouragans, les inondations, les températures extrêmes et les déplacements de population. Sont exclus : les risques liés au volcanisme et aux séismes, les feux de forêt, les mouvements de terrain et les avalanches. A noter qu'il n'y a pas de pondération qui permettrait de prendre en compte les niveaux de prévention et de vulnérabilité à l'échelle de chaque pays ou de chaque région.

Malgré ces limites, l'Indice des risques climatiques (CRI)  permet de conduire des analyses et de remettre en question l'idée que les pays les plus pauvres seraient les seuls pays concernés par les bouleversements climatiques. Les 10 pays les plus affectés en 2017 sont  Porto Rico, le Honduras, Myanmar, Haïti, les Philippines, le Nicaragua, le Bangladesh, le Pakistan, le Vietnam et la République Dominicaine. Mais la France est par exemple en première position des dommages climatiques en Europe. La confrontation des cartes ci-dessous permet de voir que les pertes financières sont plus importantes dans les pays développés qui ont davantage de biens et d'infrastructures exposés aux risques (cf vulnérabilité plus forte sur le plan matériel). Une atténuation efficace du changement climatique est donc dans l’intérêt de tous les pays.

Le rapport 2019 est basé sur les données concernant la période 1998-2017 et donne lieu à la publication de cartes consultables en ligne : http://app.23degrees.io/embed/atlas-2424


 Rang de classement des pays en fonction du Global Climate Risk Index (2019)



 Montant des pertes en dollars américains en Parité de pouvoir d’achat (PPA)



Carte de synthèse sur le risque climatique par pays (source : German Watch)


La Lloyd's, qui est une très grande compagnie spécialisée à l'origine dans l'assurance maritime et qui constitue aujourd'hui un réassureur important, a mis en place son propre indice de risques en lien avec le Cambridge Center for Risk Studies :

Le Lloyd’s City Risk Index est établi à partir de 22 risques naturels ou causés par l’homme. Il concerne 279 villes dont la production économique est menacée, ce qui représente près de la moitié (41%) du PIB mondial. Il est fondé sur le GDP@Risk qui représente la perte annuelle moyenne (également appelée « perte attendue ») en termes de production économique pour chaque menace ou catégorie de menaces. En gros, il s'agit du montant qu'une ville devrait économiser chaque année pour faire face aux événements perturbateurs à long terme, calculés sur une durée moyenne.

  La vulnérabilité des villes face aux risques (source : Lloyd’s City Risk Index)





Articles connexes :

La France est-elle préparée aux dérèglements climatiques à l'horizon 2050 ?

Tempête Alex et inondations dans les Alpes maritimes : accès aux cartes et aux images satellitaires