Cartographier le monde islamique : une exposition virtuelle des bibliothèques Stanford

 
Source : Mapping the Islamic World. The Ottoman, Safavid & Mughal Empires (Stanford Librairies)
http://exhibits.stanford.edu/islamicworld

Cette exposition virtuelle explore les cartes du monde islamique en se concentrant sur la Turquie ottomane, la Perse safavide et l'Inde moghole. Ces empires de poudre à canon contrôlaient de vastes territoires au début de la période moderne (entre 1500 et 1800). L'empire ottoman s'étendait sur l'Europe du Sud-Est, l'Asie occidentale et l'Afrique du Nord. Plus à l'est, les Moghols dominaient l'Asie du Sud, du bassin de l'Indus au Bangladesh. Situés entre les Ottomans et les Moghols, les Safavides régnaient sur le plateau iranien, ainsi que sur l'Azerbaïdjan, l'Arménie et certaines parties du Caucase, de l'Irak et de l'Afghanistan. Des échanges cartographiques ont eu lieu entre ces trois empires et les puissances européennes. Des cartes ont été utilisées pour cartographier leurs vastes territoires, leurs campagnes militaires et leurs routes commerciales.


Détail de Pirî Reis, hémisphère occidental dans une rose des vents avec l'océan Atlantique au centre, du Kitāb-i baḥriye (Livre de navigation), vers 1525, Istanbul


Au travers de cartes, de miniatures, de manuscrits, d'instruments scientifiques, ainsi que de carnets de voyage et de cartes généalogiques impériales, l'exposition permet de découvrir comment on cartographiait le ciel, la mer, les frontières, les cultures et le passé ancien des empires ottoman, safavide et moghol. L'examen des cartes réalisées par les cartographes islamiques à côté de celles réalisées par les Européens met en évidence la façon dont ces cultures percevaient, représentaient et comprenaient le monde qui les entourait.


Alexandria Brown-Hejazi est commissaire invitée de l'exposition. Doctorante au Département d’art et d’histoire de l’art de Stanford, elle est spécialisée dans l'art et l'architecture modernes du bassin méditerranéen et du monde islamique oriental, avec un accent particulier sur les arts de l'Italie et de l'Iran. Sa thèse de doctorat examine les échanges diplomatiques et artistiques entre l'Iran safavide et la République de Venise, le Grand-Duché de Toscane et la Rome papale.

Cette exposition n'aurait pas été possible sans la vision, le soutien et l'expertise du David Rumsey Map Center. Le Smithsonian Museum of Art et les collections d'art islamique Calouste Gulbenkian sont remerciés pour avoir généreusement accordé les droits sur les images utilisées dans l'exposition.


Pour compléter 

Explorer les collections de cartes ottomanes numériques (1ère partie) :
http://www.digitalottomanstudies.com/post/exploring-digital-ottoman-map-collections-part-1


Articles connexes

La naissance des data visualisations et de l'imagination moderne : une exposition en ligne des bibliothèques Stanford