La carte, objet éminemment politique : la Réunion au coeur de l'espace Indo-Pacifique ?


Emmanuel Macron est venu le 23 octobre 2019 en visite présidentielle sur l'île de la Réunion. Dans un discours très géopolitique, il a tenu à rappeler la position stratégique de la Réunion au coeur de l'espace Indo-Pacifique. Il a invité à cette occasion les autorités et les entrepreneurs à tirer profit de ce positionnement géographique au coeur de la mondialisation. « Nous pouvons être dans cette région une puissance stabilisatrice. Il s'agit d'assumer un destin commun (…) La région indo-pacifique est l’épicentre du commerce mondial. Cette région est en train d’être le carrefour maritime du monde. Nous souhaitons faire de La Réunion un hub économique ».

L'emploi du terme « Indo-Pacifique » peut surprendre tant il est inhabituel pour qualifier la position géographique de la Réunion située au sud-ouest de l'océan Indien, assez éloignée de l'Asie-Pacifique. Au delà du slogan politique, il peut être intéressant de décrypter l'origine et le sens de cette expression.

Discours du président Macron le 23 octobre 2019 au sommet « Choose La Réunion »
"Je crois en cette stratégie indo-pacifique où La Réunion deviendrait l’épicentre"


L'Indo-Pacifique constitue un slogan politique à la mode, mais s'inscrit également dans une vision géopolitique nouvelle que décrypte Pierre Grosser (L’« Indo-Pacifique », au-delà du slogan, The Conversation, 2 avril 2018). Le terme semble employé pour la première fois en 2007 par le Premier ministre japonais Shinzo Abe devant le Parlement indien. L’expression émerge au début des années 2000, à la confluence de plusieurs prises de conscience, en particulier la dépendance asiatique au pétrole moyen-oriental et la volonté de la Chine de jouer un rôle pivot entre l'océan Indien et l'océan Pacifique (stratégie dite du "collier de perles"). « L’Indo-Pacifique serait donc une forme d’endiguement anti-chinois, au moment où l’administration Obama pivote vers l’Asie... Il existe une quatrième logique, à dimension également antichinoise [cf volonté de l'Inde de devenir une puissance "indo-pacifique"]... Du fait de ses possessions insulaires, la France peut elle aussi avoir une conception très extensive de l’Indo-Pacifique, en lien avec notamment l’Inde et l’Australie. » témoigne d'un changement géopolitique concernant la politique étrangère des États-Unis, mais aussi de la France.

En France, un rapport du Sénat appelle à une « stratégie indo-pacifique française » en lien avec l’Australie. On retrouve une telle orientation stratégique de la France dans un livre blanc publié en 2018 : "Stratégie française en Asie-Océanie à l’horizon 2030 : vers un espace asiatique indopacifique inclusif" (à télécharger sur le site France diplomatie). Comme on peut le remarquer, la Réunion ne figure pas sur la carte de cet "espace indopacifique".

ers un espace asiatique indopacifique inclusif ?
Carte issue du livre blanc
"Stratégie française en Asie-Océanie à l’horizon 2030"


Une plaquette "La France et la sécurité en Indopacifique", diffusée par le Ministère de la Défense, comporte une carte à une échelle plus large montrant la présence française dans les deux océans (Indien et Pacifique) - une présence française à relativiser tout de même eu égard au mapfail de cette carte qui met en aplat le nombre de ressortissants français et laisse penser qu'ils sont très nombreux dans la zone :

La France en Indo-Pacifique à travers sa ZEE, ses ressortissants et ses investissements directs



Le président Macron évoque sa vision d'un "espace indo-pacifique inclusif", un "espace d'amitiés". "De la Réunion à Mayotte en passant par la Nouvelle-Calédonie, la Polynésie française, les Terres australes et antarctiques et j’en oublie, nous avons plus d’un million de citoyens français, des terres françaises, plus de 8 000 soldats français qui sont déployés, nous avons une vraie force maritime présente (nous sommes la deuxième marine à nous déployer dans la région proche ici) et donc une vraie légitimité à dire, faire, proposer dans un contexte où, il faut bien le dire, l’inquiétude a parfois été là, les oppositions allaient croissantes, où la présence chinoise inquiétait d’autres puissances. Et ce dialogue productif que nous avons avec la Chine dans lequel nous investissons beaucoup eh bien ne doit pas nous empêcher d’être et de devenir pleinement un partenaire stratégique dans la région des autres puissances" (Voyage officiel du Président Macron au Japon, juin 2019).

D'autres analystes en font une lecture plus conflictuelle sur le plan géopolitique. On peut se reporter par exemple à la mise au point faite par Thomas Marrier d’Unienville sur le site Diploweb  ("L’océan Indien, nouveau centre du monde ?") ou encore
Le  "collier de perles chinois" : expansion et obstacles


Voir également : L’Indo-Pacifique, théâtre de lutte d’influence entre les États-Unis et la Chine (RFI).

Crise en vue en Indo-Pacifique – Stratégie américaine, dépenses militaires, défense collective (Asie21).

Selon cette organisation principalement francophone, "l’identité indianocéanique constitue le socle du développement de la région... Désormais, l’Indianocéanie se lit sur les cartes du monde comme une région au croisement de deux incontournables pôles de croissance, l’Asie et l’Afrique. Aux portes de la région, les îles indianocéaniques ont également su multiplier les partenariats en direction de l’Afrique australe et orientale, régions continentales avec lesquelles elles ont des affinités économiques et culturelles"





La France peine encore à sortir d'une vision utilitaire des territoires ultramarins, mis dans la position de servir ses intérêts et d'assurer sa présence à travers le monde. C'est une vision que l'on retrouve souvent dans les cartes qui évoquent la puissance de la France à l'échelle mondiale, notamment à travers sa ZEE présentée comme un véritable "empire maritime". Il vaudrait mieux parler plus modestement de domaine maritime, sauf à penser que la ZEE est devenue un instrument d'hégémonie, un outil stratégique au service de la puissance.




Avant de venir à la Réunion, le président Emmanuel Macron a pris la peine de faire une escale aux îles Éparses, “territoire extrêmement stratégique” de son propre aveu. Sur une plage déserte de l'île Glorieuse, il y a défendu "notre biodiversité à protéger" (voir la vidéo). Ce que l'on peut interpréter comme un acte de souveraineté ("Ici c'est la France") dans le cadre de son premier déplacement dans l’océan Indien en tant que président. Grâce à ces îles, la France bénéficie d’une zone économique exclusive de 640 000 km2 dans la région et le canal du Mozambique, que l’on soupçonne riche en hydrocarbures. Cette réaffirmation de la souveraineté française semble constituer un coup d'arrêt aux négociations concernant une éventuelle co-gestion ou une restitution des îles Éparses à Madagascar.

"Macron sur les îles Éparses, un déplacement hautement symbolique" (Huffpost)

"Iles éparses : La cogestion ou la restitution exclue par la France" (Madasikara)

Macron aux îles Eparses, un affront pour les Malgaches  (Le Monde)





Liens ajoutés le 1er juin 2020

 
Lien ajouté le 31 août 2020
 
 
Liens ajoutés le 17 septembre 2020



Lien ajouté le 22 mars 2021


Lien ajouté le 3 avril 2021



Lien ajouté le 18 avril 2021


Liens ajoutés le 18 mai 2021


Liens ajoutés le 26 septembre 2021





Liens ajoutés le 4 octobre 2021




Lien ajouté le 9 octobre 2021

Lien ajouté le 19 novembre 2021
Articles connexes