Quand la lutte contre les émissions de CO2 passe par la dénonciation des entreprises les plus concernées : une carte militante élaborée par le site Decolonial Atlas


Le site Decolonial Atlas est le fruit d'un travail collectif réalisé par des bénévoles. Conçu comme un outil de cartographie militante, il publie régulièrement des cartes qui interrogent nos relations avec la Terre, les hommes et les états. En avril 2019, l'Atlas décolonial a mis en ligne une carte qui dénonce l'impact des grandes entreprises sur l'environnement.

Nom et localisation des 100 personnes qui détruisent le plus la planète (source : Atlas décolonial)
http://decolonialatlas.wordpress.com/2019/04/27/names-and-locations-of-the-top-100-people-killing-the-planet/


"La Terre ne meurt pas, elle est tuée et ceux qui la tuent ont un nom et une adresse." (Utah Phillips)

La carte se présente sous la forme d'une anamorphose qui représente la taille des pays en fonction de leurs émissions cumulées de dioxyde de carbone depuis l'essor de l'industrialisation en 1850 jusqu'en 2011.

Ce cartogramme est "une réponse au mythe répandu selon lequel nous pouvons enrayer le changement climatique en modifiant simplement nos comportements personnels et en consommant plus écologique. Que nous trions ou non les déchets, ces sociétés vont continuer à saccager la planète à moins que nous ne les arrêtions. Les principaux leaders de ces entreprises ont le privilège de conserver un anonymat relatif. Avec cette carte, nous essayons de retirer ce voile et de leur donner un nom. Ces personnes-là devraient avoir la même responsabilité personnelle de sauver la planète que nous tous."

Selon les auteurs, 100 entreprises sont responsables à elles seules de plus de 70% des émissions de gaz à effet de serre dans le monde depuis 1988. Ensemble, elles contrôlent la majorité des droits miniers dans le monde - le "droit" d'exploiter le pétrole, le gaz et le charbon. Si les noms des patrons qui figurent sur la carte ne sont pas forcément connus, les noms des grandes compagnies pétrolières, industrielles ou minières le sont en revanche beaucoup plus. Les villes où siègent ces entreprises sont également indiquées. Houston figure en tête de liste des villes les plus "écocides" au monde, suivie de Jakarta, Calgary, Moscou et Beijing. La personne la plus riche sur la liste est le magnat du pétrole russe Vagit Alekperov, qui vaut actuellement 20,7 milliards de dollars.

Cette carte véhicule un message assez radical qui permet de sortir de la culpabilisation. En même temps, elle a tendance à remettre en cause les écogestes accomplis quotidiennement qui ont malgré tout leur importance dans la protection de l'environnement. Elle interroge en tous les cas sur le degré de responsabilité à accorder aux acteurs individuels ou collectifs. En tant que telle, elle peut constituer un support pour mettre en débat ces questions dans le cadre d'une éducation à l'environnement et au développement durable.


Lien ajouté le 14 octobre 2019

Le site InfluenceMap tente de représenter graphiquement le continent du lobbying sur le climat.  influencemap.org/climate-lobbyi



Liens ajoutés le 3 décembre 2019


Lien ajouté le 19 août 2021
Articles connexes

Qualité de l'air et centrales thermiques au charbon en Europe : quelle transition énergétique vraiment possible ?