1989-2019 : les 30 ans de la chute du mur de Berlin


Erigé en août 1961, le mur de Berlin a séparé physiquement la ville en Berlin-Est et Berlin-Ouest pendant plus de vingt-huit ans. Il constitue le symbole le plus marquant d'une Europe divisée par le rideau de fer. L'affaiblissement de l'Union soviétique, la perestroïka conduite par Mikhaïl Gorbatchev et la détermination des Allemands de l'Est qui ont organisé de grandes manifestations, ont provoqué le la chute du mur de Berlin, suscitant l'admiration incrédule du « Monde libre » et ouvrant la voie à la réunification allemande (voir article sur Wikipedia). Aujourd'hui, il reste peu de traces de cette construction, symbole de la Guerre froide. Mais les cartes ainsi que certains indices visibles dans le paysage permettent encore de retrouver des traces du fameux "mur de la honte".

Le jour où le monde s'est défait sous nos yeux (AFP) : 
http://making-of.afp.com/le-jour-ou-un-monde-sest-defait-sous-nos-yeux



Une carte du mur de Berlin en 1963 avec le tracé du mur et ses barbelés (à télécharger sur le site MapPorn


Le site Berlin Wall Map propose une carte interactive avec les secteurs d'occupation et les points de passage.

Berlin ouest représenté comme un trou dans la carte de l'Allemagne de l'est (sur le site Brillant Maps)


Le tracé du mur sur Google Map (site officiel de la ville de Berlin).

Une application SIG en ligne pour visualiser le mur de Berlin avec le détail des rues et des bâtiments.

Une infographie permet de restituer année par année le nombre de victimes et d'arrestations de personnes ayant cherché à franchir le mur (sur le site Sputnik News).

Le plan de métro de Berlin à l'époque du mur présente une curieuse physionomie avec sa coupure Est-Ouest. Pacha Omelekhin en a donné une représentation non officielle en forme de tête de chien.


Carte illustrée du pont aérien de Berlin (1949) à consulter sur MapPorn





Malgré la chute du mur, Berlin reste une ville divisée sur le plan footballistique. Les supporters du FC Union Berlin vivent dans la moitié rouge à l'est de la ville. À l'opposé, la moitié bleue de la ville abrite les fans du Hertha BSC. La carte du Berliner Morgenpost montre lequel des deux clubs de football berlinois a le plus de membres dans chacune des deux zones.
http://interaktiv.morgenpost.de/fussballkarte-berlin/

La même carte des supporters d'équipes de football à l'échelle de l'Allemagne :
http://interaktiv.morgenpost.de/beta-fussballkarte/




Finalement c'est encore de nuit que l'on perçoit le mieux le contraste qui existe encore dans le tissu urbain entre les deux anciens secteurs de Berlin (est et ouest) comme en témoigne cette image satellite de la NASA (source : How one NASA image tells dozens of stories, youtu.be/ZYGd-llxHJE)



Pour compléter

La réunification allemande 30 ans après, que disent les cartes ? (Géoconfluences)

30 years later, the iron curtain is still visible (Nicolas Lambert, Néocarto)















Articles connexes :