Quand l'essor de l'aviation faisait basculer la géographie dans l'ère aérienne


« Suspendu dans les airs, le Géographe peut tout voir » (Emmanuel De Martonne, Géographie aérienne, 1948, p.107).

Ce billet fait suite à une discussion initiée sur Twitter à partir d'une image extraite de l'ouvrage The Human Geography in the Air Age publié en 1942 par George T. Renner. Selon l'auteur de cet ouvrage consacré à la géographie à enseigner à l'ère de l'aviation, l'essor de l'aviation au XXe siècle doit nous conduire à changer la façon d'enseigner la géographie par une nouvelle lecture du monde vu d'en haut.

Figure extraite de The Human Geography in the Air Age  - George T. Renner (1942)
(Consulter l'ouvrage)


« Nous avons considéré à tort la géographie comme une discipline secondaire [..]. Le saut mental du monde bidimensionnel vers le monde tridimensionnel de l'aviation aurait été beaucoup plus facile si nous avions été habitués à penser géographiquement, au moins dans une certaine mesure [..]. Il est temps que nous commencions à prendre conscience de l'aviation. Nous devons, le plus rapidement possible, former des centaines de milliers d'aviateurs américains pour la guerre et le commerce. Nous devons faire encore plus, nous devons comprendre et apprendre à vivre à l'ère de l'aviation » (George Renner, Chapitre 1: Géographie et enseignement de l’aviation, 1942).

L'idée que l'essor de l'avion au XXe allait changer la façon d'enseigner la géographie (comme plus tard les satellites) est déjà présente dans cette leçon de géographie "aérienne" de 1927, l'année même où Lindbergh traverse l'Atlantique (article du New York Times) 


Image extraite d'un article du New York Times
“To-day’s Aerial Geography Lesson”
(1927)
 

L’image montre une enseignante faisant une leçon de géographie dans un avion. Debout à l'avant de la cabine près d'un petit tableau noir, elle montre de sa baguette un globe terrestre. Face à elle, sept élèves sagement assis devant leur bureau écoutent cette "leçon de chose", sans même penser ni oser observer directement la Terre par les hublots de l’avion. La juxtaposition d'une salle de classe aérienne - le sommet de la technologie en 1927 - avec un professeur de géographie faisant la classe de manière très classique, semble montrer les illusions et les désillusions qui ont toujours accompagné l’introduction de chaque « nouvelle » technologie (Genevois, 2008). Larry Cuban a utilisé cette image dès les années 1980 pour montrer qu'il ne suffisait pas de transplanter la classe dans les airs pour changer de pédagogie (Cuban, L. (1986). Teachers and Machine : the Classroom Use of Technology since 1920, New York, Teachers college press).

Mais l'aviation peut-elle au moins conduire à changer nos représentations ? George T. Renner, auteur de Human Geography in the Air Age (1942), est l’un des premiers à substituer des projections polaires à la projection Mercator. Celles-ci permettent de mieux représenter les flux aériens qui dépassent les frontières et aboutissent à l'émergence d'un monde global. cf V. Capdepuy, "Le monde en étoile : genèse d’une projection cartographique (Mappemonde, 2013) http://mappemonde-archive.mgm.fr/num39/lieux/lieux13301.html

"Une carte centrée sur le pôle Nord permet de mieux représenter les relations
dans un monde aéronautique" (La monosphère créée par Renner, 1942)



Vincent Capdepuy montre que la guerre globale a ouvert l'ère de la cartographie globale. C'est dans les années 1940, à la faveur du conflit mondial, que l'on prend conscience qu'il faut changer notre vision classique du planisphère et utiliser de nouvelles projections géographiques plus à même de représenter notre monde interconnecté. « A partir de 1942, on constate aux États-Unis une multiplication des atlas et des ouvrages qui ne sont pas reliés directement au conflit mondial, mais bien au développement de l’aviation. Les titres et les couvertures sont explicites : Toward New Frontiers of Our Global World (Engelhardt 1943), Our Global World : A Brief Geography for the Air Age (Hankins 1944), Atlas of Global Geography (Raisz 1944), Our Air-Age World : A Textbook in Global Geography (Packard et al. 1944)... Ce rétrécissement du monde est d’abord analysé comme étant le résultat du développement de l’aviation. »

"La guerre globale enseigne la cartographie globale" par V. Capdepuy, Blog Histoire globale



En France, Emmanuel de Martonne se fait l'écho de ces changements de perspectives. Il publie en 1948 un ouvrage intitulé Géographie aérienne, dont la conception est née d’une commande exprimée par les milieux de l’industrie aéronautique lors d’un congrès de « géographie aérienne » en 1938. Il s'agit pour lui de "faire le point à un moment décisif de l'humanité comparable à celui de la Renaissance où les grands marins ont sillonné tous les océans". Le géographe distingue la carte que l'on peut réaliser grâce à l'avion et celle qui est faite spécialement pour les aviateurs.

Olivier Orain. Emmanuel de Martonne, figure de l’orthodoxie épistémologique postvidalienne ? 

« À première vue, cet ouvrage relève d’une sorte d’exercice de style : décliner tout ce que la navigation aérienne et la géographie de l’époque peuvent avoir en commun. Sous la plume de De Martonne, cela suggère une interprétation alternative... L’ouvrage est composé de quatre parties : une « géographie de l’atmosphère » (d’inspiration essentiellement climatologique), une « cartographie aérienne » (qui décline toutes les relations carte / avion), une « physiographie aérienne » (qui examine les différents types de connaissance qu’apporte la photographie aérienne à la géographie) et enfin une histoire-géographie des lignes aériennes, intitulée « La circulation aérienne », qui examine l’évolution des flux de passagers et de marchandises par avion dans le monde. »

"Par les conquêtes de l'aviation, l'homme s'est annexé la troisième dimension." (voir le CR de L'Information géographique)

Dans son ouvrage, Emmanuel De Martonne semble faire directement référence au diagramme de George T. Renner qui montre que l'aviation a ouvert une 3e dimension. Schéma extrait de The Human Geography in the Air Age publié en 1942 (consulter l'ouvrage).

"Avec l'avion, l'homme accède à la troisième dimension"
The Human Geography in the Air Age (Renner, 1942)



Paul-Henri Chombart de Lauwe, qui a passé son brevet de pilote d'avion à l'âge de 18 ans et qui s'est engagé dans les forces françaises en Afrique du Nord, commence à la même époque à réaliser des études des populations et des milieux géographiques à partir de photographies aériennes. En 1948, il publie La découverte aérienne du monde, un volume de 413 pages destiné à montrer tout ce que la photographie aérienne peut apporter à la science. Préfacé par Emmanuel De Martonne, l'ouvrage comporte 300 photographies par avion. Si la photographie aérienne était déjà utilisée en archéologie depuis la fin de la Première Guerre mondiale, c'est véritablement après 1945 qu'elle prend son essor et qu'elle est de plus en plus utilisée pour des études géographiques.

Comme le rappelle Thierry Joliveau, The Association of American Geographers consacrait en 1954 un ouvrage collectif, American Geography, Inventory and Prospect, au bilan d’un premier demi-siècle de géographie aux États-Unis et à un essai de prospective (consulter l'ouvrage). Un chapitre spécial, le dernier, y est consacré à la "cartographie géographique" et à son développement dans le contexte de la Deuxième Guerre mondiale. "Selon les auteurs, 1950 marque le début d’un nouvel âge, dans lequel, comme l’imprimerie au XVIe siècle, les innovations techniques vont produire une « explosion » (outburst) de l’activité cartographique. Les facteurs novateurs sont l’avion, la photographie, l’électronique et la technologie des plastiques, qui vont offrir simultanément des modes nouveaux de production et de diffusion des cartes. En particulier, le mode de production des cartes en relief devrait passer de l’artisanat (processus lent, coûteux, limité en nombre) à l’industrie (production de masse) grâce à la technologie des plastiques, ce qui permettrait de répondre à la demande pour un prix acceptable".

Dès 1946, le département d'éducation de l'état de Floride mettait à disposition des élèves du premier et du second degré un Guide pédagogique pour développer une compréhension des enjeux techniques, économiques, sociaux et politiques de l'aviation et leur permettre de "vivre à l'ère aérienne" : Developing understandings for living in an air age. A curriculum guide for air age education in Florida elementary and secondary schools, Florida - State Dept. of Education, 1946 (consulter l'ouvrage).

Guide pédagogique pour "vivre à l'ère aérienne"
(Developing understandings for living in an air age, 1946).


« Il n'y a plus de régions éloignées ou isolées du monde comme autrefois. Les Brésiliens, les Russes, les Malais sont littéralement nos voisins. Qu'on le veuille ou non, nous sommes soudainement devenus un peuple international [..]. La Floride va sans doute être particulièrement influencée par l'aviation. Avec de bonnes conditions météo et moins de risques naturels qu'ailleurs, la Floride a tout pour faciliter les voyages en avion, elle est au carrefour des routes aériennes entre l'Amérique, l'Afrique, l'Europe et l'Asie. De la Floride sont exportés par avion les légumes d'hiver, les fraises, les pamplemousses, les oranges, les fruits tropicaux, les fleurs aussi bien dans en Amérique qu'en Europe [..]. Il est nécessaire de modifier les programmes d'études pour tenir compte de l'impact de l'aviation dans notre monde moderne, il s'agit maintenant d'agir [..]. Il a été démontré, à la fois par la recherche et par l'expérience, que le meilleur moyen de surmonter l'inertie naturelle dans les changements de curriculum est de les faire travailler par les enseignants eux-mêmes plutôt que par des experts distants. »

Et le Guide de proposer toute une série de mesures concrètes : réalisation de maquettes pédagogiques, étude de l'impact concret du développement des transports aériens sur l'essor de différentes régions agricoles ou industrielles (comme par exemple la Floride), enseignement des sciences et des technologies à partir de l'étude des avions, approche renouvelée des cartes en lien avec les méthodes utilisées par l'aviation et les nouvelles projections cartographiques...


Lien ajouté le 19 décembre 2019


Lien ajouté le 8 janvier 2020

Sous le titre Cram's Air Age, la société George Cram spécialisée dans la production de cartes et de globes géographiques, a élaboré vers 1943 une carte assez remarquable montrant le tracé des lignes aériennes (en rouge) à partir des Etats-Unis. Cette carte comportait une règle graduée pour mesurer les distances en miles à partir de Chicago. Elle disposait également d'un tableau des distances aériennes. Très fonctionnelle, elle était montée avec des œillets pour l’accrocher au mur et disposait d'une surface lisse pour pouvoir écrire dessus. Elle était découpée en 28 panneaux pour faciliter le rangement une fois pliée. Surtout cette carte reposait sur une projection très originale, la projection de Walter G. Gingery



Le texte qui accompagne la carte décrit les avantages de la projection Gingery basée sur un globe divisé en 6 lunes qui rayonnent à partir de Chicago. Étant centrée sur les États-Unis, la carte permet de visualiser les directions des lignes aériennes et de déterminer la distance de n'importe quel endroit du monde depuis les Etats-Unis. En plaçant la région d'origine (ou de destination) au centre et en dépliant le reste de la carte autour d'elle, toutes les routes aériennes peuvent être tracées quasiment en lignes droites. Sur la plupart des autres cartes, elles seraient courbes. En réalité, ces routes sont légèrement courbées, mais assez peu dans l'ensemble. Si on souhaite une projection qui dessine de grandes lignes de cercle à partir d'un point central, on doit utiliser une projection azimutale (la carte comporte d'ailleurs deux projections azimutales nord et sud en cartons). Mais la projection azimutale a tendance à déformer les contours. Il s'agit donc d'une sorte de "projection de compromis" où tout est légèrement déformé.  La projection Robinson est la plus célèbre de ces sortes de "projections de compromis", c'est probablement la carte la plus utilisée aujourd'hui pour représenter un monde global.

Cette carte illustre parfaitement la manière dont le développement de l'aviation est venu bouleverser les modes de réprésentation cartographique. Bien que la date de son élaboration en 1943 corresponde à une estimation, elle montre que la 2e Guerre mondiale a ouvert une nouvelle ère dans la vision d'un monde global.

Voir la carte "Cram's Air Age" sur le site de la Collection David Rumsey (également téléchargeable sur Map Porn) :
https://www.davidrumsey.com/luna/servlet/s/4665q8

En savoir plus sur la projection Gingery en consultant le site de Jason Davies consacré aux projections :
https://jasondavies.com/maps/gingery/


Liens ajoutés le 12 février 2020

Ernest Dudley Chase, que l'on associe à l'âge d'or des cartes picturales des années 1930-60, s'est fait l'écho dans ses cartes illustrées de cette fascination pour les modes de transports rapides qui transforment notre vision du monde. Une mise en contact des différentes parties du monde par la révolution des transports qui était censée déboucher sur une "paix permanente" à l'échelle mondiale. Rêve et optimisme d'immédiat après guerre ?


En voici quelques exemples à partir de la collection David Rumsey.





A voir aussi sur le site de la Boston Library :

Mercator map of the world united : a pictorial history of transport and communications and paths to permanent peace (1944)
http://www.digitalcommonwealth.org/search/commonwealth:q524n371p

World freedom : a factual & pictorial map (1950)
http://www.digitalcommonwealth.org/search/commonwealth:q524n3673

A compléter par la carte "One world, one war" de Richard Edes Harrison(1942)
http://www.davidrumsey.com/luna/servlet/s/zhulca




Lien ajouté le 23 mars 2020

Liens ajoutés le 17 avril 2020



Lien ajouté le 1er juin 2020



Lien ajouté le 16 septembre 2020

 

Liens ajoutés le 26 octobre 2020


 


Les lignes de la Pan American Airlines en 1951, par Richard Edes Harisson pour New Horizons.


Lien ajouté le 15 janvier 2021

Air mapping (1935) : la naissance de la géographie aérienne dans une vidéo de British Pathé de 46 secondes :
http://www.youtube.com/watch?v=3BgfKq9Qj6c&feature=youtu.be


Liens ajoutés le 14 février 2021




Liens ajoutés le 23 avril 2021




Lien ajouté le 26 avril 2021

 «  À quelle altitude les avions étaient-ils capables de voler ? ». La figure est extraite de l'ouvrage d'Otto Neurath International Picture Language publié en 1936, dans lequel l'auteur montre les progrès de l'aviation dans l'entre-deux-guerres en répétant le même isotype. Remarquer la ligne ondulée en bas du graphique pour indiquer le niveau de la mer.




Liens ajoutés le 7 juin 2021




Lien ajouté le 21 juin 2021


Liens ajoutés le 21 août 2021


Lien ajouté le 29 septembre 2021

Lien ajouté le 10 octobre 2021

Lien ajouté le 14 janvier 2022

Articles connexes