La carte, objet éminemment politique : l'Observatoire des violences industrielles


L'Observatoire des violences industrielles a été créé par la plateforme d'autodéfense populaire Notre Maison Brûle en partenariat avec Mediapart. Celui-ci a pour mission de cartographier chaque accident industriel sur le territoire français et de revenir en détails sur un maximum d'accidents. L'objectif final est d'offrir les outils nécessaires au grand public pour qu'il puisse mieux appréhender les conséquences de ces catastrophes sur l'environnement et sur la santé des travailleur.euses et de la population, ainsi que ce qu'il est possible de faire pour réduire et supprimer ces dangers industriels.

Cartographie des violences industrielles : https://observatoiredesviolencesindustrielles.gogocarto.fr


Pour une autodéfense populaire face aux dangers industriels

La plateforme d'autodéfense populaire Notre Maison Brûle, conçue pour élaborer collectivement et partager localement des savoirs situés grâce à des outils d’enquête et de mobilisation intégrés dans une cartographie contributive, a décidé de créer l'Observatoire des Violences Industrielles. L'objectif est, selon ce collectif d'autodéfense de "construire une mobilisation d’enquête-action pour arrêter l’intoxication du monde".

"A l'heure actuelle, les pouvoirs publics ne donnent pas des moyens humains et financiers suffisants à l'instance d’inspection des établissements classés, et la grande majorité des sites dangereux n'est pas inspectée. Pour éviter que la logique économique continue de primer sur les êtres vivants, il faut identifier les risques technologiques que les industriels et le gouvernement français font peser sur la population et les écosystèmes, grâce à un engagement populaire essentiel en ces temps de crise.
La France doit changer de paradigme, d’autant plus que le pays le plus nucléarisé de la planète est aussi le deuxième pays de l’Union Européenne après l’Allemagne en nombre d’usines présentant des risques d’accidents majeurs. Comme pour Lubrizol, les 1 300 sites SEVESO et les 127 Installations Nucléaires de Base (INB) de notre territoire peuvent être mis en danger par ces 459 000 sites qui peuvent entraîner des effets dominos à l’échelle d’une ville ou d’un territoire. En outre, la logique du « moins-disant » dans le recours à la sous-traitance et à l’intérim, entraîne une maintenance de ces sites en mode dégradé, redoutable en termes de maladies professionnelles graves (cancer et autres) et d’accumulation de risques d’accident..."

Lire la suite de l'article sur le site de l'Observatoire des violences industrielles (Mediapart)


Liens et ressources proposés par le collectif

La plateforme d'autodéfense propose des liens et des ressources destinés à sensibiliser aux dangers et aux risques industriels. Le compte Twitter @NotreMaisonBrule relaie les informations. Le 24 novembre 2020, il signalait par exemple l'explosion de Linex à Allouville-Bellefosse en Normandie. Le site avait été mis en demeure car il ne respectait pas la réglementation incendie et ne maîtrisait pas les risques d’explosion.

Site Internet de la Plateforme Notre Maison Brûle

Cartographie des dangers industriels

Observatoire des violences industrielles

Cartographie des violences industrielles 

Twitter Notre Maison Brûle

Tutoriel pour naviguer sur la cartographie et sur le site Géorisques

 



Articles connexes


L'incendie de l'usine Lubrizol de Rouen et la cartographie des sites Seveso en France

Explosions à Beyrouth : quel apport des technologies géospatiales pour comprendre et gérer la catastrophe ?

La carte des ZAD en France : entre cartographie militante et recensement des projets contestés

Comment interpréter la carte des Gilets jaunes ?

Quand les géographes se mobilisent et s'intéressent aux territoires de la colère

La carte, objet éminemment politique : les cartes de manifestations à l'heure d'Internet et des réseaux sociaux