Le rythme cardiaque de la ville : Manhattan heure par heure


Cette géovisualisation dynamique indique les lieux fréquentés par la population de Manhattan aux différentes heures de la journée. Elle a été produite à partir des outils MapBoxGL et D3. Elle est accessible sur le site Manpopex.us. C'est une modélisation spatiale de la population représentée bloc par bloc, au cours d'une semaine à la fin du printemps. Les barres verticales s'élèvent en fonction de la fréquentation, donnant à voir le rythme cardiaque de la ville et l'animation différenciée de ses quartiers.

Ces estimations sont le résultat d'une combinaison de données issues du recensement américain et d'une distribution géographique des entrées et sorties nettes, calculées à partir des stations de métro. Les données ont été normalisées pour correspondre aux estimations de la population diurne et nocturne fournies par l'étude de M. L. Mossand & C. Qing (The Dynamic Population of Manhattan, 2012).

Les pulsations urbaines de Manhattan heure par heure et jour par jour


C'est un peu le pouls de la ville que l'on a l'impression de voir battre, certains auteurs n'hésitant pas à parler de "pulsations urbaines". Mais il y a à s'interroger sur l'usage de la dimension z qui donne à voir une vision spectaculaire comme sur une carte 3D en relief. Quid du dégradé de couleurs qui vient ici en doublon ? La granularité choisie est celle du bloc et non celle de chaque immeuble, contrairement à ce que laisseraient penser ces grandes barres verticales que l'on pourrait assimiler de prime abord à des gratte-ciels. Les données qui ont été mobilisées sont celles de la Metropolitan Transportation Authority (MTA), l'entreprise en charge de la gestion des transports publics dans l'agglomération de New York. L'auteur dit avoir repris les entrées et les sorties nettes pour chaque station de métro à partir des fichiers de tourniquets du MTA, et les avoir dispersées dans les blocs les plus proches de chaque station selon un mode plus ou moins régulier. Tous les navetteurs n'empruntent cependant pas le métro pour venir travailler à Manhattan. L'intégration de données issues d'autres transports en commun aurait sans doute permis de meilleures estimations dans les secteurs de la ville où interviennent d'autres moyens de transport (tel AMTRAK pour le transport ferroviaire, NJTransit ou encore le PATH pour la population venant du New Jersey). Malgré ces biais, le résultat est assez saisissant et réaliste.

L'application propose 3 onglets :
  • Story : pour suivre les explications données en fonction d'heures précises déjà sélectionnées par l'application ;
  • Visualization : pour visualiser librement les données en 3D (barres verticales proportionnelles au phénomène) en choisissant la date et l'horaire que l'on souhaite, avec l'option très intéressante de pouvoir afficher tel ou tel quartier ;
  • Statistics : pour visualiser les données en 2D bloc par bloc (vue de dessus avec dégradé de couleurs), avec la possibilité d'afficher une courbe et des données statistiques.
En plus d'être le comté le plus dense des États-Unis, Manhattan prétend également avoir le ratio le plus élevé de population entre le jour et la nuit, à comparer de n'importe quel autre lieu des Etats-Unis (soit un rapport de 1 à 2). Alors que, selon le recensement américain de 2010, la population de Manhattan serait de 1.6 millions d'habitants, l'étude de M. L. Mossand & C. Qing, estime que la population réelle est probablement d'environ 2 millions de personnes pendant la nuit, et que ce chiffre pourrait même s'élever à près de 4 millions de personnes pendant la journée de travail. Pour avoir un niveau de comparaison, on peut dire que Manhattan à elle seule se voit ajouter et retrancher chaque jour ouvrable l'équivalent de la population d'une ville comme Houston !


La cité qui ne dort jamais
 Manhattan à 3h du matin un mercredi (source : Manhattan Population Explorer)




L'animation de la City en pleine journée
Manhattan à 14h de l'après midi un mercredi (au maximum de son activité)
(source : Manhattan Population Explorer)



Bien que la population de Manhattan dans son ensemble fluctue considérablement tout au long de la semaine, c'est le mercredi qui est le plus fréquenté et le vendredi le moins. Le samedi est un peu plus "mort" que le dimanche. Ce sont les zones d'immeubles de bureaux qui "pulsent" le plus à comparer des zones résidentielles qui restent plus constantes. Une fracture assez nette apparaît entre Uptown et Downtown, en fonction des quartiers qui sont importateurs ou bien exportateurs au cours de la journée. En gros, la partie au nord de Central Park se comporte à peu près comme les arrondissements extérieurs en ce qu'elle est exportatrice de jour, avec une diminution estimée de la population d'environ 20%. À l'inverse, la partie au sud de Central Park est importatrice de jour, ce qui augmente sa population totale de plus de 3 fois par rapport aux résultats du recensement réalisé par le Census.gov.

Si Manhattan ne dort jamais complètement, la presqu'île fait une pause le week-end, surtout le dimanche qui correspond à un creux dans la fréquentation. Certains quartiers comme Lower East Side présentent des spécificités intéressantes avec des pics de fréquentation, liés à la présence importante de commerces ouverts jour et nuit dans Chinatown ou à Soho.

 La fréquentation par quartier : exemple de Lower East Side
(source : Manhattan Population Explorer)
 

L'interprétation de ce type de carte n'est pas évidente si l'on veut entrer dans le détail de l'analyse. Cette animation a donné lieu à de nombreux échanges sur le forum du site Data is beautiful (Reddit). Des habitants ou des touristes s'interrogent pour savoir quelles sont les raisons pour lesquelles tel lieu est très fréquenté à tel moment de la journée.

Parmi les observations que l'on peut relever pêle-mêle dans ce forum, en voici certaines qui donnent des indices intéressants pour explorer la carte :
- Le Langone hospital est sans doute la barre rouge qui s'active 24h sur 24 et 7 jours sur 7. Ce grand centre hospitalier offre de nombreux types de services médicaux. Les autres hôpitaux de New York constituent aussi des centres attractifs jour et nuit.
- Il y a beaucoup de bâtiments résidentiels près de Battery Park (sorte de ville nouvelle résidentielle avec des commerces à l'extrémité sud-ouest de Manhattan)
- Les quais d'expédition de Manhattan ne constituent plus vraiment une zone attractive. L'activité portuaire s'est déplacée vers le New Jersey avec l'avènement de la conteneurisation. Le New Jersey a également de meilleures liaisons ferroviaires, et de meilleures liaisons routières vers le reste du pays. Seuls restent les ferries et les excursions vers la Statue de la Liberté, ainsi qu'un peu de yachting occasionnel.


Références :

Site à consulter : Manhattan Population Explorer : http://manpopex.us/

La vidéo seule : http://www.youtube.com/watch?v=zP8emcF3k5Q

Mitchell L. Mossand & Carson Qing. The Dynamic Population of Manhattan, Rudin Center for Transportation Policy and Management, Wagner School of Public Service, New York University March, 2012 : http://wagner.nyu.edu/files/rudincenter/dynamic_pop_manhattan.pdf


Population estimée en fonction de la semaine et des catégories de population 
(visiteurs, travailleurs navetteurs, résidents, autres)

 


Ratio de population entre le jour et la nuit par districts à New York



Liens ajoutés le 16 décembre 2018

Le New York Times a publié le 15 décembre 2018 une belle data visualisation concernant l'enregistrement de plus d'un million de téléphones portables dans région de New York. Ces données géolocalisées témoignent des habitudes quotidiennes des gens. 


Ces données brutes sont en principe anonymes, mais elles peuvent être reliées à des personnes en comparant les déplacements à des informations accessibles au public, telles par exemple les adresses personnelles (lire l'enquête du NYT). Le suivi concerne huit lieux avec leur fréquentation de jour comme de nuit : les déplacements depuis et autour de Rikers Island (la principale prison de New York), ceux autour de la Trump Tower (la résidence du président à Manhattan), les cyclistes, joggeurs et véhicules repérés sur les sentiers et les routes de Central Park à Manhattan, les champs de tirs par exemple dans le New Jersey, les bases militaires, les grandes gares et autres stations de transit, les terminaux aériens, les traversées en ferry vers la Statue de la Liberté et Ellis Island. Lire l'article.

Créée par Joey Cherdarchuk, Breathing City est une visualisation animée qui permet de suivre les populations actives et résidentes de Manhattan lors de leurs déplacements domicile-travail. Pour construire cette carte animée, Cherdarchuk a utilisé les données sur la population, l'emploi, l'utilisation des sols et l'empreinte des bâtiments fournis par le US Census Bureau et le New York City Planning, ainsi que des graphiques "Workday pour l'Américain moyen ("Manhattan a probablement un profil différent de la moyenne américaine, mais assez proche ", admet-il).


New York est la ville qui ne dort jamais, mais son pouls bat très différemment en fonction de l’heure du jour ou de la nuit. Joe Lertola avait déjà créé en 2007 une infographie pour le gouvernement américain à l’aide du programme USA LandScan développé par le groupe Science et technologie de l’information géographique du laboratoire national d’Oak Ridge. En intégrant les données du recensement à des informations détaillées sur les activités quotidiennes, l’algorithme pouvait prédire la répartition de la population sur n’importe quel lieu et à tout moment de la journée. Bien que cette carte date de plusieurs années, il semble que ces pratiques quotidiennes n'aient pas beaucoup changé ces dernières années. Les seules différences qui méritent d’être prises en compte concernent l’augmentation du nombre de résidents dans les quartiers denses de Brooklyn et du CBD, ainsi que l’augmentation du temps de déplacement moyen des personnes.



Lien ajouté le 26 mars 2019

New York City Subway Ridership :
http://www.myleszhang.org/2018/12/19/new-york-city-subway-ridership/

Myles Zhang, étudiant en histoire de l’architecture et en études urbaines à l'Université Columbia, s'est intéressé aux mouvements de personnes dans le métro de New York qu'il compare au rythme de respiration d'un être humain. Il rappelle que, sur le plan linguistique, nous décrivons souvent les villes en utilisant des métaphores empruntées au corps humain. Les rues principales sont décrites comme des « artères » en référence au flux sanguin. Les égouts sont les « entrailles » de la ville. Central Park est « le poumon » de New York. Une manière de rendre la métropole géante plus humaine et plus familière. Il a commencé ce projet à partir de l'idée que les touristes étaient souvent mêlés à la foule des résidents dans les lieux publics comme par exemple à Times Square. En réalité, ces déplacements sont très ordonnés, structurés et rythmés - la population de Manhattan grossissant la journée et se rétractant la nuit.

L'animation qu'il présente repose sur une cartographie en mode point du nombre d'usagers par station en fonction du rythme de la semaine. Les lignes ferroviaires, les routes et les métros constituent le système circulatoire de la ville de New York. Chaque jour, le métro transporte 5,6 millions de personnes et 2,5 millions de navetteurs domicile-travail (statistiques de 2017). Les données sont celles fournies par la Metropolitan Transit Authority (MTA) dans chacune des 425 stations. Les points sont codés par couleur en fonction des lignes de métro qu’ils desservent. Les points blancs représentent les jonctions entre plusieurs lignes. La taille des points correspond au nombre d'usagers par station sur une période de 24 heures. En comparant les schémas de fréquentation en semaine et le week-end, on peut percevoir le rythme respiratoire hebdomadaire de la ville. Chaque passager symbolise en quelque sorte le déplacement d'un globule sanguin, fonctionnant comme une unité cellulaire au sein d'un système complexe.



Lien ajouté le 4 avril 2019

Le métro londonien sous forme de carte de pulsations montrant le trafic quotidien :
http://tubeheartbeat.com/london/



Lien ajouté le 8 mai 2019

Une visualisation 3D des appels en téléphonie mobile à New York (données agrégées sur une semaine) :
http://coolmaps.esri.com/bigdata/cube/



Lien ajouté le 6 novembre 2019

Les "pulsations" journalières de New York à partir des déplacements en vélo (source : Citybike Tripdata 2016).


Le "rythme cardiaque" d'Amsterdam à travers les données GPS enregistrées sur l'outil de navigation TomTom (source : Medium).

Lien ajouté le 7 décembre 2019


Lien ajouté le 2 juin 2021

Les données de géolocalisation des téléphones portables montrent à quel point les déplacements entre les quartiers ont changé à New York en raison du confinement de 2020. Épicentre de la pandémie de coronavirus aux États-Unis, la ville de New York a tenté un retour progressif à la normale. Mais après six semaines et plusieurs phases de réouverture depuis la levée du confinement, la ville reste un lieu profondément transformé. L'activité reprend dans certaines parties de la ville, mais la réouverture s'effectue différemment d'un arrondissement à l'autre, en fonction notamment de la richesse et de la race.


Articles connexes

Itinéraires piétons et aménités urbaines à Boston. Le projet Desirable Streets du MIT