Les systèmes d'information géographique. Principes, concepts et méthodes (Armand Colin)


Christina Aschan-Leygonie, Claire Cunty, Paule-Annick Davoine, Les systèmes d'information géographique. Principes, concepts et méthodes, Cursus Géographie, Armand Colin, 2019 (site de l'éditeur).

Cet ouvrage apporte aux étudiants les notions clés et méthodes indispensables à la maîtrise des systèmes d’information géographique (SIG). Il présente les fondamentaux de l’information géographique, les traitements et les analyses qui sont au coeur des projets SIG. Il montre comment les SIG peuvent répondre à des problématiques spatiales portant aussi bien sur des phénomènes géographiques discrets ou continus que sociaux ou environnementaux.

Un véritable outil pédagogique, illustré par de multiples exemples, une centaine de figures, des focus thématiques, des conseils, des définitions et des questions de révision.


Les auteures

Christina Aschan-Leygonie est maître de conférences à l'Université Lumère Lyon 2, chercheure à UMR 5600 Environnement Ville et Société.

Claire Cunty est maître de conférences à l'Université Lumère Lyon 2, chercheure à UMR 5600 Environnement Ville et Société.

Paule-Annick Davoine est professeure ds Universités à l'Institut d'Urbanisme et de Géographie Alpine, Université Grenoble-Alpes, chercheure à l'UMR PACTE et membre associée du LIG, équipe Steamer.

Table des matières

- De la "réalité" du terrain à l'information géographique dans les SIG 
- Fondamentaux de l'information géographique 
- Intégration de données géographiques dans les SIG 
- Visualisation, interrogation et enrichissement de l'information géographique 
- Traitements spatiaux de l'information géographique 
- Aperçu de l'analyse spatiale avec les SIG

Un manuel clair et pédagogique

Dès l'introduction, les auteures soulignent l'importance de l'information géographique qui est au coeur de la géographie, de l'aménagement, l'environnement, l'urbanisme et s'étend à de nombreux domaines ou activités économiques. La maîtrise et la connaissance des SIG ne doivent pas être subordonnées à l'apprentissage d'un logiciel. Un SIG est d'abord un système structuré d'informations avec des données qui ont été au préalable acquises et stockées avant d'être interrogées, traitées, analysées et visualisées. 

L'objectif n'est pas de proposer un nouveau manuel de cartographie. Michèle Béguin et Denise Pumain ont déjà publié un tel manuel chez Armand Colin, qui est bien connu depuis de nombreuses années par les étudiants et les enseignants (La représentation des données géographiques. Statistique et cartographie, 4e édition en 2017). Il s'agit davantage de mettre à disposition les outils intellectuels pour manier de l'information géographique numérique en mobilisant toutes les opérations de traitement spatial et attributaire offertes par les SIG. Les méthodes de l'analyse spatiale sont clairement présentées et expliquées de manière à démystifier les SIG, encore trop souvent assimilés à des outils lourds et complexes à manier, réservés aux professionnels. 

Nul doute que ce manuel pratique va contribuer à démocratiser l'accès aux SIG et à outiller la démarche géographique qui reste l'objectif fondamental. Savoir construire un projet SIG mobilise de nombreuses compétences qui, in fine, visent à apporter des réponses en fonction des questions que l'on pose sur un territoire.


Articles connexes

Déchiffrer l'information géographique

Jeu de données SIG sur le classement des métropoles mondiales

Consulter la rubrique outils SIG ou fonds de carte SIG du blog Cartographie(s) numérique(s)


En complément



Les territoires de l'anthropocène (cartes thématiques proposées par le CGET)

 
Le changement climatique entraîne des risques aggravés de catastrophes naturelles : inondations, feux de forêts, tempêtes… Les activités humaines perturbent les équilibres naturels, en particulier depuis la révolution industrielle. Ces perturbations entraînent de nouveaux risques sanitaires, économiques et sociaux pour les populations humaines (#anthropocene). Le CGET propose, à travers une série de cartes, d'étudier quels sont les territoires les plus exposés.

Les territoires de l'anthropocène : à consulter sur le site du CGET.



  • Les territoires à l'ère de l'anthropocène : des milieux sous pression
  • Les territoires à l'ère de l'anthropocène : une transition écologique...
  • Agenda 21 : démarche intégrée des collectivités pour un développement...
  • Artificialisation des sols
  • Fréquence des catastrophes naturelles
  • Pollution des eaux souterraines
  • Émissions de gaz à effet de serre
  • État de conservation des habitats naturels
  • Abondance des populations d'oiseaux communs spécialistes
  • Les espaces naturels protégés
  • Agriculture biologique
  • Les espaces naturels protégés
  • Pollution de l'air
  • Production et consommation d'électricité
  • Consommation et production d'énergie renouvelable
  • Prise en compte de la biodiversité par les SCoT
  • Pollution des sols
  • L'exposition des populations aux risques climatiques
Toutes ces cartes sont téléchargeables en haute définition. 

En complément

La cartothèque du CGET fait peau neuve : plus de 1800 cartes et infographies, issues des travaux de l'Observatoire des territoires et de bien d'autres, sont désormais à disposition du grand public et des spécialistes, sur des thématiques aussi diverses que l’emploi, les services au public, l’industrie, les ruralités, le cadre de vie, les mobilités, etc. La recherche se fait par mot clé, ou à partir des quatre filtres proposés (par thème, par échelle de territoire, par série et par année). Les cartes sont toutes téléchargeables en haute définition. Dans le cadre du Grand débat national, le CGET a mis à disposition des kits cartographiques « Mon territoire en cartes » à l'échelle des EPCI.

Bienvenue (?) dans l'Anthropocène ! par Michel Lussault, directeur de l’Ecole Urbaine de Lyon :
http://medium.com/anthropocene2050/bienvenue-dans-lanthropoc%C3%A8ne-dc8c8c097a5c




Articles connexes


Atlas de l'Anthropocène : un ensemble de données sur la crise écologique de notre temps

Carte d'Europe avec la date où chaque pays a été occupé pour la dernière fois (Map Porn)


Cette carte partagée sur le forum MapPorn indique, pour chaque pays européen, la date où il a été occupé pour la dernière fois et par quel autre pays. 

La Grande-Bretagne n'a jamais été occupée depuis la fusion de l'Angleterre, du Pays de Galles et de l'Écosse qui est à l'origine du Royaume-Uni en 1707. La politique de neutralité de la Suisse lui a valu de pas avoir été occupée par une puissance étrangère depuis 1815. La date de 1243 pour l'empire ottoman ne doit pas faire oublier qu'il a été occupé en 1918. 

Les pays d'Europe de l'Est ont subi "l'occupation" (disons plutôt la sphère d'influence) soviétique après 1945. La date de 1991 peut sembler étonnante pour l'Allemagne (avec deux status différents). Que dire de la Pologne occupée par l'Allemagne et par l'Union soviétique pendant la 2e Guerre mondiale (seul le dernier occupant a été retenu) ? L'occupation plus récente de la Crimée par la Russie n'est pas indiquée (un problème peut-être lié au choix de l'échelle nationale ?). Plus globalement la carte pose la question de ce que l'on entend par "occupation" et quelle signification est-on en mesure de dégager en ne prenant en compte que la dernière date ?

Carte d'Europe avec la date où chaque pays a été occupé pour la dernière fois (MapPorn)


Cette  carte suscite beaucoup d'intérêt, mais aussi des interrogations du fait de la construction de sa légende (notamment la distinction entre Alliés de la 2e GM et URSS ou la catégorie très indistincte "autres pays") ainsi que par les dates indiquées (très disparates dans leurs critères de choix). Elle a été utilisée en 2014 au moment de l'annexion de la Crimée par la Russie pour montrer qu'il fallait remonter assez loin pour voir des conquêtes et des occupations territoriales sur le continent européen. A l'exception de l'ex Yougoslavie, une règle s'est instaurée selon laquelle il faut respecter l'intégralité territoriale de chaque pays européen (principe de souveraineté rappelé par l'article 2 de la Charte des Nations Unies).






Plus que la dernière date d'occupation, ne vaudrait-il pas mieux prendre en compte le nombre de fois et la durée pendant laquelle chaque pays a été "occupé" ou "envahi" partiellement ou complètement ? (voir par exemple la liste des pays ayant subi une invasion par période historique sur Wikipedia). D'autres cartes plus simples et plus lisibles cherchent à déterminer, pour un pays donné, quels autres pays européens l'ont envahi.

Les pays européens qui ont envahi la Pologne (source : Brilliant Maps)


En complément : 1000 ans de frontières en Europe (Vividmaps)

On retrouve en partie le même type d'approche comparative discutable dans les cartes qui cherchent à comparer les pays "envahis", "colonisés", "sous la sphère d'influence" ou "la domination temporaire" d'une puissance européenne ou d'une autre (voir par exemple cette série de cartes).

Les pays envahis ou colonisés par la France (source : Reddit)

Les pays envahis ou colonisés par le Royaume-Uni (source : MapPorn



Territoires ayant appartenu au Portugal ou à l'Espagne (Wikipedia)



Pays ayant été déjà colonisés ou contrôlés par l'Europe (source : Vox)



Liens ajoutés le 7 mars 2020


Articles connexes

Map Porn, un réseau social pour partager et commenter des cartes sur Internet

Que valent toutes ces cartes sur Internet qui comparent des pays par leur taille ?

L'Atlas historique mondial de Christian Grataloup en partenariat avec la revue L'Histoire

La rubrique Cartes et atlas historiques du blog Cartographie(s) numérique(s)

 

 

Un siècle de cartes et d'affiches de compagnies aériennes


Mark Ovenden, Maxwell Roberts. Airline Maps. A Century of Art and Design. Penguin Random House, 2019 :
http://www.penguinrandomhouse.com/books/600815/airline-maps-by-mark-ovenden-and-maxwell-roberts/


Dans cet ouvrage paru en octobre 2019, les deux auteurs reviennent sur 100 ans d'histoire à travers les reproductions en couleur de cartes et d’affiches produites par les compagnies aériennes. L'ouvrage montre comment les cartes aériennes n'ayant a priori aucune utilité pratique ont pu servir de supports publicitaires et contribuer, à travers leurs images stylisées, à rapprocher les différentes cultures et à raccourcir les distances, l'invention des avions à réaction rendant la Terre encore plus petite. En même temps que les itinéraires se sont multipliés, les cartographes et les graphistes ont cherché de nouveaux procédés pour afficher de grandes quantités d'informations.


Mark  Ovenden et Maxwell Roberts reviennent sur quelques idées intéressantes mises en avant dans leur ouvrage lors d'une interview pour Citylab (The Rise and Fall of the Exuberant Airline Map) :
Ovenden et Roberts ont par ailleurs écrit des ouvrages sur les cartes de transport en commun :

- Mark Ovenden, Transit Maps of the World, 2007 (réédition 2015).

- Maxwell Roberts, Underground Maps Unraveled, 2012.


En complément

Affiches vintage de compagnies aériennes :
http://www.pinterest.fr/dzarail/affiches-compagnies-a%C3%A9riennes-vintage/

Classic Airline Route maps :
http://www.pinterest.fr/johndupont948/classic-airline-route-maps/

Affiches publicitaires d'Air France :
http://www.airfrancelasaga.com/fr/content/publicit%C3%A9 

The history of Imperial Airway :
http://industrialhistoryhk.org/the-history-of-imperial-airways/

Cartes et images de l'Aéropostale :
http://www.pinterest.com/pin/621778292274748132/?lp=true











Articles connexes

Quand l'essor de l'aviation faisait basculer la géographie dans l'ère aérienne

Visualiser les flux aériens et les aéroports avec Openflights

Le trafic aérien mondial représenté sous forme d'infographie animée

Calculer le bilan carbone de nos déplacements aériens

Les plans de métro : retour sur une représentation simplifiée, souvent détournée




La carte, objet éminemment politique : la Réunion au coeur de l'espace "Indo-Pacifique" ?


Emmanuel Macron est venu le 23 octobre 2019 en visite présidentielle sur l'île de la Réunion. Dans un discours très géopolitique, il a tenu à rappeler la position stratégique de la Réunion au coeur de l'espace "Indo-Pacifique". Il a invité à cette occasion les autorités et les entrepreneurs à tirer profit de ce positionnement géographique au coeur de la mondialisation. "Nous pouvons être dans cette région une puissance stabilisatrice. Il s'agit d'assumer un destin commun (…) La région indo-pacifique est l’épicentre du commerce mondial. Cette région est en train d’être le carrefour maritime du monde. Nous souhaitons faire de La Réunion un hub économique".

L'emploi du terme « Indo-Pacifique » peut surprendre tant il est inhabituel pour qualifier la position géographique de la Réunion située au sud-ouest de l'océan Indien, assez éloignée de l'Asie-Pacifique. Au delà du slogan politique, il peut être intéressant de décrypter l'origine et le sens de cette expression.

Discours du président Macron le 23 octobre 2019 au sommet « Choose La Réunion »
"Je crois en cette stratégie indo-pacifique où La Réunion deviendrait l’épicentre"


L'Indo-Pacifique constitue un slogan politique à la mode, mais s'inscrit également dans une vision géopolitique nouvelle que décrypte Pierre Grosser (L’« Indo-Pacifique », au-delà du slogan, The Conversation, 2 avril 2018). Le terme semble employé pour la première fois en 2007 par le Premier ministre japonais Shinzo Abe devant le Parlement indien. L’expression émerge au début des années 2000, à la confluence de plusieurs prises de conscience, en particulier la dépendance asiatique au pétrole moyen-oriental et la volonté de la Chine de jouer un rôle pivot entre l'océan Indien et l'océan Pacifique (stratégie dite du "collier de perles"). « L’Indo-Pacifique serait donc une forme d’endiguement anti-chinois, au moment où l’administration Obama pivote vers l’Asie... Il existe une quatrième logique, à dimension également antichinoise [cf volonté de l'Inde de devenir une puissance "indo-pacifique"]... Du fait de ses possessions insulaires, la France peut elle aussi avoir une conception très extensive de l’Indo-Pacifique, en lien avec notamment l’Inde et l’Australie. » témoigne d'un changement géopolitique concernant la politique étrangère des États-Unis, mais aussi de la France.

En France, un rapport du Sénat appelle à une « stratégie indo-pacifique française » en lien avec l’Australie. On retrouve une telle orientation stratégique de la France dans un livre blanc publié en 2018 : "Stratégie française en Asie-Océanie à l’horizon 2030 : vers un espace asiatique indopacifique inclusif" (à télécharger sur le site France diplomatie). Comme on peut le remarquer, la Réunion ne figure pas sur la carte de cet "espace indopacifique".

ers un espace asiatique indopacifique inclusif ?
Carte issue du livre blanc
"Stratégie française en Asie-Océanie à l’horizon 2030"


Une plaquette "La France et la sécurité en Indopacifique", diffusée par le Ministère de la Défense, comporte une carte à une échelle plus large montrant la présence française dans les deux océans (Indien et Pacifique) :


La France en Indo-Pacifique à travers sa ZEE, ses ressortissants et ses investissements directs
(source : Ministère de la Défense) 



Le président Macron évoque sa vision d'un "espace indo-pacifique inclusif", un "espace d'amitiés". "De la Réunion à Mayotte en passant par la Nouvelle-Calédonie, la Polynésie française, les Terres australes et antarctiques et j’en oublie, nous avons plus d’un million de citoyens français, des terres françaises, plus de 8 000 soldats français qui sont déployés, nous avons une vraie force maritime présente (nous sommes la deuxième marine à nous déployer dans la région proche ici) et donc une vraie légitimité à dire, faire, proposer dans un contexte où, il faut bien le dire, l’inquiétude a parfois été là, les oppositions allaient croissantes, où la présence chinoise inquiétait d’autres puissances. Et ce dialogue productif que nous avons avec la Chine dans lequel nous investissons beaucoup eh bien ne doit pas nous empêcher d’être et de devenir pleinement un partenaire stratégique dans la région des autres puissances" (Voyage officiel du Président Macron au Japon, juin 2019).

D'autres analystes en font une lecture plus conflictuelle sur le plan géopolitique. On peut se reporter par exemple à la mise au point faite par Thomas Marrier d’Unienville sur le site Diploweb  ("L’océan Indien, nouveau centre du monde ?") ou encore


Voir également : L’Indo-Pacifique, théâtre de lutte d’influence entre les États-Unis et la Chine (RFI).

Crise en vue en Indo-Pacifique – Stratégie américaine, dépenses militaires, défense collective (Asie21).

Selon cette organisation principalement francophone, "l’identité indianocéanique constitue le socle du développement de la région... Désormais, l’Indianocéanie se lit sur les cartes du monde comme une région au croisement de deux incontournables pôles de croissance, l’Asie et l’Afrique. Aux portes de la région, les îles indianocéaniques ont également su multiplier les partenariats en direction de l’Afrique australe et orientale, régions continentales avec lesquelles elles ont des affinités économiques et culturelles"





La France peine encore à sortir d'une vision utilitaire des territoires ultramarins, mis dans la position de servir ses intérêts et d'assurer sa présence à travers le monde. C'est une vision que l'on retrouve souvent dans les cartes qui évoquent la puissance de la France à l'échelle mondiale, notamment à travers sa ZEE présentée comme un véritable "empire maritime". Il vaudrait mieux parler plus modestement de domaine maritime, sauf à penser que la ZEE est devenue un instrument d'hégémonie, un outil stratégique au service de la puissance.




Avant de venir à la Réunion, le président Emmanuel Macron a pris la peine de faire une escale aux îles Éparses, “territoire extrêmement stratégique” de son propre aveu. Sur une plage déserte de l'île Glorieuse, il y a défendu "notre biodiversité à protéger" (voir la vidéo). Ce que l'on peut interpréter comme un acte de souveraineté ("Ici c'est la France") dans le cadre de son premier déplacement dans l’océan Indien en tant que président. Grâce à ces îles, la France bénéficie d’une zone économique exclusive de 640 000 km2 dans la région et le canal du Mozambique, que l’on soupçonne riche en hydrocarbures. Cette réaffirmation de la souveraineté française semble constituer un coup d'arrêt aux négociations concernant une éventuelle co-gestion ou une restitution des îles Éparses à Madagascar.

"Macron sur les îles Éparses, un déplacement hautement symbolique" (Huffpost)

"Iles éparses : La cogestion ou la restitution exclue par la France" (Madasikara)

Macron aux îles Eparses, un affront pour les Malgaches  (Le Monde)






Articles connexes :

Etudier les conflits maritimes en Asie en utilisant le site AMTI

Une carte réactive de toutes les ZEE et des zones maritimes disputées dans le monde

Les frontières maritimes des pays : vers un pavage politique des océans ?

La carte, objet éminemment politique : la question kurde

La carte, objet éminemment politique : la montée des tensions entre l'Iran et les Etats-Unis

La carte, objet éminemment politique : le monde vu à travers les tweets de Donald Trump

La carte, objet éminemment politique : exemple à travers la crise au Vénézuéla

Il y a toujours eu des cartes de géographie aux murs de la classe !




Un visualiseur de scénarios pour intégrer les contributions de la nature aux besoins de l'humanité (IPBES)


La Plateforme intergouvernementale sur la biodiversité et les services écosystémiques (IPBES) mise en place par l'ONU propose un visualiseur de scénarios montrant les contributions de la nature aux besoins de l'humanité.

Nature's Contributions to People Viewer (IPBES) : http://viz.naturalcapitalproject.org/ipbes/future.html




Présentation du site

Intégrer la contribution de la nature à la prise de décision est essentiel pour faire face aux défis du XXIe siècle. Les habitats naturels purifient l’eau, nous protègent des inondations, acheminent les pollinisateurs vers les cultures vivrières, fournissant la nourriture nécessaire et d’innombrables autres avantages à l’humanité. La Plateforme scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques (IPBES) de l’ONU montre de quelle manière la nature contribue à la qualité de la vie des populations, et où ces contributions et la biodiversité qui la sous-tend sont en déclin. 

L'application a fait l'objet d'une présentation dans la revue Science d'octobre 2019 :
Rebecca Chaplin-Kramer,
Global modeling of nature’s contributions to people, Science, 11 octobre 2019.

Dans le cadre de ce projet, les services écosystémiques clés ont été cartographiés pour le monde entier et à une résolution précise, avec la possibilité de comparer la situation en 2015 et en 2050. Le visualiseur interactif a pour objectif de faciliter l'exploration des résultats sous différents angles et de permettre des analyses (par exemple, le nombre de personnes touchées), ainsi que des comparaisons entre régions et services (avec identification des zones où les personnes sont les plus vulnérables). Ce qui peut contribuer à définir les politiques à mettre en oeuvre sur une base scientifique.



Les scénarios proposés 

L'application se concentre sur trois domaines-clés : la pollinisation, la qualité de l’eau et les risques côtiers. D'ici 2050, environ 5 milliards de personnes dans le monde pourraient être exposées à un risque accru en raison de la pollinisation insuffisante, de la pollution des eaux et des risques côtiers. On peut choisir d'afficher un de ces domaines clés dans le menu et voir, pour la zone d'étude choisie, comment celle-ci pourrait être affectée selon différents scénarios. Pour chaque domaine sont pris en compte les composantes humaines et naturelles.

Le site propose trois scénarios contrastés, associés aux scénarios d’émission du RCP, développés par le GIEC et l’IPBES, qui fixent les trajectoires futures en fonction de l'utilisation des sols, du changement climatique et de la croissance démographique :

  • Un scénario de durabilité : ce scénario décrit un monde "plus vert" qui évolue progressivement vers une voie durable, mettant l'accent sur un développement plus inclusif (réduction des inégalités) et le respect de l'environnement.

  • Un scénario de rivalités régionales : ce scénario correspond à l'essor des nationalismes, où les préoccupations des pays en matière de compétitivité et de sécurité entraînent des conflits internationaux. Le développement économique est faible, les investissements dans l’éducation et la technologie diminuent, les inégalités s’aggravent. Les changements climatiques sont intenses et l’environnement est fortement dégradé dans certaines régions.

  • Un scénario de développement alimenté par les combustibles fossiles : ce scénario décrit un monde où l’humanité s'en remet au libéralisme, avec une grande confiance dans les marchés concurrentiels, l’innovation et la participation des sociétés. Ce monde est de plus en plus mondialisé, avec des investissements importants dans la santé, l’éducation et le développement socio-économique en général. Cependant, cela se traduit par une vaste exploitation des ressources et des combustibles fossiles avec des modes de vie très consuméristes. La géo-ingénierie est considérée comme la principale solution.

Accès aux données (au format gpkg et tif) :
http://ipbes-natcap-ecoshard-data-for-publication.ecoshard.org/
 


Articles connexes :

Comment le changement climatique a déjà commencé à affecter certaines régions du monde

Eduquer à la biodiversité. Quelles sont les cartes, les données... et les représentations ?

Cartographier l'empreinte humaine à la surface du globe

Comment la cartographie animée et l'infographie donnent à voir le changement climatique

Resource Watch, un portail intégré pour visualiser des jeux de données en vue d'assurer "un avenir durable" à la planète

Cartes et données sur les forêts en France et dans le monde




Elections fédérales au Canada : l'intérêt de représenter les résultats électoraux sous forme de cartogrammes


Signalé par Maps Mania, 2019 Canadian elections maps (22 octobre 2019)

Le Parti libéral de Justin Trudeau a remporté le plus grand nombre de sièges lors des élections fédérales d'octobre 2019 au Canada, mais il a perdu sa majorité. Les conservateurs ont obtenu le plus grand nombre de suffrages, mais pas assez de sièges pour former un gouvernement. Les libéraux cherchent maintenant à former un gouvernement, éventuellement avec l'aide du Nouveau parti démocratique (NDP), un parti de gauche.


Pour consulter les résultats des élections de 2019 au Canada :

Lors des dernières élections américaines et britanniques, de nombreuses cartes électorales utilisaient des flèches pour montrer les déplacements de voix. Ces cartes avec des flèches sont très utiles pour visualiser les scores des différents partis d'une élection à l'autre (voir par  exemple cette carte des mid-terms elections aux États-Unis).

L’un des problèmes majeurs de ces cartes par aplats de couleur est l’énorme taille de certaines circonscriptions électorales au Canada. Ces circonscriptions rurales surpassent en taille les petites circonscriptions que l'on trouve dans les villes canadiennes.

Pour résoudre cette difficulté, Jens von Bergmann propose une représentation sous forme de cartogramme : http://observablehq.com/@mountainmath/canadian-election-bubble-animiation

Le cartogramme présente chaque circonscription électorale sous la forme d'un cercle de taille égale. Il permet de voir plus clairement le nombre de sièges remportés par chaque parti (l'orange sur ce cartogramme n'est pas aussi dominant que sur les cartes en aplats). Cliquer sur la vidéo ci-dessous pour voir l'animation en morphing qui permet de passer d'une représentation à l'autre.


Luke Andrews propose une autre représentation sous forme de cartogramme où chaque circonscription électorale a la même forme géométrique et la même taille : http://electoralcartogram.ca/


Ce qui donne un aperçu plus facile des sièges remportés par chaque parti par rapport aux cartes de résultats électoraux fournies par les organes de presse. L'indication des Grands Lacs et des États-Unis ainsi que les noms des provinces permettent de surmonter en partie le manque de familiarité avec ce type de cartogramme, quelque peu déroutant par rapport à une carte géographique.


Articles connexes :

Cartographie électorale, gerrymandering et fake-news aux Etats-Unis

Les résultats des élections européennes du 26 mai 2019 en cartes et en graphiques

La carte des résultats aux élections législatives en Espagne (scrutin du 28 avril 2019)

 


SandDance, l'outil d'exploration visuelle open source de Microsoft


Cette nouvelle version de SandDance a été entièrement réécrite pour devenir un composant intégrable qui fonctionne avec les chaînes d’outils JavaScript actuels. Pour ceux qui ne connaissent pas SandDance, il s’agit d’un système d’exploration et de présentation des données qui permet de faire des "visualisations unitaires".

SandDance, outil d'exploration visuelle open source (source : Microsoft)


SandDance fournit des visualisations 2D et 3D, des diagrammes à barres, des diagrammes de dispersion, des diagrammes empilés, des diagrammes de densité. L'un des principaux intérêts de l'outil est de permettre de passer rapidement d'un graphique à l'autre et du graphique à la carte (ou inversement). Les possibilités de géo-visualisation sont nombreuses et les transitions entre les types de représentation sont fluides.
 
Doté de nombreux paramètres, SanDance peut être testé en ligne à travers l'exemple des élections américaines : http://sanddance.js.org/app/

L'outil est disponible sur GitHub.


Articles connexes :

Comment différencier infographie et data visualisation ?

Utiliser des graphiques animés pour donner à voir des évolutions ou des ruptures

La plateforme de data visualisation Flourish propose d'associer narration et exploration

Visualiser les densités de population en 3D et à l'échelle mondiale



L'évolution du vote des Français sur la période 1999-2019 sur le site du Politoscope


Le Politoscope est une initiative de l’Institut des Systèmes Complexes de Paris Ile-de-France (ISC-PIF, laboratoire CNRS). A l'heure du numérique, son but est de permettre au “grand public” de plonger dans les masses de données générées sur les réseaux sociaux lors des élections, grâce à des outils et méthodes d’analyses produites par la recherche. 

En 2018, le Politoscope a rendu une étude décortiquant la Présidentielle de 2017 vue par Twitter. En 2019, il a produit des analyses dans le cadre du Grand Débat National. Désormais, le site propose également un outil en ligne permettant de visualiser l'évolution du vote des Français sur la période 1999-2019.

Le Politoscope v 1.4.19 :



L'application de data visualisation permet de visualiser les résultats des élections européennes et présidentielles de toutes les communes de la France métropolitaine (à l'exclusion des communes d'outre-mer). La carte représente soit les listes arrivées en tête pour les élections européennes, soit les candidats arrivés en tête au 1er tour pour les élections présidentielles.

L'utilisateur choisit d'abord une année de référence (1999, 2002, 2004, 2007, 2009, 2012, 2014 ou 2019), puis une commune au choix. L'outil se démarque des outils de cartographie plus classique dans la mesure où il n'y a pas de contours et la représentation se fait uniquement en mode point avec des figurés proportionnels, ce qui facilite les comparaisons d'une année à l'autre.

Chaque commune est représentée par un cercle dont le diamètre est fonction de sa population. Les couleurs représentent les nuances politiques des listes ou des candidats arrivé(e)s en tête. Le graphique à barres représente la liste ou le candidat arrivé(e) en tête par groupe de communes. Toutes les communes sont regroupées par nombre d'habitants. L'outil Politoscope utilise la plateforme observablehq. Le code et les données sont disponibles sur GitHub.


Articles connexes

La carte, objet éminemment politique : exemple des élections européennes

Cartographie électorale, gerrymandering et fake-news aux Etats-Unis

Les cartes et données sur le Grand Débat National

Quand Facebook révèle nos liens de proximité