Carte des anomalies de températures à la surface du sol

Source : earthobservatory.nasa.gov - Observations du 26 décembre 2017 au 2 janvier 2018.

Cette carte des anomalies de température est basée sur les données du spectro-radiomètre imageur à résolution moyenne (MODIS) du satellite Terra de la NASA. Des températures anormalement basses ont été enregistrées au Canada et à l'est des Etats-Unis, tandis que l'ouest des Etats-Unis et l'Alaska bénéficiaient de températures très douces. Les Rocheuses forment une barrière importante dans la répartition des masses d'air. Cela est lié aux ondes de Rossby : lorsque l'air passe au-dessus d'obstacles du relief, il doit s'écouler dans une couche atmosphérique plus mince, ce qui accélère la rotation dans le flux. Ce phénomène est fréquemment observable au niveau du courant-jet qui sépare les masses d'air. Avec le changement climatique, il prend une dimension très spectaculaire.


Le courant-jet est orienté nord-ouest. Comme une balançoire, le courant-jet s'écrase sur l'est de l'Amérique du Nord et laisse s'échapper l'air glacial provenant de l'Arctique. Pendant ce temps, la circulation autour de l'énorme tempête océanique sur l'Atlantique (qualifiée de "bombe cyclonique")  renforce le flux d'air froid de l'Arctique sur la façade Est des États-Unis. Le terme de bombe cyclonique ("bomb cyclone") est discuté, mais le phénomène est bien là : une baisse exceptionnellement rapide de la pression atmosphérique qui creuse la dépression sur l'Atlantique. 
 




Pendant ce temps, l'Europe, une grande partie de l'Asie et le Moyen-Orient ont été anormalement chauds. Dans l'hémisphère sud, l'Antarctique, l'est de l'Australie, l'Afrique australe et la corne de l'Afrique ont été plus chaudes que d'habitude, tandis que l'Amazonie en Amérique du Sud, le Sahara en Afrique et l'ouest de l'Australie étaient fraîches.