Lancement du Concours de Cartographie d'Actualité 2018

Sujet proposé en 2018 : "En Libye, des Subsahariens déchirés entre besoin d’argent, rêve d’Europe et peur de l’esclavage"

Consulter le blog où se trouvent tous les renseignements :

Les Pacs à l’Ouest, les mariages à l’Est : une répartition des types d’unions différente selon les territoires

"En 2016, en France, 7 % des personnes vivant en couple sont pacsées. Cette forme d’union est bien moins fréquente que le mariage, largement prédominant, et l’union libre. Le type d’union varie fortement avec l’âge des conjoints, leur niveau de diplôme, leur nombre d’enfants, le fait d’être immigré. Il varie aussi avec le département de résidence. Ainsi, le Pacs est plus présent dans les départements du Sud-Ouest et sur la façade atlantique. Le mariage reste plus fréquent sur la moitié est du territoire. Des différences existent aussi entre les grandes villes : l’union libre et le Pacs sont plus fréquents dans les métropoles estudiantines."

Pour en savoir plus : INSEE Première n° 1682 - 16/01/2018



Bien que le mariage y soit encore le plus souvent majoritaire, l'union libre est très courante dans les départements d'outre mer : elle atteint 51,1% des couples cohabitants en Guyane, 28,2% à la Réunion, 25,9% à la Martinique, 23,9% en Guadeloupe. D'après la carte et la légende ci-dessus, "l'effet départemental" y est présenté comme positif sur la part de l'union libre (cf présence d'un petit triangle rouge sur chaque DROM)  L'un des principaux intérêts des cartes statistiques produites dans cette étude de l'INSEE est en effet d'envisager le phénomène "toutes choses égales par ailleurs". Entendez par là en supposant que la structure sociodémographique du territoire est identique à celle de l’ensemble de la population résidant en France. Raisonner « toutes choses égales par ailleurs » revient à fixer tous les facteurs explicatifs sauf un, dont on mesure l’effet propre sur la probabilité d’être dans un type d’union donné. De là à penser qu'il y aurait un "effet départemental" il n'y a qu'un pas qu'il faudrait prendre garde de franchir comme le fait l'INSEE. Certes les analyses sont conduites à l'échelle des départements, mais cela n'implique pas un effet de la maille administrative en tant que telle ! Quand l'échelle de représentation des données guide l'analyse scientifique...

Carte des anomalies de températures à la surface du sol

Source : earthobservatory.nasa.gov - Observations du 26 décembre 2017 au 2 janvier 2018.

Cette carte des anomalies de température est basée sur les données du spectro-radiomètre imageur à résolution moyenne (MODIS) du satellite Terra de la NASA. Des températures anormalement basses ont été enregistrées au Canada et à l'est des Etats-Unis, tandis que l'ouest des Etats-Unis et l'Alaska bénéficiaient de températures très douces. Les Rocheuses forment une barrière importante dans la répartition des masses d'air. Cela est lié aux ondes de Rossby : lorsque l'air passe au-dessus d'obstacles du relief, il doit s'écouler dans une couche atmosphérique plus mince, ce qui accélère la rotation dans le flux. Ce phénomène est fréquemment observable au niveau du courant-jet qui sépare les masses d'air. Avec le changement climatique, il prend une dimension très spectaculaire.


Le courant-jet est orienté nord-ouest. Comme une balançoire, le courant-jet s'écrase sur l'est de l'Amérique du Nord et laisse s'échapper l'air glacial provenant de l'Arctique. Pendant ce temps, la circulation autour de l'énorme tempête océanique sur l'Atlantique (qualifiée de "bombe cyclonique")  renforce le flux d'air froid de l'Arctique sur la façade Est des États-Unis. Le terme de bombe cyclonique ("bomb cyclone") est discuté, mais le phénomène est bien là : une baisse exceptionnellement rapide de la pression atmosphérique qui creuse la dépression sur l'Atlantique. 
 




Pendant ce temps, l'Europe, une grande partie de l'Asie et le Moyen-Orient ont été anormalement chauds. Dans l'hémisphère sud, l'Antarctique, l'est de l'Australie, l'Afrique australe et la corne de l'Afrique ont été plus chaudes que d'habitude, tandis que l'Amazonie en Amérique du Sud, le Sahara en Afrique et l'ouest de l'Australie étaient fraîches.